samedi 17 novembre 2012

EFT soulage le trauma et un paralytique marche !

On ne sait pas très bien pourquoi ni comment de graves traumatismes d'enfance peuvent se manifester physiquement à l'âge adulte, mais ici, avec l'EFT, un paralytique marche !

Gary Craig, fondateur de la méthode EFT, nous présente ainsi l'étude de cas suivante.

"Wow! C'est presque un titre biblique, hein? Néanmoins, c'est ce qui s'est passé dans le bureau de David Peppiatt, praticien EFT en Nouvelle-Zélande. Les traumatismes d'enfance importants subis par le client de David l'avaient conduits à marcher avec des béquilles (même si c'était imputé à un accident de voiture) et le soulagement du traumatisme de base a permis au client de se mettre à marcher sans béquilles. Ce genre de cas n'est pas rare, en fait. Beaucoup de gens ont eu des expériences similaires. Dans les cassettes audio du cours EFT (ancienne version, indisponible, NDT) on peut entendre que Bruce, victime de la sclérose en plaques, sort de son fauteuil roulant et marche tandis que sa femme proclame: "C'est un miracle!"
"David raconte ci-dessous l'histoire à sa manière très vivante. S'il vous plaît, notez le talent artistique et le travail de détective du praticien EFT pour arriver à découvrir le noeud caché à la base de cette histoire.
"Bonne journée ! Gary."

Traduction de la page de l'ancien site de Gary Craig emofree.com : **http://www.emofree.com/Trauma/crippled.htm?WT.mc_id=N_Jan19_Tip9**

Par David Peppiatt :

J'ai vu quelques résultats vraiment étonnants suite au traitement par l'EFT, mais aujourd'hui, j'ai été témoin de quelque chose de tout à fait extraordinaire... J'ai vu un infirme se lever de sa chaise et traverser en diagonale mon bureau de 8 pieds sur 6, sans utiliser ses béquilles ! Il aurait voulu ensuite faire le chemin inverse, mais l'événement l'a fait s'effondrer dans de grands éclats de larmes de joie.

PROFIL
Le client (nous l'appellerons John) a 52 ans. Il est porteur d'un terrible fardeau émotionnel. A cours des 7 dernières années il a été forcé de se déplacer uniquement à l'aide de béquilles. Pour se déplacer d'un endroit à l'autre, il se lève en mettant les pieds à plat sur le sol, il pose le bout de ses béquilles en avant, puis il balance son corps tout entier en faisant un arc court. Ensuite, il répète ce processus jusqu'à ce qu'il arrive à destination.
Son enfance, de sa naissance à sa 18ème année, a été la plus effrayante série d'abus physiques et émotionnels que j'aie vue dans ma pratique. Des expériences si terribles que la seule mention de sa mère ou de sa soeur lui faisait venir les larmes aux yeux.
Ensuite, à l'âge de vingt ans, il a eu un accident assez grave mais sans trop de conséquences, car il a pu continuer à marcher pendant de nombreuses années. (Par la suite, il a dit que son état était dû à cet accident). A cette époque, John était engagé dans une relation désastreuse (et abusive) avec une femme qui a éloigné de lui son fils (le fils de John, NDT).
Par la suite, John a essayé plusieurs autres relations qui ont toutes été des échecs. Il vit maintenant seul et évite toute circonstance où une relation pourrait être créée.

SEANCES
En incluant la séance de ce soir, j'ai passé six heures avec John, au cours de trois séances. J'ai creusé et j'ai cherché dans tous les sens et, bien sûr, beaucoup de ses angoisses ont été calmées. Mais il continue à se déplacer avec des béquilles.
Ce soir, nous avons fait une petite pause café au cours de la séance (j'avais été avec des clients en permanence depuis 8 heures sans prendre de repos, et lui aussi se sentait un peu épuisé, alors une pause était la bienvenue pour tous les deux).
Nous nous sommes assis et nous avons bavardé sur tout un tas de choses sans lien avec son état. Le principal sujet était le vol (avion, planeur, vol à voile ? Non précisé. NDT), car nous partageons une passion pour ce sport.
Soudain, il a commencé à me parler d'un ami qui avait été très violemment agressé la semaine précédente. Il en parlait et tout à coup il a dit, comme sans le faire exprès :
- "Au moins, pour cette raison c'est une bonne chose d'être un infirme, personne ne veut vous frapper."
Pendant quelques secondes je suis resté assis là, alors qu'un frisson géant commençait à monter le long de mon dos puis emplissait tout mon corps.
Est-ce que je ne venais pas d'entendre justement les mots qui permettaient d'ouvrir LA porte ?
Une fois de plus, j'ai laissé mon intuition prendre le contrôle des opérations et nous avons travaillé là-dessus. Pour des raisons que je ne peux pas expliquer, j'ai choisi de m'éloigner de la norme établie.

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : Le modèle de création de phrases ci-dessous est conforme à ce que nous utilisons dans nos cours avancés.

DAVID CONTINUE. Je lui ai donné à répéter la phrase de départ suivante :
- "Si j'avais été infirme ma mère ne m'aurait jamais battu quand j'étais petit. Et je me pardonne absolument et complètement d'être un infirme maintenant."
John a réussi à le dire jusqu'à "quand j'étais petit", puis il est entré dans une réaction cathartique massive.
"Bon sang, mais c'est bien sûr ! C'est ça ! ai-je pensé. Je l'ai, la cause de son truc ! S'il avait été un enfant infirme, sa mère ne l'aurait pas battu !"
J'ai fait 7 séquences complètes. Et à chaque tour, je travaillais les 7 premiers points avec :
- "Je n'ai plus besoin de me protéger contre elle maintenant. Elle est morte. Elle ne peut plus me blesser. Je n'en ai plus besoin. Je suis en sécurité. Je n'ai pas besoin de cette protection par l'infirmité. Je suis en sécurité en n'étant pas infirme."

Ensuite, j'ai utilisé des variations sur ce thème en tapotant sur le point Karaté, puis nous avons verrouillé le résultat positif en faisant la gamme des 9 actions sur le point du dessus de la main (voir mes schémas dans la page "Apprendre EFT", NDT).

Puis je suis passé à une autre phrase de départ en utilisant une méthode similaire. Le cerveau de cet homme avait tout arrangé pour qu'il devienne infirme afin de se protéger de souvenirs traumatiques qui, en fait, sont aussi réel aujourd'hui que le jour ils se sont produits.
A la fin, quand je me suis trouvé enfin à court d'idées, j'ai demandé à John comment il se sentait. Il a froncé les sourcils et a dit:
- "Je ne sais pas. Je me sens un peu bizarre. Je me sens comme si j'étais vide et plein en même temps, et j'ai ce terrible besoin de rire."
- "Avez-vous une idée de ce qui vous fait rire ?" ai-je demandé.
- "Ouais, je le sais. C'est vous. J'ai dépensé des dizaines de milliers de dollars avec toutes sortes de thérapeutes et de psychologues, mais je suis là, assis dans une chambre avec un mec qui me fait dire des choses stupides en tapotant sur moi comme les chamans indiens dans certains pays d'Amérique et..."
Et là, il s'est effrondré en larmes et a pleuré pendant environ cinq minutes.

Grands dieux, j'utilise tellement de boites de kleenex par jour que j'ai l'impression d'être le roi des pleurs d'Auckland. Si j'essorais tous ces mouchoirs en papier je pourrais remplacer l'approvisionnement en eau de la nation.
Enfin, il s'est calmé et et a dit :
- "Vous êtes la seule personne qui aie jamais réellement pris la peine de m'écouter. Et vous êtes sûrement la seule personne qui m'aie compris... Comment se fait-il que vous y arriviez alors que les autres n'ont rien pu faire ?" J'ai répondu :
- "Eh ! bien, mon bonhomme, j'ai fait cinquante ans de vie. Mes 12 premières années ont été presque aussi mauvaises que les vôtres, alors je sais un peu d'où vous venez. En dehors de cela, je ne sais pas vraiment, mais j'ai l'impression que j'ai un peu reçu un don... Mais ça fait bizarre de dire ça alors on n'ira pas plus loin cette piste. Maintenant, juste pour rire, quoi... J'ai un terrible sens de l'humour, John, alors... Auriez-vous l'obligeance de vous lever et de venir vers moi ? Si vous tombez, c'est cool. Vous tombez, je rigole et je vous ramasse. Vous payer ma facture et on est quitte. Okay ? "

Là, Gary, J'ai vu la colère dans ses yeux, puis il a dit :
- "Espèce de salaud!"
Mais il s'est hissé de la chaise et, en l'espace de deux minutes, il a marché à travers la pièce, sans ses béquilles ! Émotionnel ou physique.
Dans 6 semaines, je vous parie que je le fais danser dans les bals ! J'ajouterai, si je peux me permettre, que c'est de votre faute si cet homme peut recommencer à marcher maintenant !

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : C'est un genre de culpabilité que j'accepte avec joie.

DAVID CONTINUE. Vous voyez, les clés du Saint-Graal sont souvent si bien camouflées qu'il faut seulement continuer à creuser jusqu'à les trouver. Mais quand on y arrive enfin, alors là ! ...

J'ai fait une autre séance aujourd'hui, une cliente avec qui j'avais dansé pendant quelques heures et dégagé quelques trucs de surface. Aujourd'hui, nous avons parlé d'un avortement qu'elle avait eu, et j'ai pensé que peut-être c'était la clé, mais non, l'avortement, comme événement spécifique, n'était pas la clé.
Au fur et à mesure où la séance a évolué, elle m'a demandé si je pensais que l'âme entrait dans un corps à sa conception ou à un autre moment pendant la gestation. Mon intuition a cliqué à nouveau et j'ai réalisé ce que c'était cela, son problème. Je lui ai fait dire :
- "Même si j'ai refusé la vie à mon bébé ..."
Boum ! Elle n'a pas pu aller plus loin, alors on a fait 3 séquences là-dessus.
Quand nous avons eu terminé, sa dystonie avait disparu (des tremblements ressemblant à la maladie de Parkinson), sa peur de l'obscurité était partie, son cou pouvait bouger sans lui faire mal, la douleur dans sa poitrine avait disparu et sa peau était toute détendue.

Comme John, elle a déclaré :
- "Personne d'autre ne m'a jamais comprise, et pourtant vous faites ce truc bizarre et vous me comprenez. Pourquoi ? Comment est-ce que vous saviez que j'ai assassiné mon bébé?"
Et on a recommencé. Cette fois, c'était :
- "Même si je pense que j'ai assassiné mon bébé", etc
À la fin de la séance, la cliente marchait presque à 10cm du sol, libérée de son fardeau terrible.

