samedi 17 novembre 2012

EFT soulage le trauma et un paralytique marche !

On ne sait pas très bien pourquoi ni comment de graves traumatismes d'enfance peuvent se manifester physiquement à l'âge adulte, mais ici, avec l'EFT, un paralytique marche !

Gary Craig, fondateur de la méthode EFT, nous présente ainsi l'étude de cas suivante.

"Wow! C'est presque un titre biblique, hein? Néanmoins, c'est ce qui s'est passé dans le bureau de David Peppiatt, praticien EFT en Nouvelle-Zélande. Les traumatismes d'enfance importants subis par le client de David l'avaient conduits à marcher avec des béquilles (même si c'était imputé à un accident de voiture) et le soulagement du traumatisme de base a permis au client de se mettre à marcher sans béquilles. Ce genre de cas n'est pas rare, en fait. Beaucoup de gens ont eu des expériences similaires. Dans les cassettes audio du cours EFT (ancienne version, indisponible, NDT) on peut entendre que Bruce, victime de la sclérose en plaques, sort de son fauteuil roulant et marche tandis que sa femme proclame: "C'est un miracle!"
"David raconte ci-dessous l'histoire à sa manière très vivante. S'il vous plaît, notez le talent artistique et le travail de détective du praticien EFT pour arriver à découvrir le noeud caché à la base de cette histoire.
"Bonne journée ! Gary."

Traduction de la page de l'ancien site de Gary Craig emofree.com : **http://www.emofree.com/Trauma/crippled.htm?WT.mc_id=N_Jan19_Tip9**

Par David Peppiatt :

J'ai vu quelques résultats vraiment étonnants suite au traitement par l'EFT, mais aujourd'hui, j'ai été témoin de quelque chose de tout à fait extraordinaire... J'ai vu un infirme se lever de sa chaise et traverser en diagonale mon bureau de 8 pieds sur 6, sans utiliser ses béquilles ! Il aurait voulu ensuite faire le chemin inverse, mais l'événement l'a fait s'effondrer dans de grands éclats de larmes de joie.

PROFIL
Le client (nous l'appellerons John) a 52 ans. Il est porteur d'un terrible fardeau émotionnel. A cours des 7 dernières années il a été forcé de se déplacer uniquement à l'aide de béquilles. Pour se déplacer d'un endroit à l'autre, il se lève en mettant les pieds à plat sur le sol, il pose le bout de ses béquilles en avant, puis il balance son corps tout entier en faisant un arc court. Ensuite, il répète ce processus jusqu'à ce qu'il arrive à destination.
Son enfance, de sa naissance à sa 18ème année, a été la plus effrayante série d'abus physiques et émotionnels que j'aie vue dans ma pratique. Des expériences si terribles que la seule mention de sa mère ou de sa soeur lui faisait venir les larmes aux yeux.
Ensuite, à l'âge de vingt ans, il a eu un accident assez grave mais sans trop de conséquences, car il a pu continuer à marcher pendant de nombreuses années. (Par la suite, il a dit que son état était dû à cet accident). A cette époque, John était engagé dans une relation désastreuse (et abusive) avec une femme qui a éloigné de lui son fils (le fils de John, NDT).
Par la suite, John a essayé plusieurs autres relations qui ont toutes été des échecs. Il vit maintenant seul et évite toute circonstance où une relation pourrait être créée.

