samedi 2 janvier 2010

EFT pour les gens qu'on ne peut pas sentir...

La méthode 3-2-1 pour traiter un problème relationnel, quand il y a quelqu'un qu'on ne peut pas sentir


Voici une approche très intelligente de Roushan Martens (Ecosse). Il s'agit de traiter un problème qu'on ressent vis-à-vis de quelqu'un en s'exprimant à la troisième personne, puis à la seconde et à la première personne. C'est une façon intéressante et très valable de faire surgir les vrais problèmes sous-jacents dans nos relations avec des gens qui nous fâchent.

Traduction de la page du site emofree.com de Gary Craig :
**http://www.emofree.com/Articles2/core-issues-tense.htm**

Roushan Martens écrit :

"J'ai commencé à utiliser une technique que j'aimerais partager avec les lecteurs de la lettre hebdomadaire. Ce n'est qu'une manière différente d'utiliser quelque chose que d'autres font déjà, mais je trouve cette méthode utile.

"Il y a quelques mois, j'ai écouté un enregistrement sur internet, et j'ai été intrigué par une technique utilisée par Diane Musho Hamilton qui enseigne le Zen. Elle l'appelle "le 3-2-1 de l'ombre". Selon ma compréhension (et ceci est un résumé bref et peu élégant), cette technique est basée sur l'idée selon laquelle ce qu'on ne peut pas supporter chez les autres est en fait quelque chose que nous refusons de voir en nous-même, ou une partie de nous qui nous cause une intensité d'émotion. Et donc, si nous acceptons cette partie-là, non seulement nous ne sommes plus autant irrités par ces personnes, mais nous pouvons ressentir plus de compassion.

"Dans cette technique, vous prenez la personne qui vous irrite d'une manière particulière et vous parlez de ce problème à la troisième personne (elle... il...). Puis, vous en parlez à la seconde personne (tu... vous...). Enfin vous en parlez à la première personne (je...).

"Ceci m'a semblé être une technique puissante pour faire changer certaines choses, surtout si on y ajoute l'EFT, et une occasion de le faire a surgi dès que j'ai été capable de l'utiliser. J'allais participer à un stage dans une association locale, et, en lisant le prospectus, j'ai reconnu le nom d'une animatrice. J'ai réalisé que c'était une personne avec qui j'avais eu un incident malheureux dix ans auparavant. Je croyais l'avoir oublié, mais quand j'ai vu le nom, surprise ! J'ai eu une montée d'émotion. J'ai donc fait le tapotage sur toutes les émotions qui surgissaient, et sur l'incident en tant qu'événement spécifique, mais il semblait que je n'arrivais nulle part. Alors, j'ai pensé à utiliser la technique 3-2-1.

"J'ai fait le tapping sur les points dans la séquence courte (sans les points des mains), en ajoutant le point du foie que je considère comme très important s'il y a de la colère dans la situation, et le sommet de la tête. Je n'ai pas utilisé de phrase de départ, j'ai seulement laissé faire le tapotage pour augmenter l'effet de ce que je faisais.

"J'ai donc commencé la partie "3" de la technique, la troisième personne, ainsi :
(pour voir sur quels points d'acupressure tapoter, se reporter à mon post :
http://secret-abondance.blogspot.com/2008/04/eft-dtail-des-points-dacupuncture.html  )

"Sourcil : elle m'a fait cette terrible chose.
"Coin de l'oeil : Et elle s'en fichait complètement !
"Sous l'oeil : Elle trouvait ça drôle
"Sous le nez : Mais ça m'a vraiment fait mal
"Milieu du menton : C'était peut-être de ma faute
"Clavicule : J'avais fait quelque chose d'assez stupide
"Foie : Mais je ne méritais pas cela.
"Sommet de la tête : C'était peut-être idiot de ma part de me fâcher à cause de ça
"Sourcil : Mais ça m'a fait vraiment mal
"Coin de l'oeil : Et je suis vraiment en colère contre elle
"Sous l'oeil : Elle a refusé d'admettre qu'elle avait fait ça
"Sous le nez : Mais je savais que ça ne pouvait être qu'elle
"Milieu du menton : Et je suis tellement en colère de ne pas pouvoir le lui prouver
"Etc.