Trouvez la vraie cible et l'EFT va tuer la douleur à chaque fois. Le truc est de trouver la véritable cible.

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : Oui ! C'est cela mon expérience aussi. Être un détective de ce genre est ce qui sépare les EFT masters des psy ordinaires.

DAVID CONTINUE : Gary, je suis en séance sept jours sur sept, et plus de dix heures par jour, mais je ne me sens jamais fatigué, (oh ! peut-être un peu), je ne me sens jamais accablé, je suis tellement euphorique parce que je sais que chaque client en sortant de chez moi se sentira un véritable être humain.
Et quelle est l'origine de tout ça ? La maltraitance des enfants ! La maltraitance des enfants ! La maltraitance des enfants ! Il faut absolument rompre ce mauvais cycle.

Bonne journée

David Peppiatt (Nouvelle Zélande)

**********

mercredi 14 novembre 2012

EFT, chagrin d'amour et insomnie


En travaillant avec l'EFT sur le problème du présent - ici, un chagrin d'amour - on peut soulager des difficultés liées à des problèmes anciens. 

Gary Craig, fondateur de l'EFT, présente ainsi ce cas :
"La rupture d'une relation amoureuse donne souvent lieu à des formes intenses de souffrance et d'obsession connues sous le nom de "chagrin d'amour". La personne qui en est atteinte a l'impression qu'elle "ne s'en remettra jamais" et que tout simplement elle "ne peut pas vivre sans lui / elle." La rupture est perçue comme une perte majeure, laquelle a souvent de nombreux aspects ou racines.
"Toutefois, dans l'étude de cas ci-dessous, le Dr Carol Look présente un travail intensif réalisé sur le chagrin d'amour, dont les différents aspects peuvent apporter de nombreux résultats positifs, parfois inattendus.
"Bien à vous. Gary"

Traduction de l'un des articles de cette page du site de Gary Craig :
**http://www.emofree.com/Cases/lovepain.htm**

Carol Look écrit :

J'ai récemment travaillé avec un jeune homme que nous appellerons "Alan". Il se sentait très déprimé à la suite d'une récente rupture avec une femme à laquelle il avait été fiancé en vue du mariage.
Alan m'a d'abord contacté en disant qu'il voulait se débarrasser d'un problème sérieux d'insomnie. C'est plus tard qu'il l'a révélé qu'il pensait que ses problèmes de sommeil pouvaient avoir un lien avec sa récente rupture.
Mis à part l'insomnie, Alan se décrivait comme impuissant à maîtriser son désir obsessionnel de regarder la télévision. Il évitait d'aller se coucher la nuit et passait son temps à écouter des cassettes de musique que sa petite amie lui avait données.
Les émotions qu'il présentait étaient notamment le sentiment d'avoir été blessé, la souffrance profonde, le sentiment d'être rejeté, l'apitoiement sur soi, la solitude, le désespoir, le manque et la culpabilité.

Première séance

Nous avons tapoté ensemble pour tous les problèmes et émotions ci-dessus. Je les ai appelés ainsi : "peur de dormir", "peur d'aller au lit seul", "cette solitude", "ce sentiment de rejet profond et douloureux", "cette tristesse parce qu'elle m'a quitté", etc.
Nous avons aussi utilisé les phrases de départ suivantes :
- "Même si je ne peux pas m'empêcher de penser à elle..."
- "Même si je ne peux pas arrêter d'écouter sa musique..."
- "Même si je ressens une profonde douleur à cause de cette perte..."
Nous avons tapoté sur de nombreuses séquences au cours de cette première séance, en essayant de toucher toutes les facettes (aspects) des conséquences de la rupture.

Séance de suivi

Trois semaines plus tard, Alan est revenu pour une séance de suivi et il m'a décrit ses progrès comme suit.
Tout d'abord, Alan m'a dit qu'il se sentait si bien qu'il ne pouvait pas y croire. Il a décrit son corps comme physiquement plus léger et plus libre et que dans son souvenir il ne l'avait jamais senti comme ça. Il a dit qu'il n'avait jamais cru à l'expression qui dit que "les gens transportent des bagages du passé", mais que maintenant, il comprenait exactement ce que cela voulait dire et qu'il sentait qu'il s'était débarrassé de ses propres bagages.
Il m'a dit :
- "Je me suis retrouvé capable de marcher dans la rue avec un sourire sur le visage sans aucune raison valable !"
Alan a décrit comment son insomnie était complètement "guérie". Maintenant, son sommeil lui semble beaucoup plus profond et il se réveille rafraîchi chaque matin, quel que soit le moment où il sort de son lit.
En outre, ses amis lui renvoient des commentaires qui sont très révélateurs. Ils lui disent qu'ils ne pouvaient pas croire qu'il soit capable d'avoir une conversation à propos d'elle sans être bouleversé. Ils ont remarqué qu'il paraissait différent maintenant, et il a trouvé ça profondément satisfaisant.
Lui-même a également remarqué qu'il ne "voyait" plus son ex au milieu de la foule chaque fois qu'il sortait dans la rue et qu'il croisait une femme lui ressemblant.
Il a même réussi un test-surprise : il marchait dans la rue quand une femme est passée, portant le même parfum spécial qu'il avait offert à sa petite amie. Il m'a indiqué qu'il avait pu trouver la fragrance agréable (en disant : "après tout, c'est une bonne eau de Cologne") au lieu de "devenir fou" comme auparavant. Cela lui a fait un choc.
De même, il est maintenant capable d'écouter "leur chanson" sans sombrer dans un désordre émotionnel.
Alan a cessé d'appeler son ex-petite amie au téléphone. Maintenant, il se sent bien par rapport au fait que chacun d'eux puisse vivre sa vie sans l'autre.
Il m'a dit qu'il était capable de prendre du recul, reconnaissant qu'il a beaucoup appris à la fois de sa petite amie et de l'intensité de cette relation. (Ce sont des changements cognitifs qui n'étaient pas à sa portée auparavant.)
Alan a décidé de ne pas jeter tous ses cadeaux, cartes de voeux et photographies à la poubelle. Au lieu de cela, il les a placés plus loin de sa vue. D'habitude, il conservait la photo de sa fiancée dans le tiroir de son bureau sur son lieu de travail, pour pouvoir la regarder à tout moment quand il se sentait obsédé par elle et par la douleur de sa perte.
Alan s'est senti profondément reconnaissant et maintenant, le fait de vivre seul le laisse dans un état de calme.
Carol Look, PhD
***********

EFT guérit les chagrins d'amour


Quand on est trahi par un être aimé, on peut passer par des étapes émotionnelles violentes. En utilisant l'EFT on peut retrouver rapidement son état normal pour faire face à la situation.

Attention, voici un cas de guérison instantanée !

[Si vous êtes un nouveau venu sur ce blog et que vous ne connaissez-pas l'EFT, lisez d'abord la page ci-dessus "Apprendre EFT" pour pouvoir comprendre les notions qui seront abordées sans explications dans le texte qui suit.]

Gary Craig écrit dans cette page de son ancien site emofree.com :
"L'EFT est un outil essentiel pour traiter toutes sortes de problèmes liés aux relations amoureuses. Dans cet article détaillé, envoyé par le Dr. Raul Vergini, MD, une femme est sous l'effet d'un "chagrin d'amour" violent parce que son petit ami a une liaison.
"Notez avec quelle facilité son état émotionnel intense est soulagé. Elle dit : "Oh mon Dieu, qu'est-ce que vous m'avez fait ? Il y a seulement une minute je pleurais et je voulais que Roby me revienne, alors que maintenant, je m'en moque et je pense que je peux facilement vivre sans lui ! Et je haïssais cette femme, tandis que maintenant je me sens pleine de compassion pour elle ! Ce n'est pas moi ! je suis heureuse maintenant ! Qu'est-ce qui se passe ? C'est incroyable ! "
"Le Dr Vergini nous prend étape par étape le processus, y compris les conversations et de la langue, de sorte que nous pouvons apprendre à partir des détails. S'il vous plaît noter qu'il aborde le problème en utilisant l'EFT sur ses malaises physiques plutôt que d'aller de front avec son intensité émotionnelle. Il s'agit souvent d'une approche utile et donne souvent le soulagement client sans angoisse émotionnelle. Superbe travail par le Dr Vergini.
"Bien à vous. Gary".

Traduction de la page en anglais :
**http://www.emofree.com/love-relationship-pain.htm**

Le Dr Raul Vergini écrit :
"Hier, j'ai reçu une femme de 52 ans qui soufrait d'un "chagrin d'amour". Elle était dans tous ses états parce que son nouveau petit ami, "Roby", la trompait avec une autre femme. Elle avait passé les quatre derniers mois dans la souffrance et la dépression. Elle pleurait, ne mangeait plus, lui faisait des scènes, etc.
Lorsque je l'ai vue, elle avait de la difficulté à parler de son problème sans pleurer. Elle répétait sans cesse qu'elle voulait que Roby lui revienne et qu'elle avait utilisé toutes ses "armes" pour cela. Elle disait qu'elle avait rencontré l'autre femme mais avait évité de lui faire une scène.
Quand je lui ai demandé d'évaluer ses sentiments négatifs de colère, de culpabilité, de jalousie, d'abandon, de souffrance d'avoir été trahie, elle s'est sentie dans la confusion et a été incapable de me donner un chiffre sur l'échelle de 0 à 10. Alors je lui ai demandé :
"Que ressentez-vous quand vous souffrez à cause de cette situation ? Est-ce que vous ressentez quelque chose de physique aussi ? Comme de la lourdeur, une douleur, des palpitations, etc. ?"
Elle m'a répondu :
- "Oui, je ressens un poids, une lourdeur ici, dans ma poitrine."
Je lui ai demandé :
- "Et qu'elle en est l'intensité sur l'échelle de 0 à 10 en ce moment ?"
Elle a dit :
- "C'est environ 5 ou 6 maintenant, mais hier c'était plus fort."
Alors je me suis dit : "On va commencer avec cette douleur physique et ensuite on verra comment continuer." Alors on a fait une séquence courte avec cette phrase de départ :
- "Même si j'ai cette lourdeur dans ma poitrine..."
Et la lourdeur est descendue à 0. Alors elle m'a dit :
- "Maintenant, je sens qu'il y a comme un noeud ou une grosseur ici, dans ma poitrine, qui me donne de la difficulté pour avaler. Ce n'était pas présent auparavant, mais je le remarque maintenant que la lourdeur est partie."
Alors nous avons continué avec la phrase de départ suivante :
- "Même si j'ai ce noeud, cette grosseur ici dans la poitrine et que ça m'empêche d'avaler..."
Nous n'avons fait qu'une séquence courte. Et elle a dit :
- "C'est parti". Et elle a souri. J'ai demandé :
- "Qu'est-ce qui est parti ?" Et elle a répondu :
- "Tout ! La grosseur et partie et ma tête est vide." 
J'ai demandé :
- "Vide, est-ce que c'est une impression négative ou positive ?"
Elle a répondu :
- "Positive. Maintenant, ma tête est libre." Et elle s'est mise à rire.
Puis elle a dit :
"Oh mon Dieu, qu'est-ce que vous m'avez fait ? Il y a seulement une minute je pleurais et je voulais que Roby me revienne, alors que maintenant, je m'en moque et je pense que je peux facilement vivre sans lui ! Et je haïssais cette femme, tandis que maintenant je me sens pleine de compassion pour elle ! Ce n'est pas moi ! je suis heureuse maintenant ! Qu'est-ce qui se passe ? C'est incroyable ! "
Elle était joyeuse et le changement intervenu se voyait sur son visage. Elle avait l'air d'avoir rajeuni de cinq ans. Je pense que lorsqu'un patient se met à rire d'un problème qui le faisait pleurer cinq minute avant, un élément fondamental a été dégagé.
Ensuite elle m'a dit qu'elle avait peur que ce nouvel état soit trop bon pour durer, et qu'elle craignait que demain matin, elle ne se réveille à nouveau avec sa vieille tristesse. Nous avons fait une nouvelle séquence pour traiter cette peur.
J'étais moi-même surpris et étonné par ce résultat. Nous n'avions travaillé que sur deux petits ressentis physiques, et cela avait suffi pour faire disparaître toute sa détresse émotionnelle en quelques secondes, comme en appuyant sur un bouton.
L'EFT ne cessera jamais de me surprendre.
Raul Vergini, médecin
Italie
*********