SEANCES
En incluant la séance de ce soir, j'ai passé six heures avec John, au cours de trois séances. J'ai creusé et j'ai cherché dans tous les sens et, bien sûr, beaucoup de ses angoisses ont été calmées. Mais il continue à se déplacer avec des béquilles.
Ce soir, nous avons fait une petite pause café au cours de la séance (j'avais été avec des clients en permanence depuis 8 heures sans prendre de repos, et lui aussi se sentait un peu épuisé, alors une pause était la bienvenue pour tous les deux).
Nous nous sommes assis et nous avons bavardé sur tout un tas de choses sans lien avec son état. Le principal sujet était le vol (avion, planeur, vol à voile ? Non précisé. NDT), car nous partageons une passion pour ce sport.
Soudain, il a commencé à me parler d'un ami qui avait été très violemment agressé la semaine précédente. Il en parlait et tout à coup il a dit, comme sans le faire exprès :
- "Au moins, pour cette raison c'est une bonne chose d'être un infirme, personne ne veut vous frapper."
Pendant quelques secondes je suis resté assis là, alors qu'un frisson géant commençait à monter le long de mon dos puis emplissait tout mon corps.
Est-ce que je ne venais pas d'entendre justement les mots qui permettaient d'ouvrir LA porte ?
Une fois de plus, j'ai laissé mon intuition prendre le contrôle des opérations et nous avons travaillé là-dessus. Pour des raisons que je ne peux pas expliquer, j'ai choisi de m'éloigner de la norme établie.

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : Le modèle de création de phrases ci-dessous est conforme à ce que nous utilisons dans nos cours avancés.

DAVID CONTINUE. Je lui ai donné à répéter la phrase de départ suivante :
- "Si j'avais été infirme ma mère ne m'aurait jamais battu quand j'étais petit. Et je me pardonne absolument et complètement d'être un infirme maintenant."
John a réussi à le dire jusqu'à "quand j'étais petit", puis il est entré dans une réaction cathartique massive.
"Bon sang, mais c'est bien sûr ! C'est ça ! ai-je pensé. Je l'ai, la cause de son truc ! S'il avait été un enfant infirme, sa mère ne l'aurait pas battu !"
J'ai fait 7 séquences complètes. Et à chaque tour, je travaillais les 7 premiers points avec :
- "Je n'ai plus besoin de me protéger contre elle maintenant. Elle est morte. Elle ne peut plus me blesser. Je n'en ai plus besoin. Je suis en sécurité. Je n'ai pas besoin de cette protection par l'infirmité. Je suis en sécurité en n'étant pas infirme."

Ensuite, j'ai utilisé des variations sur ce thème en tapotant sur le point Karaté, puis nous avons verrouillé le résultat positif en faisant la gamme des 9 actions sur le point du dessus de la main (voir mes schémas dans la page "Apprendre EFT", NDT).

Puis je suis passé à une autre phrase de départ en utilisant une méthode similaire. Le cerveau de cet homme avait tout arrangé pour qu'il devienne infirme afin de se protéger de souvenirs traumatiques qui, en fait, sont aussi réel aujourd'hui que le jour ils se sont produits.
A la fin, quand je me suis trouvé enfin à court d'idées, j'ai demandé à John comment il se sentait. Il a froncé les sourcils et a dit:
- "Je ne sais pas. Je me sens un peu bizarre. Je me sens comme si j'étais vide et plein en même temps, et j'ai ce terrible besoin de rire."
- "Avez-vous une idée de ce qui vous fait rire ?" ai-je demandé.
- "Ouais, je le sais. C'est vous. J'ai dépensé des dizaines de milliers de dollars avec toutes sortes de thérapeutes et de psychologues, mais je suis là, assis dans une chambre avec un mec qui me fait dire des choses stupides en tapotant sur moi comme les chamans indiens dans certains pays d'Amérique et..."
Et là, il s'est effrondré en larmes et a pleuré pendant environ cinq minutes.

