samedi 29 mai 2010

EFT L'art du Recadrage

Ou comment créer le changement de point de vue qui déclenche la guérison du problème
Cet article est destiné surtout aux praticiens EFT professionnels, mais ceux qui utilisent l'EFT pour eux-mêmes peuvent également en bénéficier.

[Note: Les nouveaux arrivants dans ce blog peuvent quand même en tirer les enseignements, mais il leur est conseillé néanmoins de lire mes posts "EFT c'est quoi?" et "EFT comment" ainsi que la page "Apprendre EFT" pour une compréhension plus complète. En cas de problème médical, veuillez consulter un médecin préalablement.]

Présentation par Gary Graig, créateur de la méthode EFT :
"Tania Prince du Royaume-Uni expose ici ses idées au sujet du recadrage. "Recadrer" veut dire aider le client à voir les choses différemment, ce qui est extrêmement utile dans les cas difficiles. J'ai intégré ce concept à ma méthode depuis des années et je constate régulièrement que les recadrages atteignent le but recherché pour le client beaucoup mieux que le tapotage seul. Tania prépare le terrain pour nous dans son allocution d'ouverture, puis donne trois exemples judicieux."

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Articles2/power-of-reframing.htm**

Article de Tania Prince, EFT Master :
"Il n'y a rien qui soit bon ou mauvais, c'est la pensée qui rend les choses ainsi". (Shakespeare, "hamlet")
C'est une des choses les plus vraies qui ait jamais été dites. Nous créons nous-mêmes le sens de nos expériences dans la vie. Rien n'est bon ni mauvais avant que nous ayons décidé que c'est bon ou mauvais. Étant donné que nous créons notre propre signification des événements que nous vivons, nous avons aussi la capacité de recréer cette signification d'une manière qui serve à améliorer notre qualité de vie.
Le recadrage est un outil incroyablement efficace à la disposition du psychothérapeute ou du praticien EFT qui peut l'utiliser pour aider le client à changer sa façon de penser à ses problèmes. Cest l'art d'aider un client linguistiquement à déplacer le sens qu'il a donné à ses expériences, vers un nouveau sens plus propice à la santé et au bien-être, lui permettant à nouveau de vivre la vie qu'il veut avoir.

Le recadrage peut se faire sans l'EFT. En fait, les praticiens de la PNL (Programmation Neuro Linguistique) le font couramment rien que dans le contexte de la conversation. Toutefois, le recadrage combiné avec l'EFT est encore plus puissant à mon avis.

Avantages de l'utilisation du recadrage
Il y a d'énormes avantages à l'intégration du recadrage dans la pratique de l'EFT. Cela procure une souplesse accrue qui, bien sûr, augmente le taux de réussite que le praticien peut avoir avec ses clients. Un autre grand avantage de l'utilisation du recadrage, c'est qu'il peut faire paraître la séance très détendue et non rigidement professionnelle parce que cela rend l'approche EFT moins mécanique, par exemple dans une technique comme "chasser la douleur", etc. Pour le client, cela peut sembler une conversation amicale avec le praticien tout en tapotant négligemment, alors qu'en réalité un traitement puissant est en train d'agir, parce que la perception/cognition du client est subtilement influencée dans le sens de son objectif.

L'art du recadrage
Il y a un art précis permettant de proposer un recadrage efficace. Le praticien doit être en relation d'empathie avec le client et doit pouvoir gérer la communication subtile que le client envoie constamment dans sa direction.
Le recadrage ne doit jamais être confondu avec le fait de diriger le client. Quand on "dirige" le client, on le pousse à adopter un nouveau système de croyance, alors que le recadrage est beaucoup plus subtil et respectueux du client dans la manière dont il est appliqué. Le recadrage n'est pas imposé au client, le client peut choisir de l'accepter ou non. Et s'il est proposé correctement, il ne nuit pas à la relation.
Dans mon expérience, les meilleurs recadrages sont ceux qui se font simplement dans l'instant, spontanément, sans que le praticien ait consciemment décidé à l'avance de ce qu'il devrait dire. Comme le praticien a eu des expériences de la vie qui sont différentes de celles de son client, et que par conséquent il a un système de croyances qui est différent, etc., il est tout naturel que lorsque le client raconte son histoire, le praticien ait un point de vue différent sur ce que le client présente. Cela rend le recadrage facile pour le praticien.

Étapes à suivre pour utiliser le recadrage :
- Établir un rapport d'empathie avec le client.
- S'adapter au langage du corps du client et à sa tonalité (de nombreux utilisateurs de l'EFT possèdent cette compétence naturellement et l'appellent simplement l'intuition).
- Demander au client de fournir un contenu sur le problème traité : ce contenu est essentiel afin de pouvoir le recadrer.