"Et ainsi de suite. J'ai continué jusqu'à ce que je sente que j'avais dit tout ce que je voulais dire. Ensuite, j'ai fait le tapping sur les mêmes points tout en parlant à la seconde personne (partie "2" de la technique) :

"Sourcil : Vous m'avez fait cette horrible chose
"Coin de l'oeil : Cela m'a vraiment blessé
"Sous l'oeil : Et je sais que c'était vous
"Sous le nez : Et je suis tellement en colère de ne pas pouvoir vous le prouver
"Milieu du menton : En vous obligeant à me faire des excuses
"Clavicule : Vous étiez probablement en colère aussi
"Foie : J'avais agi d'une manière tellement stupide et inconsidérée
"Sommet de la tête : Mais je ne voulais pas vous blesser
"Coin de l'oeil : Mais vous, vous l'avez fait exprès, et vous m'avez blessé
"Etc.

"Ensuite j'ai utilisé quelques qualificatifs bien sentis et j'ai vraiment laissé sortir ma colère ! Je vous épargnerai les noms d'oiseaux, mais je ne me suis pas retenu. Cela me faisait vraiment du bien de me laisser aller comme cela.

"Enfin, quand j'ai senti que j'avais dit tout ce que j'avais à lui dire, j'ai tapoté sur les points tout en parlant de l'incident à la première personne (partie "1" de la technique). Et j'ai vraiment fait de mon mieux. J'ai essayé de penser à tout ce qu'elle pouvait dire en réponse, comment elle pourrait justifier ses actions, en disant des choses comme :

"- Je sais que vous étiez tellement mécontente, j'étais vraiment en mauvaise posture, je ne pensais pas vraiment aux autres à cette époque, beaucoup de mauvaises choses m'arrivaient" etc.

"Mais ce n'était que des choses devinées, et aucune d'entre elles ne sonnait vraiment juste. Alors je me suis demandé si je n'étais pas en train de contrôler le processus en l'étouffant, parce que j'avais cette attente du fait que le processus puisse m'apporter une meilleure compréhension de cette personne et que, donc, je forçais pour que ça se produise. Alors j'ai essayé quelque chose d'autre. j'ai essayé de dire exactement ce que je lui avais dit dans la phase "2" en disant "vous", mais cette fois en disant "je" - sans essayer d'entrer dans la tête de la personne, en changement seulement ce mot :

"Sourcil : Je suis un ******* égoïste
"Coin de l'oeil : Je vous ai réellement irrité, et ça m'est égal
"Sous l'oeil : Je fais ce genre de merde tout le temps
"Sous le nez : Et ça me fait rire
"Milieu du menton : Cela m'est égal que vous soyez irritée
"Clavicule : Je vous ai blessée et je m'en fiche complètement
"Etc.

"Et j'ai continué ainsi jusqu'à ce que quelque chose de vraiment inattendu se produise.

"Soudain, j'ai senti que j'étais totalement débarrassé de ma colère et de ma souffrance reliée à cette situation. Je me suis senti à distance, cela n'avait vraiment plus d'importance. J'ai réalisé que je ne ressentais plus du tout le besoin de comprendre cette personne : elle avait ses propres problèmes, et en agissant d'une manière pas-vraiment-gentille (j'acceptais aussi ma responsabilité, et en même temps je me pardonnais, pour mon propre comportement dans cet incident), j'avais pris contact avec sa colère. Cette colère ne s'adressait pas vraiment à moi, elle n'avait rien de personnel, alors finalement, j'ai pu arrêter de la prendre pour moi. Ce n'était que de la malchance (et une leçon à apprendre !)