dimanche 11 novembre 2012

EFT pour reprendre du poids


Tout le monde n'a pas besoin de perdre du poids. Pour certaines personnes, même, l'insuffisance pondérale est un problème.

L'EFT peut être très utile pour cela.

Puja Kanth, praticien EFT en Inde, écrit à Gary Craig pour lui présenter un cas de ce genre.
En fait, ce texte contient plusieurs thèmes : le gain de poids, mais aussi la dépendance à l'alcool et à la cigarette ainsi que le sentiment de culpabilité.

Traduction de la page du site emofree.com de Gary Craig :
**http://www.emofree.com/Articles2/pounds-water.htm**

Lettre de Puja Kanth :

Cher Gary,
EFT est un outil polyvalent qui peut être utilisé pour tout. Je vous présente ci-dessous deux cas qui démontrent bien cela.

PREMIER CAS : insuffisance pondérale.

Généralement, les gens utilisent l'EFT pour essayer de perdre du poids. Toutefois, l'EFT peut aussi être utilisé pour en reprendre.
Un de mes clients est venu vers moi pour des problèmes de toxicomanie avec l'alcool. Il était également gêné par son corps trop maigre. Il essayait désespérément de gagner du poids. Il avait essayé de nombreuses façons d'en reprendre, mais rien ne marchait. Il croyait qu'il n'y arriverait jamais.
Sa dépendance à l'alcool avait commencé après la mort de son père parce qu'il se sentait très coupable d'avoir été un mauvais fils. La discipline stricte maintenue par son père avait fait qu'il se disputait avec lui sur toutes sortes de questions. Il avait également abusé des drogues quand il était adolescent.
Il buvait 8 bouteilles de bière par jour au moment où il a commencé les séances de thérapie avec moi, et il fumait un paquet de cigarettes par jour.
Son estime de lui-même était extrêmement faible et il n'arrivait plus du tout à socialiser. Il travaillé chez lui, ce qui impliquait beaucoup de stress. Il était paranoïaque et sa confiance en lui-même était très faible.
Nous avons fait toutes les séances en ligne sur Skype. Nous avons abordé tous les événements négatifs importants de son passé. Nous avons également abordé les problèmes essentiels concernant la dépendance à l'alcool, les raisons possibles de l'abus des drogues dans le passé, les raisons pour lesquelles il n'avait plus de relations sociales, son estime de soi très faible, les symptômes de sevrage, la trahison d'un ami sur des questions d'argent, etc.

Voici quelques unes des affirmations utilisées.
Culpabilité pour la mort de son père :
- Même si j'ai dû faire face à une discipline stricte à la maison...
- Même si papa était très en colère quand je rentrais tard à la maison...
- Même si j'étais frustré parce que je devais rentrer à la maison avant 8 heures tous les jours...
- Même si je me sens coupable de la mort de mon père...
- Même si je me sens coupable parce que j'ai été un mauvais fils...
Dépendance à l'alcool
- Même si j'ai commencé à boire de l'alcool pour faire face à la culpabilité...
- Même si j'ai pris de l'alcool pour faire face à ma tristesse après la mort de papa...
- Même si je me sens coupable car je continue à boire alors que je n'ai plus à faire face à aucun problème sérieux comme avant lorsque je me sentais coupable... 
(C'est après ce dernier travail que son problème de culpabilité a été complètement résolu, un processus conduit étape par étape.)
- Même si j'ai peur de ma personnalité addictive ...
- Même si je sens que ma personnalité addictive est le chemin de la ruine ...

Trahison
- Même si mon ami m'a trahi dans un escroquerie impliquant beaucoup d'argent...
- Même si j'ai été blessé par le fait qu'il m'avait dupé tout en se disant mon ami...
- Même si je suis en colère à cause de sa trahison...

Son problème d'insuffisance pondérale était liée à la honte de soi et à un problème de mauvaise image de lui-même. Il pensait que tout le monde se moquait de lui à cause de sa maigreur. Il avait peur du regard des autres parce qu'il croyait qu'il y verrait de la moquerie.
J'ai combiné pour lui une psychothérapie de conseils avec l'EFT. Je lui ai expliqué que ce que les autres pensent de lui n'a pas d'importance, et que c'est ce qu'il pense de lui-même qui est important.
"Vous devez choisir ce que vous voulez pour vous-même, sinon d'autres vont le choisir pour vous."

J'ai utilisé un processus en deux étapes d'application de l'EFT. Tout d'abord, nous avons travaillé sur l'acceptation de soi, pour se sentir bien et être à l'aise avec soi-même. Deuxièmement, nous avons appliqué l'EFT pour enlever les blocages empêchant la réalisation de ce qu'il voulait. Ces blocages sont généralement des croyances spécifiques implantées dans l'enfance.

Certaines des affirmations utilisées pour le gain de poids étaient les suivantes :
- Même si mon poids est insuffisant...
- Même si je crois que je n'arriverai jamais à reprendre du poids...
- Même si je crois que je ne pourrai jamais reprendre du poids parce que j'ai essayé différentes techniques pour le gain de poids et qu'elles ont toutes échoué...
- Même si depuis que je suis tout petit mes parents m'ont dit que je ne pourrai jamais prendre du poids...
- Même si j'ai honte de moi parce que je pense que tout le monde regarde ma maigreur quand je suis à l'extérieur...
- Même si je pense et je ressens que tout le monde me regarde quand je sors, je choisis de cesser de s'inquiéter du fait que le monde entier me regarde.
- Même si j'ai cette image de gens qui regardent mes jambes maigres et qui sont choqués ou qui se moquent de moi, ou qui parlent de moi derrière mon dos...
- Même si j'ai cette image de gens qui me regardent, je choisis de faire changer cette image.
- Même si je ne m'aime pas parce que je suis trop maigre, je choisis d'apprécier ma bonne mine (mon visage).

Résultat : Moins d'un mois après le début du traitement, son poids a augmenté de 2 kg, pour la première fois depuis 2 ans. Il a également abandonné sa dépendance à l'alcool. Il s'est passé 3 semaines depuis, sans rechute. Il ne fume plus que 2 cigarettes par jour et il envisage de cesser complètement. Il arrive à rencontrer des gens en ressentant moins d'anxiété. Et il est capable de faire diminuer son stress lié au travail en faisant l'EFT.
Dans un mois je lui demanderai de me donner un nouveau feedback.

Kanth Puja

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : C'est un très bon résultat. En plus des points visés ci-dessus, vous pouvez augmenter les chances d'une amélioration permanente en utilisant l'EFT pour cibler des événements spécifiques qui se sont déroulés au cours de l'enfance de ce patient, et qui peuvent être sous-jacents à son problème. Cela pourrait être pris en compte dans les futures sessions.

*******************

EFT pour la peur avant un examen médical

Les examens médicaux peuvent susciter la peur pour toutes sortes de raisons plus ou moins irrationnelles.


Kanth Puja, praticien EFT en Inde, à la fin de sa lettre précédente à Gary Craig, ajoute encore un cas qui lui est apporté par une femme qui avait peur avant un examen impliquant la prise d'eau pour des ultrasons.

Suite de la traduction de la page du site emofree.com de Gary Craig :
**http://www.emofree.com/Articles2/pounds-water.htm**

SECOND CAS : Peur avant un scan par ultrasons

Par Puja Kanth :
Voici un autre cas très court concernant l'utilisation de l'EFT pour arriver à garder l'eau avant un examen médical par ultrasons.
Une de mes clients avait très peur d'aller se soumettre à un scan par ultrasons. Cette peur venait du fait qu'elle sentait qu'il lui était très difficile de garder l'eau nécessaire pour ce type de scan. Elle commençait à paniquer à chaque fois qu'elle devait passer ce type d'examen.
Nous avons fait une session EFT pour résoudre ce problème. Et le lendemain, quand elle est allée à l'hôpital pour ce scan, elle a continué à faire l'EFT mentalement tout en buvant l'eau qu'on lui donnait, en utilisant les affirmations que je lui avais données, qui étaient les suivantes :

- Même si j'ai l'impression d'être déjà pleine d'eau, je choisis de me détendre.
- Même si j'ai peur de ne pas pouvoir retenir l'eau...
- Même si j'ai encore peur, je choisis de me sentir en sécurité en retenant l'eau.

Après quelques séquences de tapotage, elle s'est sentie beaucoup plus détendue. Cependant, dès qu'elle est entrée dans la salle de scan, son angoisse a refait surface. Elle a alors recommencé à faire le tapping mentalement et silencieusement, et en quelques minutes a réussi à se détendre. Sa séance d'ultrasons s'est bien passée et maintenant elle n'a plus peur d'aller à l'hôpital pour d'autres scans.
EFT aide énormément à la réalisation d'une transformation positive et peut être utilisé pour n'importe quoi.
Je pense aussi que la grammaire n'est pas très importante dans l'EFT. Il faut utiliser des phrases et des mots avec lesquels on peut s'identifier, et pas nécessairement des phrases et des mots qui sont grammaticalement corrects.
Merci,

Puja Kanth

*************

lundi 17 septembre 2012

Le livre du "Secret" : Pensez et Devenez Riche

"Pensez et devenez riche" : La lecture de ce livre pourrait changer votre destin financier

Le pouvoir de la pensée peut tout réaliser, écrivait Napoléon Hill. Alors, "PENSEZ ET DEVENEZ RICHE".

