mercredi 24 mars 2010

EFT pour les parents : faire face plus facilement

Un praticien EFT parle de sa propre expérience en tant que père

Gary Craig écrit :
"Steve Wells nous donne un point de vue important pour les parents qui appliquent l'EFT à leurs enfants. Comme il arrive souvent, les parents ont leurs propres problèmes de frustration et d'énervement qui s'ajoute à celui de l'enfant. Ceci peut aggraver les choses et créer de la résistance chez l'enfant. Solution ? Les parents doivent d'abord faire EFT sur eux-mêmes. Lisez le message de Steve pour les parents ci-dessous".

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/Children/forparents.htm

Steve Wells écrit :

"L'utilisation d'EFT avec vos propres enfants peut être une expérience très enrichissante. Cela peut aussi être très frustrant. Voici quelques unes de mes réflexions sur ce que j'ai appris en utilisant EFT avec mes propres enfants.

1. Il faut que vous fassiez le tapping EFT sur vous-même d'abord.

Si EFT ne marche pas, je vous suggère d'essayer d'abord cette piste, surtout s'il s'agit d'enfants très jeunes. Ils ont tendance à coller intimement à votre état émotionnel pour savoir comment eux-mêmes vont se sentir. Souvenez-vous que les émotions se transfèrent d'une personne à l'autre en général au cours des rencontres, et les enfants sont des diapasons qui souvent se mettent en résonance avec nos propres états émotionnels.

Un exemple. Une nuit, mon fils Joshua, 6 ans, avait peur d'aller dans sa chambre seul parce qu'il risquait d'y avoir des fantômes. Après que je lui aie expliqué qu'il n'y avait pas de fantômes, et que la lumière était encore allumée - logique linéaire parentale traditionnelle - il refusait toujours. Je lui ai dit que j'allais "faire le tapotage" pour lui pour l'aider à avoir moins peur. Il a répondu que le tapotage ne marcherait pas. (J'ai trouvé que ce "phénomène d'apex" comme dit Gary Craig est très fort chez les jeunes enfants).

Dans le passé, j'avais eu tendance à ignorer de telles protestations parce que Joshua avait eu d'excellents résultats avec EFT malgré ses protestations que "ça n'allait pas marcher". J'ai donc commencé par masser le point douloureux en disant :
- "Même si tu as peur des fantômes, tu est toujours un bon petit garçon".
Puis j'ai fait quelques séries de points, mais sans réduction de la peur. Alors, dans ma frustration, j'ai mis en route le plan B : la méthode d'affrontement direct - "Ressens la peur et fais-le malgré tout, mon gars !".

Le résultat a été un petit garçon très perturbé qui est allé quand même dans sa chambre dans un état d'intense souffrance, de même pour se laver les dents dans la salle de bains, et pleurant encore plus fort pour aller aux WC. J'avais l'impression d'être un idiot total en le forçant ainsi à souffrir, alors j'ai pris un moment pour réfléchir et pour faire un peu de tapotage sur moi-même. Après avoir ainsi pris une distance nécessaire vis-à-vis du problème, je me suis assis sur son lit avec lui et nous avons parlé de ce qui lui faisait peur.

Maintenant que je ne me sentais plus perturbé (ni frustré) par son anxiété, je réalisais que j'étais plus disponible pour l'écouter - et pour adapter le traitement à ses peurs spécifiques - et il s'est montré alors beaucoup plus réceptif à l'EFT. Il m'a raconté qu'il avait vu une séquence d'un programme de télé qui était pleine de fantômes. Non seulement les images, mais ce qui était dit, l'avait inquiété. J'ai demandé s'il pouvait se focaliser sur ça tout en faisant le tapping, et il a accepté.

J'ai alors réalisé que la petite distance que j'avais maintenant était cruciale pour permettre au processus de fonctionner pour lui. J'avais eu besoin de me libérer de mon propre état émotionnel négatif AU SUJET de son problème, pour travailler avec lui SUR son problème. Mes émotions avaient entaché ma réponse à son état, et même s'étaient transférées à lui, court-circuitant notre travail ensemble.

Je pense que si nous faisons le tapping avec quelqu'un, ou pour quelqu'un, dans un état d'inquiétude, nous diminuons grandement nos chances d'un résultat positif - c'est pourquoi je fais toujours le tapotage sur moi-même en même temps que mes clients. Je ne veux pas que mon propre état interfère avec leur processus de guérison. Néanmoins, la conclusion de cette histoire est que nous avons été capables d'avancer à travers plusieurs aspects du problème, et que j'ai pu être suffisamment respectueux vis-à-vis de mon fils pour lui demander à chaque étape : "Comment pourrait-on appeler ça ?" quand nous découvrions de nouveaux aspects sur lesquels tapoter, en l'incluant beaucoup plus dans le processus. 5 séquences plus tard, il s'endormait. Problème résolu - au moins pour la circonstance.

Voici mon conseil aux parents et aux praticiens EFT : Faites toujours l'EFT sur vous-mêmes. J'ai eu l'expérience de plusieurs situations dans lesquelles cette attitude a fait toute la différence.

2. Faites l'EFT pour traiter vos propres réactions à ce que font vos enfants.

Quand ma fille est née, ses cris particulièrement forts et son insistance typique ont eu un effet négatif important sur mon humeur. Je cela trouvais extrêmement stressant quand je devais m'occuper d'elle dans ces moments d'agression auditive.

Un jour où je changeais sa couche, alors qu'elle hurlait et que je m'énervais, j'ai réalisé qu'il fallait que je fasse le tapotage EFT sur cela. J'ai fait quelques séquences sur sa manière de crier et soudain, je me suis rendu compte qu'elle utilisait une très grande variété de cris. Auparavants je les trouvais identiques - très forts, et intensément énervants pour moi. Maintenant, je réalisais que certains cris étaient dûs à une véritable souffrance, que d'autres étaient de la frustration, tandis que certains étaient seulement une demande d'un peu d'amour et d'affection, etc., alors qu'auparavant ils n'étaient pour moi que l'expression d'une souffrance intense. Et c'était pour moi très difficile de gérer cela, alors je voulais arriver à le régler tout de suite. Surtout quand elle était particulièrement fatiguée et que ça pouvait prendre une bonne heure pour qu'elle se calme et s'endorme.

Après avoir fait le tapotage EFT sur moi-même pour ses hurlements, j'étais capable de me rendre compte que ses cris ne demandaient pas tous une réponse immédiate, ni même une réponse tout court, en toute occasion. Et j'ai commencé à me sentir bien vis-à-vis de ma petite fille à nouveau. J'aimerais pouvoir dire qu'elle a cessé de hurler. Je peux dire que maintenant, presque deux ans plus tard, elle se calme plus rapidement. Mais le fait de pouvoir "tenir le coup à chaud" était un progrès important pour un père qui n'aurait jamais pu s'en sortir sans l'EFT.
Portez-vous bien.

Steve Wells (Australie)

************ *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* ***********

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.