Recadrage de base
Il y a plusieurs années, j'ai travaillé avec un client atteint de schizophrénie. Lorsque le client m'a raconté son histoire, il m'a parlé d'un événement dans lequel il avait ri alors qu'il assistait à un enterrement. Le client a interprété ce comportement comme quelque chose signifiant qu'il était quelqu'un de "mauvais".
Tout en l'écoutant raconter son histoire, je me suis demandé : "Qu'est-ce que ce comportement pourrait signifier ?" La pensée qui m'est venue à l'esprit était : innocent comme un enfant, naïf, manque de compréhension des conventions de notre société. Quand j'ai recadré en exprimant cela pour lui, cela a créé un changement chez le client, ce qui l'a aidé à voir son comportement sous un jour nouveau, en lui permettant de se concevoir comme une personne d'une manière beaucoup plus positive.
Bien qu'il existe de nombreuses façons de recadrer, je vous présente ici quelques-uns des recadrages que j'ai utilisés dans ma pratique. Certains exemples sont assez verbeux tandis que d'autres peuvent consister en un seul mot.

Exemple 1 : Recadrage au niveau de l'identité
Il s'agit d'un recadrage que j'ai utilisé avec une cliente qui avait eu des crises de panique depuis plus de dix-neuf ans, en fait depuis l'âge de 6 ans. Au début du processus thérapeutique, la cliente avait exprimé l'idée qu'elle était faible. Il s'agit d'une idée commune pour une personne qui a eu une suite interminable d'expériences dans lesquelles elle se sentait très nerveuse. C'est devenu son identité. Lorsque je demande à ce genre de personne de décrire qui elle est, elle examine immédiatement toutes les expériences de sa vie pour évaluer ce qu'elle est du point de vue du sens qu'elle a donné à ces expériences. Dans ce cas précis, la client a décidé qu'elle était une personne qui avait été faible, car elle paniquait tout le temps.
Après que nous ayons fait un certain travail au sujet des crises de panique, en tapotant sur des événements spécifiques à partir du plus ancien dont elle pouvait se souvenir, nous avons ciblé la croyance "Je suis une personne faible".
Pour mettre en place le recadrage, j'ai employé une métaphore en racontant à la cliente une histoire de mon passé qui mettait en lumière ce que je voulais lui faire faire. L'histoire initiale a été dite tout en tapotant sur le point karaté et en parlant sur le ton de la conversation. À ce stade, j'avais déjà établi d'excellents rapports d'empathie avec la cliente.
Tout en tapotant sur le point karaté, j'ai dit : "Ce qui arrive dans la vie ne compte pas vraiment, c'est le sens que vous donnez à cet événement qui compte. Par exemple, quand j'étais dans le show business, alors que je rentrais à la maison en conduisant ma voiture après un concert, un dimanche après-midi sur l'autoroute M6 en plein jour, mes deux collègues étant avec moi dans la voiture, soudain deux voitures sont arrivées à ma hauteur et ont essayé de me forcer à m'arrêter. Ils avaient des talkies-walkies et se coordonnaient. C'était donc une situation potentiellement négative, mais vous savez quoi ? Je ne l'ai pas vue de cette manière." (Pause, afin de m'adapter à la manière dont le client me suivait.) "C'est parce que j'ai réussi à conduire plus vite qu'eux tout en pensant que je les laissais en arrière, et alors je les ai laissés loin derrière moi."

Et j'ai ajouté : "A cause de cet événement, je sais que dans une situation potentiellement stressante je suis d'un sang-froid de glace et je pense à la vitesse de l'éclair. Ainsi, d'une certaine manière, ce que j'en ai tiré est quelque chose de vraiment positif, parce que si je n'avais pas eu cet événement dans ma vie, je n'aurais pas eu cette connaissance de moi-même. Alors, en réfléchissant à cette expérience, s'il y avait quelque enseignement positif à tirer sur vous-même, pouvez-vous deviner ce que cela serait ?".
La cliente a écouté ce que j'avais dit et a réfléchi un moment avant de répondre: "Je suis une personne forte, parce que j'aurais pu partir au bout de cinq minutes parce que je sentais si mal, mais je suis restée 90 minutes".

Il y a plusieurs points concernant ce type de recadrage qui font qu'il est très efficace :
Point 1 : Je n'ai pas proposé moi-même l'idée qu'elle était "forte", bien que c'était certainement ce que je pensais, mais j'ai permis à la cliente d'arriver à cette conclusion par elle-même. Après qu'elle ait conclu qu'elle était "forte", je me suis contentée d'acquiescer, ce qui a confirmé sa conclusion et donc l'a renforcée. Puisque l'idée est venue de la cliente, elle ne va pas la rejeter.
Point 2: Le recadrage que j'ai fait ici est simplement de suggérer la possibilité qu'il y ait quelque chose de positif sur son identité qu'elle pouvait apprendre de son expérience, une expérience à laquelle elle avait seulement pu penser en termes négatifs auparavant. En utilisant le mot "si", je contourne la résistance à l'idée que je propose.
Point 3: Les "niveaux neuro-logiques" sont un modèle de thérapie mis au point par Robert Dilts, un professeur de PNL bien connu qui a écrit de nombreux livres. Dans ce modèle, il cite les différents niveaux sur lesquels vous pouvez cibler une intervention thérapeutique. Plus le modèle est haut, plus l'effet est profond. L'identité est au sommet de l'échelle dans ce modèle, donc lorsqu'on fait passer la personne d'un concept concernant qui elle est à un nouveau concept plus valorisant, on crée un changement très puissant qui va se manifester dans de nombreux autres domaines de sa vie. Il est intéressant de savoir que, peu de temps après que ce recadrage ait eu lieu, la cliente a commencé à faire de l'escalade sur un mur d'entraînement dans un centre de loisirs, même alors que la panique n'avait pas entièrement disparu à ce moment-là et que le traitement continuait encore.