"Ce n'était pas ce que je m'attendais à ressentir, mais c'était cette sensation familière de la diminution d'intensité qui se produisait enfin. Succès ! (En fait, finalement ce n'est pas cette personne qui a animé mon stage. Je me demande s'il aurait fallu que je fasse plus de tapotage si elle avait été l'animatrice - peut-être que oui !).

"Par la suite, j'ai essayé cette technique avec une collègue praticienne, afin de m'y entraîner. C'était une femme qui avait à lutter contre ses parents (et surtout son père) parce qu'ils ne trouvaient aucune valeur à son travail avec EFT. Elle a donc dit ce qu'elle avait à dire à la troisième personne :

"- Il me rabaisse, il est tellement obsédé par la science et ne trouve aucun intérêt aux émotions - il dévalorise mon travail".

"Puis, elle a dit ce qu'elle avait à dire à la seconde personne. Que ce soit pour cette amie, pour moi-même, et pour la plupart des gens à qui j'ai fait faire cette technique, cette partie est une épreuve, et représente un réel changement - vous devez exprimer vos sentiments à l'autre personne en disant "vous" comme si vous étiez en face d'elle. Souvent, nous avons été trop intimidés et inhibés pour faire cela, alors, quand nous nous autorisons à le faire comme si la personne était vraiment là, le processus peut être très puissant.

"Enfin elle a parlé à la première personne. Elle a parlé comme si elle était son père parce qu'elle le connaissait intimement; alors que moi, comme je ne connaissais pas vraiment la personne, j'avais fait l'exercice avec moi-même. Alors elle a pu dire beaucoup de choses, comme : "J'aime mes enfants et je suis fier d'eux", par exemple. Elle a réalisé que, même s'il était important pour elle qu'il accorde de la valeur à l'EFT, le fait qu'il n'y accorde aucune valeur ne signifiait pas qu'il n'accordait aucune valeur à sa fille. Soudain, le problème lui a paru moins grand et beaucoup plus simple à gérer.

"Et c'est cela qui s'est produit à chaque fois que j'ai utilisé la technique : le passage à la première personne apporte un changement très puissant dans la façon dont le client gère ses relations avec l'autre personne, ce qui le libère du problème. Cela semble toujours se produire le plus fortement quand le client arrive à la partie où il dit "je".

"Alors vous pourriez utiliser cette technique pour résoudre des problèmes de difficultés avec certaines personnes.

"Il y a aussi d'autres usages possibles de cette technique, par exemple :

"1) (Pour un thérapeute :) Pour explorer ses relations avec un client avec qui "ça n'avance plus" : parler du client comme "lui-elle", puis comme "vous", puis comme "je", tout en faisant le tapping. Je vais l'utiliser la prochaine fois que ça m'arrivera, et je pense que ça m'aidera à voir les choses sous un nouvel angle en ce qui concerne le client et la relation thérapeutique, et que de nouvelles idées me viendront pour continuer le travail avec lui.

"2) (Pour tout un chacun) Pensez à quelqu'un que vous ne pouvez vraiment pas supporter. Cela peut être quelqu'un que vous connaissez, ou une célébrité, ou un personnage dans un film, n'importe qui. Cela peut aussi être un groupe de gens. Parlez-en à la troisième personne : son comportement, ses opinions, tout ce qui vous insupporte chez lui/elle, etc. En travaillant ainsi, j'ai fait l'expérience de prises de conscience de parties de moi-même que j'avais ignorées ou supprimées. J'ai aussi pu ressentir beaucoup plus de compassion pour les gens que j'irrite, et pour les gens en général.

"J'ai appris (et je dois sans cesse l'apprendre à nouveau !) que le changement que vous obtenez lorsque vous utilisez l'EFT, très souvent n'est pas le changement auquel vous vous attendiez lorsque vous pensiez au problème. Alors, arrêtez de "vous attendre à" quelque chose, et voyez où le processus va vous mener.

"Avec mes remerciements (à Gary Craig) pour ce travail magnifique."

Roushan Martens

***************

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.