mardi 12 février 2013

Aidez vos enfants grâce à l'EFT

Dimanche, jour 6 du TAPPING WORLD SUMMIT, le psychologue australien STEVE WELLS expliquait comment il était possible pour les parents d'aider leurs enfants grâce à l'EFT.

C'était passionant.
Etant lui-même papa, Steve Wells prenait des exemples dans sa vie quotidienne.
J'ai pu retrouver une partie de cet entretien dans le livret que Steve Wells publiait dans son site il y a une dizaine d'années : "POCKET GUIDE TO EMOTIONAL FREEDOM", ("Guide de poche vers la liberté émotionnelle"), que je vous traduis ci-dessous.

Par Steve Wells :

Comment travailler avec vos propres enfants

"L'utilisation de l'EFT avec nos enfants peut être une expérience très enrichissante. Mais cela peut aussi être extrêmement frustrant. J'ai moi-même appris trois choses en utilisant l'EFT avec mes entants - ainsi qu'avec ceux de certains de mes clients.
"- Premièrement - Il est préférable de faire le tapotage sur soi-même d'abord. 
"Si l'EFT ne marche pas, je suggère que vous regardiez en vous-même d'abord, surtout lorsque de très jeunes enfants sont concernés. Ils ont tendance à être reliés intimement à vos états émotionnels à vous, car ils entrent en résonance avec vos propres états et sentiments [pour savoir comment ils vont se sentir]. "Souvenez-vous que les émotions se transfèrent entre les gens lorsqu'ils sont en relation les uns avec les autres. Et les enfants souvent sont comme des diapasons qui captent nos états émotionnels.
"Un cas pour illustrer ce point. Un soir, mon fils Joshua avait peur d'aller seul dans sa chambre. Il disait qu'il craignait qu'il y ait des fantômes. Après lui avoir expliqué qu'il n'y avait pas de fantôme et que la lumière était allumée - selon la logique linéaire parentale - il refusait toujours d'y aller. Je lui ai dit alors que j'allais faire "le tapotage" sur cela pour lui, pour l'aider à avoir moins peur. Il a répliqué que le tapotage "n'allait pas marcher". J'ai essayé d'ignorer ses protestations car il avait eu d'excellents résultats avec l'EFT par le passé, même après avoir fait la même protestation. J'ai donc commencé à masser son "point douloureux" pour son propre bénéfice en disant :
- "Même si tu as peur des fantômes, tu es toujours un bon petit garçon".
"Après 5 séquences, la peur n'avait toujours pas diminué et je me sentais frustré. Alors je suis passé au "plan B", l'exposition à la peur (comme disent certains psychologues : "ressentir la peur et y aller quand même"). Le résultat a été un petit garçon terrorisé qui est entré dans sa chambre dans un état d'extrême souffrance, continuant à pleurer en se lavant les dents et jusque sur le siège des toilettes. Suite à cela, je me sentais complètement idiot pour avoir ainsi forcé mon fils. J'ai fait mon bilan et j'ai pris un moment pour tapoter sur moi-même. Ensuite, après avoir pris une distance salutaire, je me suis assis sur le lit de mon fils et j'ai parlé avec lui de ce qui lui faisait peur. Comme je n'étais plus angoissé par son angoisse (ni frustré), j'ai trouvé que
j'étais plus disponible pour l'écouter maintenant et pour cibler le traitement de ses peurs spécifiques. Il m'a raconté une histoire qu'il avait vue à la télé, dans laquelle il y avait un avion plein de fantômes. Non seulement les images mais aussi ce qui était dit l'avaient inquiété. Je lui ai demandé si maintenant il était capable de se concentrer sur ça pour faire le tapotage et il a été d'accord. Pendant qu'il le faisait, j'ai pu réaliser que la légère distance que j'avais prise vis-à-vis du processus était cruciale pour que l'EFT marche pour mon fils.
J'avais eu besoin de me libérer de mes propres états émotionnels négatifs AU SUJET DE son problème pour travailler avec lui SUR son problème. Avant cela, mes émotions embrumaient ma responsabilité et même elles se transféraient à lui en court-circuitant notre travail ensemble.