Oui, mais comment faire ?
L'auteur décrit toutes les étapes pour y arriver.

Le pouvoir des croyances personnelles et leur rôle dans le succès personnel

CHAPITRE 2 - Première étape vers la richesse : LE DESIR

Extrait :

"La puissance du désir bien défini
"Tout être humain, à un moment donné, souhaite avoir de l'argent. Or, il ne suffit pas de “souhaiter” pour devenir riche, il faut DÉSIRER LA RICHESSE jusqu'à l'obsession, puis définir un plan précis pour acquérir cette richesse, et suivre ce plan avec persévérance.
"Instructions à suivre pour transformer vos désirs en argent comptant
"Voici les 6 instructions précises et pratiques qui vous permettront de changer vos DÉSIRS en argent comptant :
"1. Fixez dans votre esprit le montant exact de la somme que vous désirez. Il ne suffit pas de dire : “Je veux beaucoup d'argent” mais il faut en préciser la quantité. (La psychologie
de la précision sera décrite dans un autre chapitre.)
"2. Déterminez exactement ce que vous avez l'intention de donner en échange de l'argent que vous désirez. (On n'a rien pour rien.)
"3. Fixez la date à laquelle vous voulez être en possession de cet argent que vous désirez.
"4. Définissez un plan précis qui vous aidera à réaliser votre désir, et commencez-en immédiatement l'application, même si vous pensez ne pas être encore prêt.
"5. Écrivez clairement sur un papier la somme que vous voulez acquérir, le délai que vous vous êtes fixé pour son acquisition, ce que vous avez l'intention de donner en contrepartie et le plan précis que vous avez élaboré pour réaliser tout cela.
"6. Lisez vos objectifs écrits à haute voix, 2 fois par jour, le soir avant de vous coucher et le matin en vous réveillant.
Pendant cette lecture, il faut que VOUS VOUS VOYIEZ, SENTIEZ et CROYIEZ EN POSSESSION DE CET ARGENT.
"Il est important que vous appliquiez à la lettre ces 6 instructions, surtout la 6e."
"Il faut avoir un esprit saturé par le désir d'argent
(...) "Seuls ceux qui sont devenus “argent conscient” accumuleront de grandes richesses. Avoir une “conscience d'argent” signifie avoir l'esprit complètement saturé par le DÉSIR d'argent. Ceux-ci sont prêts à devenir riches et se voient facilement être en possession de la richesse.
"Ces instructions sembleront impraticables pour ceux qui ne sont pas initiés aux principes de fonctionnement du cerveau humain.
"Il est bon que les sceptiques sachent que grâce à ces 6 instructions, Andrew Carnegie, ouvrier dans une aciérie, fit fortune.
"Il faut savoir aussi que feu Thomas A. Edison contrôla ces 6 étapes recommandées et considéra que ce ne sont pas seulement des étapes essentielles pour l'accumulation de
l'argent, mais elles sont aussi nécessaires pour l'accomplissement de n'importe quel but défini.
"Ayez assez d'imagination, soyez rêveur
"Pour suivre ces instructions, vous n'aurez pas besoin de travailler dur ou de faire des sacrifices, vous n'aurez pas besoin de paraître ridicule, naïf ou très instruit. Mais par contre, il vous faudra assez d'imagination pour comprendre que l'on ne fait pas fortune par hasard ou par chance, et qu'il vous faut d'abord rêver, espérer, vouloir, DÉSIRER et ÉLABORER UN PLAN avant de réussir."
(FIN DE CITATION)

Vous trouverez les secrets de la réussite dans ce livre
La formule en elle-même, telle que décrite ci-dessus, ne suffit pas. Il y a encore des étapes à franchir après avoir défini exactement ce que vous voulez et comment vous voulez y arriver.
C'est pourquoi il faut lire le livre intégralement. Dans chacun des 15 chapitres l'auteur donne des clés fondamentales.
Ce livre peut aider tous ceux qui doivent trouver de nouvelles solutions pour sortir de difficultés financières, trouver un nouvel emploi, changer de travail, etc.
Le "Secret" vous est révélé
PENSEZ ET DEVENEZ RICHE", de Napoléon Hill, publié en 1937, est le premier ouvrage qui mentionne "Le Secret", et c'est de la préface de ce livre que tout le film découle.
Ce livre vous fait faire un voyage à travers toutes les croyances négatives qui peuvent vous empêcher de gagner de l'argent et d'atteindre le succès.

Ce livre existe sous forme d'e-book gratuit.
VOUS LE TROUVEREZ SUR INTERNET, EN CHERCHANT BIEN.

***********

dimanche 29 juillet 2012

EFT pour une fringale pathologique

La Faim Insatiable et Comment s'En Défaire

On peut avoir une faim insatiable pour toutes sortes de raisons, dont certaines sont physiologiques (voyez un médecin s'il vous plaît) et d'autres psychologiques, et c'est là que l'EFT peut intervenir d'une manière magistrale (si vous êtes dans ce cas, voyez un bon praticien expérimenté).
La saison d'été est propice à traiter certains thèmes : perte de poids pour être au top à la plage, décision d'arrêter de fumer qu'on n'a jamais mise en pratique... Le cas suivant fournit de nouvelles "causes" tapies derrière les fringales en tout genre - mais faciles à éliminer avec l'EFT !

Traduction de la page de l'ancien site emofree.com de Gary Craig :
**http://www.emofree.com/Addictions/morbidly-obese-solomon.htm**

Gary présente ainsi cette étude :
"Voici un cas classique présenté par Carol Salomon qui démontre magnifiquement le lien entre l'obésité et les émotions non résolues. Comme le dit Carol : "Ce que Jean n'obtenait pas de sa famille, elle se le donnait à elle-même sous forme de nourriture. Jean ne pensait pas qu'elle pouvait obtenir de sa famille amour et attention, alors s'était "décidée" pour la nourriture.
"Bien amicalement, Gary"

Par Carol Solomon, Ph.D., PCC :

Cher Gary,

Ma cliente "Jean" (prononcer "Djinn", c'est une femme, NDT) était obèse de façon pathologique et, depuis de nombreuses années, elle était incapable de perdre du poids. Peu importe ce qu'elle essayait, cela ne durait que peu de temps avant que sa manière de se nourrir soit de nouveau hors contrôle. Comme de nombreux clients affligés d'insurmontables problèmes de poids et de nourriture, Jean s'agrippait à de vieilles blessures d'enfance. Quand elle était petite, elle s'était sentie "privée". Sa mère était émotionnellement dans le besoin, tandis que sa sœur, "la belle", obtenait le maximum d'attention. Jean n'obtenait un peu d'attention que lorsqu'elle se montrait "responsable".
Ce que Jean n'obtenait pas de sa famille, elle se le donnait à elle-même sous forme de nourriture. Jean ne pensait pas qu'elle pouvait obtenir de sa famille amour et attention, alors s'était "décidée" pour la nourriture.
Cela ne l'empêchait pas de continuellement chercher à obtenir leur approbation, même une fois devenue adulte. Jean avait passé toute sa vie à la recherche de l'amour et de l'attention qu'elle n'avait pas obtenu de sa famille, tout en se haïssant de n'être pas celle qui obtenait tout cela.
A cause de sa faible estime d'elle-même, Jean était conduite à manifester un comportement agréable de manière excessive, dissimulant son moi véritable et son incapacité à fixer des limites. Je ne connais rien qui puisse créer plus de stress et plus rapidement que de dire "oui" à tout !

Son accrochage à l'excès de poids était devenu le symbole du seul type d'attention que Jean pensait pouvoir obtenir. Ce type de modèle de comportement est apparu clairement lors d'une de mes séances EFT avec elle.

- "Même si j'ai besoin qu'on ait besoin de moi..."
- "Même si j'ai besoin de leur montrer combien je suis responsable..."

Elle a ajouté :
- "Même si ma graisse focalise sur moi une attention négative, et qu'en dehors de ça ils m'ignorent, je m'aime et je m'accepte de toute façon."
- "Même si j'ai passé toute ma vie à me "casser le dos" (l'expression française serait : "me plier en quatre", NDT) pour essayer de leur plaire, je suis maintenant prête à m'approuver moi-même."

À ce stade, Jean a dit que son dos commençait à lui faire mal.
- "Même s'il me font mal au dos..."

Puis la douleur s'est déplacée vers son cou.
- "Même s'ils sont tous tellement assommants (l'expression anglaise est : "a pain in the neck", littéralement : ils me font mal au cou, NDT) je m'aime et je m'accepte complètement."
- "Même si je continue à essayer de leur plaire malgré tout, je choisis de savoir que ça ne marche pas."
- "Même si je ne peux pas accepter le fait de ne pas attirer d'eux le type d'attention que je voudrais obtenir, je m'aime et je m'accepte complètement."
- "Même si je ne peux pas dire "non" parce qu'ils pourraient penser que je ne suis pas une personne responsable, et que c'est tout ce que j'ai..."
- "Même si j'ai besoin de maccrocher à cette graisse pour obtenir leur attention, et que sinon je suis invisible, je m'aime et je m'accepte de toute façon."
- "Même si j'essaie toujours de leur prouver quelque chose, JE M'APPROUVE MOI-MEME et j'accepte le point où je suis arrivée dans ce processus."
- "Même si je suis ENCORE en train d'essayer d'obtenir leur approbation après toutes ces années, je choisis de savoir que je n'ai aucune obligation de leur plaire. Cela ne fonctionne pas de toute façon alors je suis maintenant prête à me plaire à moi-même."

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : "En plus de l'excellent travail réalisé ci-dessus par Carol, les vieux problèmes (de Jean) pourraient être décomposés en un certain nombre d'événements spécifiques et le dard de ces événements pourrait être éliminé en tapotant. Ceci est ma manière favorite de procéder dans un cas comme celui-ci."

CAROL CONTINUE : Les douleurs de Jean au niveau du cou et du dos ont disparu immédiatement. Après cette séance, elle a continué à faire le tapping chaque jour pendant quelques minutes, sur une durée d'environ un mois, en utilisant une combinaison des phrases de départ ci-dessus. Je l'ai encouragée à faire de l'EFT une pratique quotidienne.
Elle est maintenant en train de perdre du poids régulièrement, de 500g à 1kg par semaine, et elle a cessé d'avoir "la fringale" tout le temps. Comme bonus, elle ne se sent plus du tout obligée de dire "oui" à toutes les demandes et elle se sent beaucoup plus heureuse.