Grands dieux, j'utilise tellement de boites de kleenex par jour que j'ai l'impression d'être le roi des pleurs d'Auckland. Si j'essorais tous ces mouchoirs en papier je pourrais remplacer l'approvisionnement en eau de la nation.
Enfin, il s'est calmé et et a dit :
- "Vous êtes la seule personne qui aie jamais réellement pris la peine de m'écouter. Et vous êtes sûrement la seule personne qui m'aie compris... Comment se fait-il que vous y arriviez alors que les autres n'ont rien pu faire ?" J'ai répondu :
- "Eh ! bien, mon bonhomme, j'ai fait cinquante ans de vie. Mes 12 premières années ont été presque aussi mauvaises que les vôtres, alors je sais un peu d'où vous venez. En dehors de cela, je ne sais pas vraiment, mais j'ai l'impression que j'ai un peu reçu un don... Mais ça fait bizarre de dire ça alors on n'ira pas plus loin cette piste. Maintenant, juste pour rire, quoi... J'ai un terrible sens de l'humour, John, alors... Auriez-vous l'obligeance de vous lever et de venir vers moi ? Si vous tombez, c'est cool. Vous tombez, je rigole et je vous ramasse. Vous payer ma facture et on est quitte. Okay ? "

Là, Gary, J'ai vu la colère dans ses yeux, puis il a dit :
- "Espèce de salaud!"
Mais il s'est hissé de la chaise et, en l'espace de deux minutes, il a marché à travers la pièce, sans ses béquilles ! Émotionnel ou physique.
Dans 6 semaines, je vous parie que je le fais danser dans les bals ! J'ajouterai, si je peux me permettre, que c'est de votre faute si cet homme peut recommencer à marcher maintenant !

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : C'est un genre de culpabilité que j'accepte avec joie.

DAVID CONTINUE. Vous voyez, les clés du Saint-Graal sont souvent si bien camouflées qu'il faut seulement continuer à creuser jusqu'à les trouver. Mais quand on y arrive enfin, alors là ! ...

J'ai fait une autre séance aujourd'hui, une cliente avec qui j'avais dansé pendant quelques heures et dégagé quelques trucs de surface. Aujourd'hui, nous avons parlé d'un avortement qu'elle avait eu, et j'ai pensé que peut-être c'était la clé, mais non, l'avortement, comme événement spécifique, n'était pas la clé.
Au fur et à mesure où la séance a évolué, elle m'a demandé si je pensais que l'âme entrait dans un corps à sa conception ou à un autre moment pendant la gestation. Mon intuition a cliqué à nouveau et j'ai réalisé ce que c'était cela, son problème. Je lui ai fait dire :
- "Même si j'ai refusé la vie à mon bébé ..."
Boum ! Elle n'a pas pu aller plus loin, alors on a fait 3 séquences là-dessus.
Quand nous avons eu terminé, sa dystonie avait disparu (des tremblements ressemblant à la maladie de Parkinson), sa peur de l'obscurité était partie, son cou pouvait bouger sans lui faire mal, la douleur dans sa poitrine avait disparu et sa peau était toute détendue.

Comme John, elle a déclaré :
- "Personne d'autre ne m'a jamais comprise, et pourtant vous faites ce truc bizarre et vous me comprenez. Pourquoi ? Comment est-ce que vous saviez que j'ai assassiné mon bébé?"
Et on a recommencé. Cette fois, c'était :
- "Même si je pense que j'ai assassiné mon bébé", etc
À la fin de la séance, la cliente marchait presque à 10cm du sol, libérée de son fardeau terrible.

Trouvez la vraie cible et l'EFT va tuer la douleur à chaque fois. Le truc est de trouver la véritable cible.

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : Oui ! C'est cela mon expérience aussi. Être un détective de ce genre est ce qui sépare les EFT masters des psy ordinaires.

DAVID CONTINUE : Gary, je suis en séance sept jours sur sept, et plus de dix heures par jour, mais je ne me sens jamais fatigué, (oh ! peut-être un peu), je ne me sens jamais accablé, je suis tellement euphorique parce que je sais que chaque client en sortant de chez moi se sentira un véritable être humain.
Et quelle est l'origine de tout ça ? La maltraitance des enfants ! La maltraitance des enfants ! La maltraitance des enfants ! Il faut absolument rompre ce mauvais cycle.

Bonne journée

David Peppiatt (Nouvelle Zélande)

**********

1 commentaire:

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.