dimanche 6 juin 2010

EFT et les bénéfices secondaires d'une maladie chronique

Quand les symptômes diminuent mais que les bénéfices secondaires de la maladie se mettent en travers

"Bonjour à tous. Nous obtenons souvent un soulagement qualitatif des symptômes dans un cas de sclérose en plaques. Néanmoins, les gens qui ont des maladies chroniques comme celle-la ont souvent également de bonnes raisons de "ne pas aller mieux". C'est ce qu'on appelle les "bénéfices secondaires". C'est ce qui est démontré clairement dans ce cas présenté par Sylvia Ross. S'il vous plaît, consultez un médecin pour tout problème médical. Je répète : consultez des médecins pour tout problème de nature médicale. Bien à vous."
Gary Craig,
Fondateur de la méthode EFT.

[COMMENTAIRE DE PIVOINE : Je peux vous le répéter une troisième fois si vous voulez. En cas de problème physique, de nature médicale, vous devez consulter un médecin. La méthode EFT n'est pas faite pour traiter les maladies physiques ni les problèmes médicaux. On travaille sur les émotions qui les sous-tendent ou qui en résultent, ce qui, bien souvent, permet de faire diminuer des symptômes gênants. Il est malsain et dangereux de faire croire aux gens qu'on va les guérir de leur maladie chronique diagnostiquée, cancer, etc. Mais on peut très puissamment les aider à en gérer les symptômes et à obtenir une meilleure qualité de vie malgré tout. Je tiens à être très claire avec cette mise en garde, car ici, dans ce blog, je parle principalement à des Français et en France on ne rigole pas avec l'Ordre des Médecins.]

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/Multiple-sclerosis/multiple-sclerosis-MS-secondary-gains.htm**

Article de Sylvia S. Ross EFT-ADV :

Bonjour Gary,

Je vous soumets ce cas parce que je suis comme vous, je crois que les problèmes de fond qui sous-tendent les maladies sont de nature émotionnelle. Les problèmes émotionnels de ma cliente Lori, atteinte de sclérose en plaques, sont : (1) un poids très lourd de responsabilités ET (2) des considérations d'ordre financier.

La sclérose en plaques de Lori avait commencé alors qu'elle avait 10-11 ans, selon ses médecins, moment où sa démarche était passée de gracieuse à maladroite. A ce moment de sa vie, elle avait reçu sur ses épaules la responsabilité énorme de s'occuper de sa soeur plus jeune qui avait un problème de retard de développement. Le résultat, c'est qu'elle avait renoncé à ses propres années de croissance en compagnie des enfants de son âge et maintenant, à 45 ans, elle se débattait toujours avec la responsabilité de sa soeur qui, bien qu'elle menait une vie indépendante, avait toujours besoin de soins qu'elle ne pouvait se donner à elle-même. Lori avait beaucoup de problèmes liés à cela, ainsi qu'une énorme quantité de colère, en plus de la peur que son père meure car lorsque cela se produirait la responsabilité de sa soeur pèserait encore plus sur ses épaules.

Lori avait été suivie en psychothérapie pendant des années. Elle est brillante et est capable de s'exprimer en ce qui concerne son traumatisme émotionnel.

Sa correction physique la plus importante grâce à l'EFT a porté sur ses "jambes lourdes". Elle disait qu'elle "avait rempli, rempli et rempli ses jambes d'émotions, pendant des années." Nous avons tapoté sur cela pendant environ 15 minutes.

Ensuite elle a souri, elle s'est levée et a dit que "l'impression d'avoir les jambes bourrées d'émotions était partie, ainsi que la lourdeur." Le vrai test, c'était les escalier. Jusqu'à cette séance, elle marchait les jambes raides et devait tourner les pieds vers l'extérieur pour monter les marches. Après la fin de la séance d'EFT, elle a pu monter les escaliers normalement.

Nous avons également fait le tapotage pour la fatigue, et à la consultation suivante elle a dit qu'elle était partie en promenade dans les champs pendant 5 heures, sans aucune fatigue ! C'était une percée très importante, car lorsque nous nous étions vues pour la première fois, elle pouvait seulement rester éveillée pendant 6 heures sur une période de 24 heures.

Mais je veux souligner le point suivant : Au moment où nous faisions ce travail, Lori était en train d'essayer d'obtenir la reconnaissance de son état de handicapée physique et la MEDICAID [en France, on appellerait ça la COTOREP]. Il était nécessaire qu'elle soit malade pour obtenir un soutien financier, car elle ne pouvait pas travailler. Elle m'a dit ça en tellement de mots. Elle pouvait gérer là où elle en était, mais elle ne voulait pas que cela empire !

Lori avait désespérément besoin de son argent de handicapée et de sa MEDICAID, et nos séances ont dû s'arrêter à cause de son besoin d'être malade pour faire ses démarches légales. Son but était de ne pas se détériorer plus avant, et j'espère qu'elle a au moins pu l'atteindre.

Avec affection et gratitude,

Sylvia S. Ross

****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.