"Je pense que si nous tapotons anxieusement avec ou pour le compte de quelqu'un, nous diminuons grandement nos chances d'avoir des résultats positifs. C'est pourquoi j'ai toujours fait le tapotage en même temps que mes clients. Je ne veux pas que mes états personnels interfèrent avec leur guérison. En tout cas, la conclusion de cette histoire avec mon fils a été que nous étions maintenant capables de traiter plusieurs aspects car j'étais suffisamment respectueux de la façon dont mon fils se sentait pour lui demander à chaque étape : "Comment pourrait-on appeler ça ?" quand il identifiait un nouvel aspect à tapoter, ce qui l'impliquait encore plus dans le processus. 5 séquences plus tard, il dormait = problème résolu, au moins pour l'instant.
"Mon conseil : tapoter toujours, toujours, sur soi-même.
"- Deuxièmement - Travaillez sur vous-même pour les choses que vous n'aimez pas que vos enfants (ou que d'autres personnes) fassent parce qu'elles vous dérangent.
"Quand ma fille est née, ses cris étaient tellement forts et insistants qu'ils avaient sur moi un effet négatif. Je trouvais très stressant d'avoir à m'occuper d'elle dans ces moments d'agression auditive. Un jour que je changeais sa couche et qu'elle hurlait tandis ma mauvaise humeur empirait, j'ai réalisé qu'il fallait que je fasse un peu de tapotage pour cela.
"J'ai fait quelques séquences ciblées sur "les hurlements de ma fille" et soudain je me suis rendu compte qu'en fait elle avait toute une gamme de cris différents. Auparavant ses cris étaient tous pareils pour moi, très intenses et fortement dérangeants. Maintenant, je réalisais que certains de ses cris étaient causés par une vraie douleur tandis que d'autres étaient dûs à la frustration, et que certains n'étaient qu'une demande d'attention et d'amour, etc., etc. Auparavant, je les avais interprétés seulement comme une intense souffrance et il était pénible pour moi d'avoir à les gérer, surtout lorsqu'une petite fille particulièrement fatiguée prenait au moins une heure pour arriver à s'endormir.
"Après le tapotage, j'ai pu réaliser que tous ses cris ne nécessitaient pas forcément une réponse immédiate ni le même type de réponse, ni même une réponse tout court à certaines occasions. Et j'ai commencé à me sentir bien avec ma petite fille à nouveau. Bien sûr, j'aurais voulu qu'elle arrête de hurler et de crier. Je reconnais que maintenant elle se calme beaucoup plus vite qu'avant. Mais le fait d'être capable de supporter "le plus chaud de l'épreuve" a été très puissant pour un père que n'aurait jamais pu supporter tout ça sans le
tapotage EFT.
"- Troisièmement - Faites que l'EFT soit un jeu pour vos enfants, une activité ludique dans laquelle vous participez avec eux. Vous pouvez trouver des formulations naturelles pour la phrase de départ, telles que : "Même si tu as un petit peu peur, papa et maman t'aiment". Ensuite, vous tapotez sur les points en disant : "un petit peu peur". L'enfant va répondre, alors familiarisez-vous avec la technique pour être à l'aise, car la plupart du temps vous le ferez pour lui. Vous serez ainsi assuré que si vous devez le faire dans une situation vraiment stressante, le cadre adéquat sera déjà en place pour pouvoir utiliser l'EFT avec
efficacité. Les enfants tendent à répondre à l'EFT plus rapidement que les adultes." (Steve Wells, extrait de "Pocket Guide to Emotional Freedom".
*
Pour les anglophones, Steve Wells a écrit plusieurs livres sur l'EFT, en association avec le Dr David Lake, qu'on peut commander et télécharger dans leur site : www.eftdownunder.com
Tous les deux viennent souvent en Europe pour donner des séminaires EFT en Grande-Bretagne, mais aussi en Belgique où ils sont organisés avec traduction simultanée. Se renseigner dans leur site.
*

ARCHIVES DU BLOG : EFT pour les Enfants

Retrouvez toutes les études de cas concernant les enfants que j'ai traduites dans ce blog, soit en cliquant dans la colonne de droite, sous "Thèmes des Rubriques", sur le lien "EFT pour les enfants", soit sur le lien ci-dessous :
http://secret-abondance.blogspot.com.es/search/label/EFT%20pour%20les%20enfants


********

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.