Affectueusement,

Carol Solomon, Ph.D.

**************

vendredi 27 juillet 2012

CONVERSATION AVEC VOTRE CORPS - 1

Votre corps vous parle avec ses "maux" à lui

Dans cette série en 7 parties, la psychothérapeute Carol Look nous propose d'avoir une "conversation avec notre corps" pour prendre conscience de tout ce que nous stockons dans notre système immunitaire et dans certaines parties du corps afin de nous "protéger".

Comme cette série est très longue, je vais en publier les parties une par une en commençant par la dernière afin que dans ce blog, à la fin, tout l'ensemble puisse être lu d'une manière cohérente.

[RAPPEL DE PIVOINE - J'avais déjà publié les 5 premières parties de cette série dans une "page" de ce blog intitulée "Le Corps EFT". Mais je n'avais pas pu y insérer les 2 dernières séries car cela donnait un texte trop "lourd" pour Google Blogspot. C'est pour cela que j'avais retiré cette page de ma publication, en attendant de pouvoir en publier la totalité sous forme de 7 messages en un seul jour, ce que je fais maintenant. Afin de conserver la continuité du texte dans un blog qui publie le dernier message en premier, j'ai commencé cette publication par le n°7. Je rappelle que j'ai obtenu de Gary Craig en 2008 l'autorisation de publier des traductions en français des textes de son ancien site emofree.com à la condition expresse de les mettre à disposition des lecteurs GRATUITEMENT. Il n'est donc pas du tout permis de se servir de tout ou partie de ces textes dans une publication payante quelle qu'elle soit.]

NOTE - Cette lecture s'adresse à des personnes qui connaissent déjà l'EFT. Les nouveaux arrivants dans ce blog sont les bienvenus, mais s'ils ne connaissent pas l'EFT ils pourraient avantageusement commencer par lire les textes classés sous les rubriques "EFT c'est quoi" et "EFT comment" (menu colonne de droite), puis la page intitulée "Apprendre EFT" (menu en haut de cette page).
Il faut garder également à l'esprit que la méthode EFT n'est pas destinée à traiter des "maladies", mais permet de soulager des problèmes ou blocages émotionnels. C'est uniquement cet aspect émotionnel qui est concerné dans cette série de textes de Carol Look. 

Traduction la page du site emofree.com de Gary Craig
**http://www.emofree.com/Articles2/body-conversation.htm**

Gary Craig, fondateur de la méthode EFT présente ainsi cette étude :
"Bonjour à tous. Dans cette série en 7 parties, très bien conçue, l'EFT Master Carol Look nous donne plusieurs approches très utiles pour l'application de l'EFT. Bien à vous. Gary"

Partie 1: Introduction
Partie 2 : Le Passé - Accrochage à des événements traumatiques
Partie 3 : Le Passé - Mauvaises nouvelles en stock
Partie 4 : Le Présent - Qu'est-ce que vous avez "dans la peau" ?
Partie 5 : Le Présent - Ce n'est pas une question de microbes
Partie 6 : Le Futur - Angoisse au sujet de ma vie
Partie 7 : Le Futur - Peur de leurs réactions

Par Carol Look, EFT Master

1ème Partie : Introduction

Carol Look écrit :

Chaque fois que nous avons été traumatisés, blessés, trahis ou qu'on a eu peur, notre corps a enregistré les émotions et sensations à un niveau énergétique et cellulaire. Comme le dit le célèbre spécialiste des traumatismes Bessel Van der Kolk, "votre corps garde le score en mémoire".
A la suite de cette introduction, les parties 2 et 3 de cette série porteront sur les traumatismes et les conflits stockés dans le corps, en les considérant sous l'angle énergétique. Les parties 4 et 5 traiteront des manifestations actuelles d'un traumatisme au niveau de la peau et des diagnostics du moment présent, et les parties 6 et 7 porteront sur les réponses de notre corps concernant notre avenir. (S'il vous plaît, notez que je ne suis pas médecin, et que je ne fais donc que PROPOSER des moyens énergétiques pour traiter le corps avec l'EFT comme étant des COMPLEMENTS aux soins médicaux appropriés.)

Lorsque nous avons un accident de voiture, les contusions ou fractures sont tangibles, physiques, visibles à l'œil nu et douloureuses au toucher. Lorsque nous nous sommes coupés avec un couteau ou brûlés dans la cuisine, les cicatrices peuvent durer indéfiniment, apportant la preuve que oui, nous avons souffert mais que nous sommes venus à bout d'une difficulté quelconque. Mais quand on nous a crié dessus et harcelés, quand nous avons été abandonnés ou menacés, nous n'avons pas de "cicatrice" visible que nous pouvons regarder ou montrer aux autres. Notre corps néanmoins en gardé d'excellents enregistrements de ces incidents dans nos circuits électro-magnétiques et nos champs d'énergie.

Entrons dans l'EFT

EFT est ma technique énergétique préférée pour traiter tous les conflits émotionnels et les traumatismes à plusieurs niveaux - émotionnel, spirituel, physique et électrique. Ainsi, quand vous avez été malmené par votre supérieur hiérarchique, le "traumatisme" ne peut pas être simplement éliminé par la psychothérapie traditionnelle sans laisser une trace électrique. Des impressions ont été reçues au-delà du processus rationnel du mental, et quand votre ami ou collègue vous dit, "il était dans un mauvais jour" ou "il fait ça avec tout le monde" cela n'aide pas effacer l'enregistrement électrique qui a été causé par l'incident. Si nous voulons vraiment nous "recâbler", EFT est l'outil adéquat.

Réfléchissez au recadrage positif de cette phrase : le "recâblage" du cerveau. Nous n'avons pas besoin d'un nouveau cerveau, nous n'avons pas besoin d'être réparés parce que nous sommes pas endommagés. Nous avons toutes les pièces nécessaires, nous avons juste besoin de refaire les connexions pour que les impulsions électriques se produisent en réponse aux bons stimuli. Nous avons tous les ingrédients maintenant, nous avons juste besoin de faire de nouvelles connexions, de percevoir et d'interpréter différemment.

C'est ce que dit la déclaration de découverte de l'EFT :
"La cause de toute émotion négative est une perturbation du système énergétique du corps."

Continuons donc en effaçant ces perturbations et afin d'accueillir la guérison à un niveau profond parce qu'elle est à notre disposition.
Commençons.

La première étape consiste à établir des rapports avec votre corps d'une manière authentique et pleine d'amour, comme vous pouvez le faire avec un ami ou avec un nouveau client qui vient pour un rendez-vous. Soyez gentil, écoutez en profondeur, soyez ouvert et prenez le temps de communiquer. Trop de gens ignorent les messages de leur corps, ou ne reconnaissent même pas le fait que leurs organes sont en train de communiquer avec eux !

Les points suivants m'aident dans mon approche de mes clients quand ils le veulent travailler sur les fondements affectifs de problèmes physiques.

(Gardez à l'esprit le fait que je ne suis pas médecin. Je ne m'occupe pas du traitement de la maladie, mais seulement des conflits émotionnels sous-jacents et des vibrations qui contribuent à provoquer la maladie.)

1. La douleur est un signal : La douleur est un signal brillant et fort, riche en informations. Nous avons besoin de l'entendre sinon nous risquons de voir ce signal s'amplifier pour attirer notre attention. La douleur est souvent un processus inconscient. Les conflits se manifestent à travers le corps (soma) à partir de tension émotionnelles du mental (psyché) et c'est pourquoi nous développons des maladies psychosomatiques. Les maladies ou maux de tête sont réels, cependant l'origine en est un conflit psychologique et non pas des microbe, virus ou bactéries.

2. Il y a des indices symboliques : Souvent, le corps a stocké des informations dans des organes particuliers pour des raisons symboliques. Notre corps est beaucoup plus génial que l'on pense et parfois il tente d'attirer notre attention d'une manière humoristique ou évidente. Ce n'est pas inhabituel, en cas de problème d'épaule, d'être relié à l'impression de "porter le poids du monde sur ses épaules", pour les jambes, les genoux et les pieds, d'être relié à des difficultés pour "aller de l'avant", ou que des problèmes de peau reflétent une irritation profonde et des problèmes qui "bouillonnent sous la surface".

3. Les traumatismes et les conflits usent le système immunitaire : Gary Craig le disait dans son DVD "Maladies Graves", toutes ces blessures, ressentiments et conflits que nous avons réprimés, supprimés ou évités nous font mal et ponctionnent notre énergie et la force de notre système immunitaire, faisant de nous des "cibles" évidentes pour des maladies ou des vulnérabilités structurelles. Quand nous avons perdu la paix, même à un haut niveau de performance, nous finissons par développer un problème physique parce que nous n'avons plus d'espace psychique dans lequel stocker le stress.

4. Il faut choisir de traiter les effets ou les causes : Mon opinion personnelle est que nous passons beaucoup trop de temps à des soins de guérison tout en ignorant la cause de nos maux physiologiques. Chaque maladie a une vibration. Nous perdrions beaucoup moins de temps et d'argent et nous gagnerions plus de santé et de vitalité si nous considérions les vibrations ou les causes de nos problèmes en les traitant avec l'EFT. Cela ne signifie pas que nous n'avons pas besoin du médecin lorsque nous avons une maladie grave. Cela signifie qu'en envoyant des pilules ou de la chirurgie à notre corps, nous n'obtiendrons qu'un soulagement temporaire si nous n'abordons pas la vibration sous-jacente.

J'aime me poser les vraies questions, j'adore poser à mes clients des questions qui stimulent les connexions énergétiques que l'esprit conscient peut ne pas percevoir. J'aime aussi les déclarations comme ci-dessous dans lesquelles on n'a qu'à "remplir les espaces blancs". Construisez vos propres phrases, écrivez-les rapidement, et vous pourriez être surpris par ce qui va vous apparaître. Voici quelques-uns de mes exemples favoris:

1. Si mon/ma/mes _____________ (dos, jambe, reins... etc.) pouvai(en)t parler, il(s) me dirai(en)t que j'ai négligé ______________________.
2. Mon ______________ douloureux représente mon conflit au sujet de (ou dans ma relation avec) ___________ (nom de la personne).
3. Mes conflits et blessures concernant les relations amoureuses semblent être stockées dans mon/ma/mes ______________.
4. Les soucis d'argent semblent toujours se montrer dans mon/ma/mes _______________.
5. Mes problèmes de colère m'ont toujours causé des douleurs ou de l'inflammation dans mon/ma/mes ____________________________.
6. La peur semble se manifester physiquement à travers mon/ma/mes ________________.
7. Quand je me sens sous-estimé, j'ai une douleur dans mon/ma/mes _______________.
8. Quand je me sens menacé dans mon travail et que je me sens mis en compétition, j'ai tendance à ressentir de l'inconfort dans mon/ma/mes ________________________.
9. Quand je suis épuisé et surmené, je remarque une gêne dans mon/ma/mes _____________.
10.Lorsque je rencontre des problèmes avec ma famille, j'ai une poussée de _______ dans ________________.