Exemple 2 : J'aurais dû pouvoir faire face
Un autre recadrage que j'utilise de temps à autre est celui qui traite de l'idée souvent avancée par les clients qui ont connu des crises de panique pendant des années :
"J'aurais dû être capable de gérer cela".
La façon dont je l'applique est tout simplement de poser quelques questions tout en tapotant sur le point karaté.
La première question posée au client est : "Avez-vous vu un médecin au sujet de ces crises de panique ? Et est-ce qu'il a géré ce problème ?" Ensuite j'attends en permettant ainsi au client de réfléchir à ce que je viens de mettre à sa disposition.
"Non" est la réponse. A ce stade, le client est souvent curieux de savoir où vous êtes en train de le mener avec vos questions. La curiosité est un état génial pour l'apprentissage.
Alors je continue : "D'accord. Et est-ce que vous avez vu un psychologue ou psychothérapeute à ce sujet ? Et a-t-il pu gérer cela ? " Encore une fois, j'attends tranquillement qu'il ait enregistré ce que j'ai dit.
"Non", répond-il.
"Hum... (en me mettant dans un état mental de réflexion) ... et pourtant, vous pensez que vous, vous AURIEZ DU POUVOIR gérer cela ?"
Souvent, à ce moment le client commence à sourire, car il commence à voir le problème sous un angle nouveau.

J'ai souvent été un peu plus loin que cela : "Alors, vous attendez-vous à pouvoir gérer votre problème vous-même alors que ceux qui ont étudié la psychothérapie ou la médecine toute leur vie ne le peuvent pas ?". J'ai l'habitude de faire cela en y mettant un certain amusement parce que le client se rend compte de la vérité de ce que j'ai dit, alos il peut aussi y voir le côté amusant. En fait, à ce stade, il n'est pas rare que le client dise : "Je n'avais pas pensé à cela de cette façon." Ceci est une preuve très solide du fait que le client est en train de repenser son problème d'une nouvelle manière.
Comme suite à cela, je dis : "Personne ne vous a donné un manuel vous expliquant comment gérer une crise de panique lorsque vous êtes né." En disant cela, je suis à l'écoute de la réaction du client à ce que je dis afin de m'assurer que le recadrage a effectivement contribué à lui faire abandonner l'idée "j'aurais dû être capable".

Dans l'optique des niveaux neuro-logiques de thérapie de Robert Dilts, il est facile de voir comment fonctionne le recadrage. Il déplace le problème de ce qui les concerne personnellement, la question de leur identité, à un niveau où ils ont seulement manqué d'informations - en d'autres termes, ils ne savaient pas COMMENT gérer. Ainsi, le recadrage fait passer le problème d'un manque de caractère à un manque d'information, tout simplement.

Exemple 3: Recadrage en un seul mot
Tous les recadrages n'ont pas besoin d'être aussi élaborés ou verbeux que ceux que je viens de mentionner. Parfois, l'introduction d'un simple mot est tout ce qui est nécessaire.
L'exemple qui suit est l'un des recadrages les plus simples que j'aie jamais utilisés. Il a été utilisé dans un cas où je travaillais avec une cliente qui avait une phobie des séances chez le dentiste. A ce moment de la séance, je l'avais fait revenir sur deux événements précis qui avaient eu lieu alors qu'elle était dans le fauteuil du dentiste et qu'elle avait ressenti une douleur et une gêne extrêmes, obligée de rester dans le fauteuil jusqu'à ce que les travaux dentaires soient terminés. Dans le premier événement, elle s'était décrite en train de penser "Je vais mourir". J'avais utilisé une exagération extrême dans les phrases de rappel. Alors, quand j'ai commencé à travailler sur le deuxième événement, entre autres choses, j'ai dit : "Je vais mourir... à nouveau".
Dans la vie de la plupart des gens, on ne meurt qu'une fois, alors, en disant "à nouveau", je lui faisais subtilement remarquer qu'elle avait survécu la première fois.

En apprendre davantage sur l'art du recadrage
Comme avec toute les compétences, on devient parfait en pratiquant. Plus vous augmentez votre expérience, plus vous devenez capable de recadrer efficacement. Cependant, je vous recommande fortement de lire le livre de Robert Dilt qui s'appelle en anglais "Sleight of Mouth". Ce livre décrit de multiples façons de faire le recadrage et il est une excellente ressource pour ceux qui voudraient vraiment maîtriser cet art.
Tania Prince, EFT Master (Royaume Uni)

(Lire aussi la page : "Le recadrage EFT", menu en haut de cette page)

***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.