Je pense que nous serions beaucoup plus efficaces si nous passions du temps et déployions de l'énergie pour traiter les causes vibratoires du problème, (sa base fondamentale) plutôt que pour traiter les effets (ce qui en résulte), et si nous traitions cette cause vibratoire avec l'EFT afin de rester en bonne santé plus longtemps. Les problèmes sont causés par des vibrations et nous avons le pouvoir de changer nos vibrations (c'est ce que nous faisons grâce à nos pensées et nos émotions).

Pourquoi ne pas mettre davantage l'accent là où nous avons le plus de pouvoir?

Restez à l'écoute pour les parties suivantes de cette série qui porteront sur les traumatismes qui sont stockés dans le corps.

Dr Carol Look, EFT Master (USA)
************************

Conversation avec votre Corps - 2

Suite n°2 de la série du Dr Carol Look sur les blocages inconscients stockés dans le corps.


2ème Partie : Le Passé - Etre accroché à des événements traumatiques

Traduction de la page du site emofree.com de Gary Craig
**http://www.emofree.com/Articles2/body-conversation.htm**

Carol Look écrit :

Dans la deuxième partie de cette série, je vais traiter différentes façons d'aborder la maladie et la douleur stockées dans le corps à partir de traumatismes, du point de vue énergétique. Notez que je ne suis pas médecin et que je ne vous suggère en aucun cas de vous passer des soins médicaux appropriés aux problèmes physiologiques. Je vous propose un point de vue supplémentaire et un puissant moyen d'utiliser EFT en combinaison avec les options médicales.

Nous conservons la mémoire des événements passés dans notre corps autant que dans notre esprit et dans notre champs d'énergie. Les événements du passé ont une "vibration" spéciale. C'est pourquoi ils ont besoin d'être nettoyés à tous les niveaux et je n'ai pas encore trouvé une technique plus élégante et plus complète que l'EFT pour ce processus de dégagement.

Après avoir vu votre médecin et entendu le diagnostic, quel est le sens que vous en tirez ? Pouvez-vous le relier à des contributeurs émotionnels ? Qu'est-ce que votre corps essaie de dire ? Et surtout, êtes-vous prêt(e) à écouter ?
Nous avons tous eu des traumatismes du passé légers ou graves (des événements réels tels que des accidents de voiture, chutes, coups, agressions, etc) ou bien des conflits émotionnels encore non résolus (ils seront abordés dans les parties 4 et 5).

Choisissez une partie de votre corps qui pour vous a une certaine vulnérabilité au stress. Peut-être que votre ventre se manifeste en cas d'excès de travail dans votre emploi, peut-être que la région de vos reins vous gène lors d'un conflit conjugal, ou alors votre peau éclate quand un problème vous "pourrit la vie". Supposons que votre corps ait créé des connexions pour vous. Je vous invite à réfléchir comme un détective pour découvrir ce que vous avez besoin de libérer de manière à ramener le confort physique dans votre vie. (Même le fait de se rappeler que vous aviez ce confort autrefois peut changer votre vibration dans la bonne direction.)
1. Quel est le "traumatisme" qui est logé dans cette partie du corps et pourquoi essaie-t-il d'attirer votre attention?
2. Avez-vous négligé quelque chose?
3. Avez-vous ignoré le besoin de prendre un engagement ou une décision?

Un client vient se plaindre (à vous) de maux de dos sévères. Il suppose que le problème a commencé après une blessure sportive, mais le médecin n'a trouvé aucun dommage structural concret après son traitement médical. Il n'y a plus d'autre traitement disponible en dehors du repos, des analgésiques, ou d'une intervention chirurgicale risquée qui a mauvaise réputation. Vous n'êtes pas médecin, alors vous n'êtes pas autorisé à traiter la maladie ou la blessure, mais vous pouvez commencer à poser des questions :
1. Aviez-vous déjà ce mal de dos avant la blessure sportive ?
2. Pourquoi pensez-vous que cette douleur continue après toutes ces années ?
3. Qui ou quoi est représenté par cette douleur ?
4. S'il n'y a pas de dégâts visibles sur les radiographies, quelle est cette "information" au sujet de la blessure ou de l'accident qui est toujours stockée dans votre dos ?

La douleur était physique et affective, mais les blessures sont encore "actives", même si la blessure date de plusieurs années. Quel message peut bien être transmis par ce mal de dos? Qu'est-ce que la personne devrait "entendre" ? Essayez ces phrases de départ et ces rappels en les utilisant comme guide pour le tapotage :

Point Karaté :
- "Même si j'ai ignoré ce message de mon dos, je choisis d'y porter attention maintenant...
- Même si j'ai peur d'écouter le message de mon dos, je suis ouvert(e) et disposé(e) à écouter maintenant...
- Même si je sais qu'il ya quelque chose que j'ai besoin d'entendre à travers cette douleur, ce n'est pas seulement la blessure. Je reconnais que j'ai eu peur et je suis maintenant ouvert(e) à cette information.

Sourcil : "J'ai peur d'écouter ce message."
Coin de l'oeil : "Je sais que mon dos a stocké le traumatisme depuis ____ (date)."
Sous l'oeil : "Je me sens tellement inquiet à l'idée d'aborder ce sujet à nouveau."
Nez : "Je sais que mon dos tente d'attirer mon attention."
Menton : "Je ne veux pas "aller là"."
Clavicule : "Mais mon dos m'emmène là."
Sous le bras : "Je peux faire face à ce traumatisme à nouveau."
Sommet de la ête : "Je veux savoir pourquoi mon dos "parle" pour moi."

Sourcil : "Je suis ouvert à l'information qui est à cet endroit."
Coin de l'oeil : "Je suis prêt et disposé à écouter."
Sous l'oeil : "J'ai peur mais je sais que je peux gérer l'information."
Nez : "Je sais quelles émotions je stocke en moi, mais je voulais les ignorer."
Menton : "Pas étonnant que mon dos me fasse mal."
Clavicule : "Je suis prêt à exprimer et à libérer les traumatismes."
Sous le bras: "Je n'ai pas besoin de stocker plus de douleur."
Sommet de la tête : "Je suis libre d'y renoncer si c'est ce que je choisis."

Les allergies sévissent dans notre société. Quand le corps souffre d'une allergie, il estime qu'il existe un attaquant extérieur et il rassemble toutes ses forces (l'écoulement nasal, le larmoiement, etc) pour combattre l'agresseur. Supposons que vous regardiez votre vie pour voir si des "attaques" réelles ou supposées peuvent se manifester par des allergies. Bien que vous puissiez utiliser le fait que le taux de pollen dans l'air est élevé comme un moyen de légitimer vos allergies, je vous encourage à chercher des causes sous-jacentes et des conflits émotionnels. Est-ce que d'autres "attaques" vous viennent à l'esprit?

Point Karaté :
- "Même si je suis allergique à tellement de choses, je choisis d'accepter le fait que mon corps essaie de me protéger..."
- "Même si les allergies me rappelent une attaque antérieure, celle que je voulais oublier, je choisis d'accepter cette réponse de mon corps...
- "Même si je me souviens à quelles attaques mon corps est en train de répondre, j'accepte les allergies et j'accepte la réponse de mon corps."

Sourcil : "J'ai été attaqué il ya plusieurs années."
Coin de l'oeil : "Je retiens toujours cette peur dans mon corps et dans les allergies."
Sous les yeux : "J'avais oublié cette attaque, mais mon corps se souvient."
Nez : "Je combats cette attaque par mes allergies."
Centre du menton : "Cela fait très longtemps et je suis prêt à ressentir la douleur maintenant."
Clavicule : "Je me souviens de l'attaque, comme si c'était hier."
Sous le bras : "J'ai eu si peur."
Tête : "Pas étonnant que mon système veuille me protéger."

Sourcil : "Je suis prêt à me libérer du besoin de protection."
Coin de l'oeil: "Je suis prêt à me protéger moi-même maintenant."
Sous les yeux: "Je suis plus en sécurité que je ne l'étais à l'époque."
Sous le nez : "Je choisis de me protéger d'une façon nouvelle."
Centre du menton : "Je comprends comment mon corps essayait de prendre soin de moi et je l'apprécie."
Clavicule : "Je suis prêt à laisser partir les allergies."
Sous le bras: "Je sais pourquoi j'avais besoin des allergies."
Tête : "Maintenant je n'en ai plus besoin."

Prenez un autre "événement" physique, comme un accident de voiture par exemple. Pourquoi la douleur est-elle toujours là, 20 ans après ? Quel que soit le diagnostic initial, pensez en termes énergétiques. Pourquoi voudriez-vous encore vous accrocher à cela ?
Il est très commun de s'accrocher à la douleur physique pour des raisons émotionnelles. Nous l'avons tous fait, mais il est possible de débrouiller cet amalgame et de passer à autre chose, grâce à l'EFT.
J'ai eu plusieurs clients qui ont été impliqués dans des accidents de voiture, puis qui ont eu peur de "laisser aller" ou d'oublier le traumatisme de l'accident. Ils croyaient que la douleur les aidait à rester vigilants sur la route car il leur rappelait ce qui pouvait arriver en cas de manque d'attention.

Point Karaté :
- "Même si je me suis accroché à la douleur de cet accident pendant trop longtemps et que j'ai peur d'y renoncer, je m'aime et je m'accepte profondément et complètement de toute façon..."
- "Même si les médecins disent que j'aurai mal là jusqu'à la fin de ma vie, je suis disposé à considérer que je n'en ai pas besoin..."
- "Même si je m'accroche à cette douleur physique pour des raisons émotionnelles, j'accepte qui je suis et ce que je ressens au sujet de ce qui s'est passé."

Sourcil : "J'ai peur de renoncer à la douleur, je ne veux pas qu'on oublie ce qui s'est passé."
Coin de l'oeil : "J'ai été traumatisé par l'accident."
Sous l'oeil : "J'ai besoin de m'en souvenir et de faire attention."
Nez : "L'accident a été si bouleversant."
Menton : "Je n'oublierai jamais cet accident, et mon corps n'oubliera pas non plus."
Clavicule : "Je ne veux pas laisser la douleur partir."
Sous le bras : "Elle m'accompagne depuis si longtemps."
Tête : "J'ai peur de laisser partir la douleur, même si c'est ce que je veux."

Sourcil: "Je pourrais être capable de laisser la douleur partir maintenant."
Coin de l'oeil : "Je suis à l'écoute de mon corps et je sais ce dont j'ai besoin."
Sous l'oeil : "Et si je pouvais me dégager d'une partie de cette douleur ?"
Nez : "Je n'ai pas besoin de me souvenir de la douleur."
Menton : "Je suis disposé à travailler sur le traumatisme et sur la peur."
Clavicule : "Je sais que mon corps se sent mieux maintenant."
Sous le bras : "Je n'ai pas besoin de retenir la douleur plus longtemps."
Tête : "Je me sens prêt à laisser partir cette ancienne douleur de l'accident."

Dans la troisième partie de cette série, je vais aborder plusieurs exemples de traumatismes émotionnels du passé qui peuvent être stockés dans des parties du corps.

Restez en ligne,

Dr Carol Look, EFT Master (USA)

***********

Conversation avec votre Corps - 3

Suite n°3 de la série du Dr Carol Look sur les blocages inconscients stockés dans le corps.

3ème Partie : Le Passé - Mauvaises nouvelles en stock

Traduction de la page du site emofree.com de Gary Craig
**http://www.emofree.com/Articles2/body-conversation.htm**

Carol Look écrit :

Dans la partie 3 de cette série, je vais aborder de nombreux exemples montrant comment, dans le passé, un conflit émotionnel et ses "mauvaises nouvelles" associées peuvent être stockés dans le corps, les maladies, les douleurs et les courbatures.

Commençons par les traumatismes émotionnels qui n'impliquent pas de coupure, d'égratignure, d'ecchymose ni aucun autre signe physique évident.

Supposons que vous vous êtes senti abandonné par vos parents quand ils ont divorcé. Ils étaient si impliqués dans leur combat qu'ils ont laissé les enfants seuls et sans ressources pour parler de leur peur et de leur tristesse. Peut-être étiez-vous pré-adolescent, pas tout à fait en colère encore, et le choc de la nouvelle du divorce de vos parents n'a jamais été discuté avec eux, ni avec un conseiller familial, ni même avec un de vos pairs. (Ceci est très commun.)
- Vous souvenez-vous de l'endroit où vous étiez quand vous avez reçu cette nouvelle ?
- Vous rappelez-vous ce que vous portiez, de la température ce jour-là ? Etiez-vous assis ou debout ?
- Où est-ce que cette nouvelle s'est stockée dans votre corps? (Sans une réponse claire, il suffit de deviner...)
- Quelles conclusions sur vous-même et sur la vie avez-vous fait à la suite de cette mauvaise nouvelle ? (du genre "on n'est pas en sécurité quand on aime...")

Les clients utilisent souvent des phrases telles que:
- "Je me suis senti comme si j'avais reçu un coup de poing dans l'estomac quand j'ai entendu cela."
- "Cela m'a frappé comme si j'avais pris une tonne de briques sur la tête."
- "Cela m'a fait sauter en l'air."

On peut demander :
- Comment se porte votre estomac maintenant ?
- Où est passée la tonne de briques ?
- Quel effet cela fait de sauter en l'air et de retomber ?

Nos corps sont des lieux de stockage de toutes les trahisons verbales, émotionnelles et mentales.
C'est pourquoi nous devons dégager notre système énergétique des conflits qui y restent stockés. Il est plus que probable que beaucoup de gens ne sont même pas conscients de la façon dont certains chocs précis ont été stockés, comment les mauvaises nouvelles y ont été maintenues, ou comment de vieilles blessures ont été camouflées au lieu d'être guéries.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, il n'est pas surprenant que les malaises et les plaintes des adultes puissent être symboliquement attribuées à des douleur émotionnelles ou à des conflits survenus à un très jeune âge. Supposons que vous soyez stupéfait d'apprendre que vous avez été trahi et que vous avez perdu le soutien d'un ami de confiance, d'un mentor ou d'un patron. Il y a des endroits pratiques pour stocker ces informations et ce traumatisme : ce sont vos genoux et vos jambes... représentant symboliquement l'impression d'être "soutenu", etc (Si l'exemple qui suit ne résonne pas pour vous, choisissez-en un autre vous-même et mettez vos propres mots à la place.)

Karate chop point:
- "Même si les mauvaises nouvelles apparemment ont été stockées dans mes genoux, je choisis de les en faire sortir maintenant..."
- "Même si je ne savais pas où stocker les mauvaises nouvelles ailleurs que là, j'accepte qui je suis et comment je me sens à ce sujet..."
- "Même si j'ai maintenu ces mauvaises nouvelles dans mon corps, je choisis de les en faire sortir maintenant."

Début du sourcil : "Je ne veux pas me souvenir de ces mauvaises nouvelles."
Coin externe de l'oeil : "Je sais que j'ai stocké les mauvaises nouvelles dans mes jambes."
Sous l'oeil : "Je sens que je dois protéger ces mauvaises nouvelles."
Sous le nez : "Je ne me sentais pas soutenu."
Centre du menton : "Je ne veux pas rouvrir ces vieilles blessures."
Clavicule : "Je me sens blessé par ces mauvaises nouvelles."
Sous le bras : "Je me sens encore sous le choc et paralysé sur place."
Sommet de la tête : "Cela fait des années que je conserve ces mauvaises nouvelles en stock dans mes jambes."

Début du sourcil : "Je ne suis pas prêt à les laisser partir."
Coin externe de l'oeil : "Ou peut-être que je suis prêt..."
Sous l'oeil : "Je ne veux pas me souvenir des mauvaises nouvelles."
Sous le nez : "Je pourrais être en mesure de laisser sortir ces mauvaises nouvelles de mes jambes."
Menton : "C'était il y a longtemps."
Clavicule : "Il est grand temps de me libérer de ce fardeau.
Sous le bras : "Je suis prêt à laisser certaines d'entre elles quitter mes jambes."
Sommet de la tête : "Je n'ai plus besoin de les retenir plus longtemps dans mon corps."

Les "mauvaises nouvelles" représentent souvent un choc pour nous et, bien sûr, c'est aussi un choc pour chacune des cellules de notre corps. Les appels téléphoniques souvent véhiculent des mauvaises nouvelles : un accident, un décès, les mauvais résultats d'un test médical, ou bien un changement dans la vie de la personne. Pensez à un appel téléphonique que vous avez reçu qui a été un choc pour vous (ou pour un de vos clients) :
- Où est-ce que le choc de cette mauvaise nouvelle s'est stocké pour vous ?
- Est-ce que le temps s'est arrêté pour vous à ce moment-là ?
- Quels problèmes physiques avez-vous rencontrés depuis ce moment ?
- Avez-vous déjà réussi à vous en libérer ?

Point Karaté :
- "Même si cette information a été un gros choc pour moi, et que je l'ai stockée dans mon cou, j'accepte ce que je suis et ce que j'ai fait de cette information..."
- "Même si je n'ai pas vu venir le coup, je l'accepte ainsi que l'endroit où j'ai choisi d'enterrer cette information...
- "Même si je n'étais pas prête à entendre cette mauvaise nouvelle, et qu'elle s'est logée dans mon cou, j'accepte ce que je suis, l'endroit où j'ai mis cette information, et ce que je ressens maintenant."

Sourcil : "Je me souviens encore de ce que j'ai ressenti quand j'ai entendu la nouvelle."
Coin de l'oeil : "Je me suis gelé intérieurement en l'entendant."
Sous l'oeil : "Je me sens si triste quand je repense à cet appel téléphonique."
Sous le nez : "Je me souviens d'avoir été tellement choqué, et du fait qu'une partie de moi se sent encore sous le choc."
Menton : "Pas étonnant que j'aie une raideur dans la nuque."
Clavicule : "J'ai été pris au dépourvu, je ne savais pas quoi faire."
Sous le bras : "Je me suis accroché à ce choc et à la peur dans mon cou."
Sommet de la tête : "Je ne savais pas quoi faire avec cette information."

Sourcil : "Je considère la possibilité de laisser partir ce choc de mon cou."
Coin de l'oeil : "Je suis prêt à relâcher une partie du traumatisme émotionnel."
Sous l'oeil : "J'ai été pris au dépourvu, et c'est OK."
Sous le nez : "Je n'ai pas vu venir le coup, comment aurais-je pu?
Menton : "Je peux envisager de baisser ma garde à nouveau."
Clavicule : "Je ne savais pas quoi faire, mais maintenant je ne peux laisser aller ce problème."
Sous le bras : "Je choisis de me libérer de ce choc et de le laisser partir de mon cou et de mon corps."
Sommet de la tête : "Je me sens déjà soulagé en laissant partir ces émotions de mon cou."

Supposons que vous ayez soudain été éjecté de votre emploi ou de votre mariage... et que vous n'aviez rien vu venir. Où avez-vous "casé" cette information (cette mauvaise nouvelle) tout en essayant de faire bonne figure ? Beaucoup de gens sont complètement pris au dépourvu lorsque leur conjoint ou partenaire annonce qu'il s'en va. Ils se réprimandent eux-même pour le fait de n'avoir pas su voir les signes avant-coureurs, et ils supposent que c'est parce qu'ils ne sont "pas assez bien." Ces conclusions, ainsi que le choc de la "mauvaise nouvelle", se stockent dans le corps.

Point Karaté :
- "Même si ce fut une surprise totale, et que je ne l'oublierai jamais, j'accepte ce que je suis et ce que je ressens à ce sujet..."
- "Même si je me reproche d'avoir été laissé pour compte, j'accepte ce que je suis et ce que j'ai fait de cette information...
- "Même si c'est de ma faute et que je l'ai mérité, je suis encore sous le choc et je ne sais pas quoi faire à ce sujet."

Sourcil : "Je ressens encore ce choc dans mon dos."
Coin de l'oeil : "Je sais que j'ai stocké ce choc dans mon dos."
Sous l'oeil : "Je me sens si mal au sujet de cette mauvaise nouvelle."
Sous le nez : "Mon dos n'a plus jamais été comme avant."
Menton : "Je peux sentir la douleur de l'abandon dans mon dos."
Clavicule : "J'ai stocké cette douleur dans mon dos."
Sous le bras : "Je ne veux pas la laisser partir."
Sommet de la tête : "Je suis encore tellement en colère."

Sourcil : "Je suis sous le choc, même après toutes ces années."
Coin de l'oeil : "Je ne pouvais pas contrôler ce qui se passait."
Sous l'oeil : "Je me sens tellement impuissant, même maintenant."
Sous le nez : "Pourquoi est-ce que je n'ai pas vu venir le coup ?"
Menton : "Je suis en colère parce que cela m'a été annoncé de cette façon."
Clavicule : "J'aurais voulu qu'il/elle gère les choses différemment."
Sous le bras : "Je ne sais pas comment gérer les mauvaises nouvelles."
Sommet de la tête : "Je me suis accroché à ce choc pendant toutes ces années."

En cas de doute, on peut ajouter quelques séquences de phrases positives pour aider la personne à accepter ce qui s'est passé et à envisager de passer à autre chose.

Sourcil : "Je suis prêt à travailler pour sortir de ce conflit."
Coin de l'oeil : "Je suis disposé à considérer que ce n'était pas ma faute."
Sous l'œil : "Et si c'était pour le mieux de toute façon ?"
Sous le nez : "Je ne suis pas prêt à lâcher prise."
Menton : "Je ressens encore la souffrance et l'abandon."
Clavicule : "Je ne sais pas comment me libérer de cette douleur dans mon dos."
Sous le bras : "Je suis décidé à me détendre et à m'accepter."
Sommet de la tête : "Je me sens presque prêt à accepter ce que je suis et comment je gérais les mauvaises nouvelles à l'époque."

Sourcil : "J'apprécie mon dos et ce que je suis."
Coin de l'oeil : "Je n'ai pas de problème avec la façon dont j'ai enregistré cette information dans mon dos."
Sous l'oeil : "J'ai fait du mieux que je pouvais à l'époque."
Sous le nez : "Je fais encore du mieux que je peux."
Menton : "J'apprécie mon corps."
Clavicule : "Je suis plein de reconnaissance envers mon corps pour la protection qu'il me donne."
Sous le bras : "J'apprécie mon corps."
Sommet de la tête : "Je me sens bien à l'idée de laisser partir certaines de ces douleurs."

Restez en ligne pour la quatrième partie de cette série : "Le Présent - Qu'est-ce que vous avez "dans la peau" ?

Dr Carol Look, EFT Master (USA)

*******

Conversation avec votre Corps - 4

Suite n°4 de la série du Dr Carol Look sur les blocages inconscients stockés dans le corps.

4ème Partie : Le Présent - Qu'est-ce que vous avez "dans la peau" ?

Traduction de la page du site emofree.com de Gary Craig
**http://www.emofree.com/Articles2/body-conversation.htm

Dans la partie 4 de cette série, je tiens à aborder les problèmes qui se manifestent à travers la peau, le plus vaste organe de notre corps. Aux fins de cette illustration, je vais présumer que les irritations résultent du stress de la vie courante - et non pas de traumatismes du passé comme ce que j'ai illustré dans les parties 2 et 3.

Les gens, les lieux et les situations entrent sous notre peau, et quand nous nous sentons irrités, cela paraît sur notre visage ou sur notre corps. Notre peau est en contact à la fois avec notre monde intérieur et avec notre monde extérieur, car elle absorbe toutes les informations de notre environnement. Je crois que nous nous rendrions un grand service à nous-mêmes si nous prêtions attention à ce que notre peau est en train de nous dire par des éruptions, irritations cutanées, maladies de peau, etc. Quand nous nous sentons débordés et que nos sentiments ne sont pas exprimés ni entendus, ils ont tendance à se répandre dans notre corps... et notre peau est un endroit parfait pour exprimer nos conflits, notre stress et notre impression de ne plus en pouvoir. Il n'est pas surprenant d'entendre quelqu'un dire: "Ma peau réagit depuis ce changement d'emploi..." ou "ce type me donne des boutons..." ou encore : "ça me démange de lui en flanquer une...", et "je ne peux pas le supporter, c'est épidermique"... Sans oublier la traditionnelle "Je l'ai tellement dans la peau..."
Supposez que vous ayez reçu une sorte de diagnostic concernant cette inflammation de la peau, et que les médecins aient fait tout ce qu'ils pouvaient faire pour proposer des solutions médicales.

L'étape suivante consiste à explorer ce qui pourrait être à l'origine de votre situation actuelle :
- Si votre peau enflammée vous rappelait quelqu'un, ce serait qui ?
- Si l'inflammation avait un nom, quel serait-il ?
- Qui ou quoi pourrait être la cause des démangeaisons que vous ressentez ?
- Si ces zones sèches qui grattent avaient un message pour vous, quel serait-il ?
- Si vos éruptions cutanées essayaient d'attirer votre attention, sur quoi devriez-vous vous concentrer ?
- Si à partir de ces éruptions vous pouviez remonter à un facteur de stress dans votre vie actuelle, où pourriez-vous atterrir en finale ?
- Si votre peau représentait ce que vous êtes et ce dont vous avez besoin, alors de quoi avez-vous besoin en ce moment ?
Si notre peau illustre nos conflits, nous devons savoir pourquoi, où c'est situé, et qui s'exprime par ces irritations, rougeurs et démangeaisons !

Karate chop point:
- "Même s'il m'a vraiment rendu allergique cette fois-ci, j'accepte ce que je suis et j'apprécie mes sentiments..."
- "Même si j'ai peur d'admettre jusqu'à quel point je suis irrité par ce problème, je m'accepte moi-même et j'accepte mes sentiments et mes émotions au sujet de ce qui s'est passé..."
- "Même si je garde ce problème sous ma peau, je choisis de me libérer de cette irritation."

Sourcils : "Je me sens tellement irrité par cette situation."
Coin de l'oeil : "Je suis obligé de le supporter et ensuite j'ai des boutons qui sortent."
Sous l'oeil : "J'ai de nombreux problèmes accumulés sous la surface."
Sous le nez : "J'ai peur de creuser pour voir ce qu'il y a sous la surface."
Menton : "Je ne veux pas regarder sous la surface ce qui pourrait causer ces éruptions."
Clavicule : "Je l'ai tellement dans la peau (que j'en suis marteau, dingue, cinglé) !
Sous le bras : "Je m'accroche à cette irritation de ma peau."
Sommet de la tête : "Je ne veux pas la laisser partir pour le moment."

Sourcil : "Je vais envisager de débloquer ce conflit qui se manifeste dans ma peau."
Coin de l'oeil : "Je suis presque prêt à le laisser partir."
Sous l'œil : "Une partie de moi veut vraiment laisser partir ce conflit."
Sous le nez : "L'autre partie de moi veut s'y accrocher."
Menton : "Il ou elle a vraiment réussi à me donner des boutons."
Clavicule : "Je suis tellement irrité par ce qui s'est passé."
Sous le bras : "Je n'ai plus besoin de retenir cela dans ma peau maintenant."
Sommet de la tête : "Je me sens prêt à libérer une partie de ce conflit et à calmer l'irritation de ma peau."

J'ai trouvé extrêmement productif le fait d'utiliser quelques séquences d'EFT pour exprimer sa gratitude à son corps. Cela nous rappelle combien nous sommes vraiment forts et nous permet de nous focalliser temporairement sur quelque chose de positif, en dépit du problème.

Sourcil : "Je suis plein de gratitude envers ma peau."
Coin de l'oeil : "J'apprécie ma peau."
Sous l'œil : "J'aime la façon dont ma peau a toujours été si souple."
Sous le nez : "J'apprécie la totalité de ma peau."
Menton : "Je suis reconnaissant pour ce que ma peau fait pour moi."
Clavicule : "Je remercie ma peau."
Sous le bras : "Je suis plein de gratitude pour la totalité de moi-même."
Sommet de la tête : "Je suis si reconnaissant envers ma peau et mon corps."

Et si les problèmes de peau semblent être causés par l'impression d'être débordé et dépassé par les événements, et par le stress en général, je propose d'essayer quelque chose dans le sens des "phrases de départs" suivantes avec leurs "rappels" :

Point Karaté :
- "Même si le stress de mon travail ressort par ma peau, je choisis d'exprimer mes sentiments et de prendre soin de moi-même..."
- "Même si le stress de mon travail et de la famille déborde sur ma peau, j'accepte ce que je suis et comment je me sens..."
- "Même si je ne peux pas supporter ce stress alors il m'enflamme la peau, j'accepte ce que je suis et comment je me sens en ce qui concerne ma vie."
Sourcils : "Je me sens tellement stressé."

Coin de l'oeil : "Je sais que le stress me sort par la peau."
Sous l'oeil : "Je me sens tellement épuisé et stressé par la vie que je mène."
Sous le nez : "J'ai tellement de sentiments et d'émotions qui ont besoin de sortir."
Menton : "J'ai tellement de stress dans mon environnement actuel."
Clavicule : "Je veux me détendre et apaiser ma peau."
Sous le bras : "Ma pauvre peau ne peut pas soutenir plus de stress."
Sommet de la tête : "Je veux juste me sentir calme et apaisé."

Sourcil : "Je sais que j'exprime mes sentiments à travers ma peau."
Coin de l'oeil : "Toute ma famille exprime ses sentiments par la peau."
Sous l'oeil : "Je ne veux pas exprimer ces sentiments qui m'effraient."
Sous le nez : "J'ai peur d'exprimer ces sentiments violents à qui que ce soit."
Menton : "Je suis tellement épidermique sur ces sujets."
Clavicule : "Je me sens tellement irrité."
Sous le bras : "Il n'y a pas d'autre endroit pour exprimer ce problème."
Sommet de la tête : "Quand je pense à ce problème ça me gratte de partout."

Je termine toujours par une séquence sur l'aspect positif afin de donner à la personne des options possibles pour apaiser sa peau.

Sourcil : "Je sais que j'ai d'autres moyens de m'exprimer en plus de ma peau."
Coin de l'oeil : "Je choisis de m'exprimer clairement maintenant."
Sous l'œil : "Je comprends mes sentiments et je vais leur permettre de sortir au grand jour."
Sous le nez : "Je commence à accepter ce que je suis et ce que je ressens."
Menton : "Je comprends pourquoi ma peau est pleine de conflits."
Clavicule : "Je me sens déjà moins irrité."
Sous le bras : "Je peux enfin relâcher une partie de cette inflammation."
Sommet de la tête : "Je n'ai plus de démangeaisons concernant ces problèmes."

Les exemples ci-dessus sont un bon début. Faites votre travail sur vous-même pour découvrir les lieux de votre corps où vous stockez vos conflits et continuez le tapotage régulier.
Restez en ligne pour la partie 5 de cette série : "Le Présent - Ce n'est pas une question de microbes."

Dr Carol Look, EFT Master (USA)

******************