samedi 27 février 2010

EFT pour l'enfant du placard

Un travail d'intuition pour découvrir le trauma et vérifier l'effet du traitement

Traduction de la page en anglais :
http://www.emofree.com/Trauma/traumatic-incident-cupboard.htm

Gary Craig commente : "Il y a quelques éléments important dans ce compte-rendu de Pieter de Zwart, de Nouvelle-Zélande. Le mot "vent" lui permet de déterrer un traumatisme et, après plusieurs séquences de tapotage EFT, il vérifie le résultat en recréant la scène originale. Ce cas peut être adapté à d'autres circonstances traumatiques."

Article de Pieter de Zwart :

Voici un cas qui illustre pour moi la nécessité pour les praticiens EFT de combiner une bonne écoute intuitive avec un interrogatoire minutieux afin d'éviter toute erreur d'évaluation ou malentendu conduisant à une guérison incomplète. De plus, nous allons voir comment le langage peut être interprété de plusieurs façons différentes.

Ma cliente m'autorise à «publier» cet article, mais à condition que son nom soit changé.

Trudy, une dame de 40 ans, originaire d'Afrique du Sud, m'a appelé pour me demander si je pouvais l'aider avec un problème d'estime de soi. Donc, après les présentations d'usage et l'échange de conversation au début de la première séance, et sachant que les problèmes d'estime de soi relèvent souvent de nombreux bouleversements émotionnels bien ancrés, je lui ai demandé ce qui la dérangeait le plus à l'heure actuelle. "Le vent", me répondit-elle. Le vent ? "Oui, j'ai ces douleurs dans le coin inférieur droit de la zone abdominale".

Elle n'avait pas mentionné ces douleurs auparavant. Mais, considérant la région qu'elle désignait ... j'ai pensé que ça avait un sens, des douleurs de gaz, peut-être le syndrome du côlon irritable ... Mais plus tard, en questionnant plus avant, nous avons mis à jour aussi des problèmes avec ses parents et des abus pendant l'enfance.

Donc, nous commençons en tapotant pour la douleur, qu'elle a évaluée à un 6. Mais trois séquences plus tard nous n'avions pu faire baisser l'évaluation que d'un point. Par conséquent, avant de continuer, je décide de poser d'autres questions et de mentionner que les douleurs de gaz ou de "vents" peuvent aussi être associées à la rétention d'idées ou de faits "non digérés", etc. "Des douleurs de gaz ?", répond-elle, "comme des flatulences ? Non, je n'ai pas cela. La douleur se déclenche souvent quand je suis là-bas, quand j'entends le vent qui souffle, surtout quand je suis à l'intérieur de la maison ...".

Il s'est avéré que, lorsqu'elle était enfant, elle était souvent enfermée dans un placard quand sa mère et son père se disputaient, puis plus tard, après la mort de son père, quand maman recevait d'autres hommes. Et comme le placard avait un mur donnant sur l'extérieur, elle entendait le vent souffler quand elle y était, et c'est ce qui avait provoqué une association avec le traumatisme subi. Alors maintenant, chaque fois qu'elle entend le bruit du vent, ou qu'elle est tout près d'un placard, elle a mal au ventre ; et depuis récemment ça se déclenche aussi sans raison.

Nous avons donc décidé de continuer le tapotage pour cette expérience traumatisante de l'enfance, dont elle noté l'intensité émotionnelle à 10.

- "Même si j'ai été enfermée dans le placard, et que ce n'était pas ma faute, et que j'entendais le vent souffler, je m'aime et je m'accepte profondément et infiniment".

Après deux séquences, elle me dit qu'elle est descendue à 3. Wow, génial, mais quelque chose me dit que ce n'est pas tout à fait sincère. Alors je lui demande de vérifier et elle dit oui, c'est un 3. Bon, si vous le dites, pensai-je. Mais mon intuition m'a fait traverser la pièce, ouvrir le placard double, et lui demander d'entrer à l'intérieur. Sa réaction a parlé pour elle : elle s'est effondrée, et après s'être un peu calmée elle a admis qu'elle était toujours à 10, mais qu'elle n'avait pas voulu passer pour une idiote alors elle avait dit 3.

Nous avons continué en faisant encore plus de séquences EFT et en employant des phrases de départ différentes pour traiter la peur et la colère. Après six séquences supplémentaires, elle a admis avec raison qu'elle était à 3. Encore une séquence et elle était à 0. Alors, je lui ai à nouveau demandé d'entrer dans le placard. Et cette fois, elle y est entrée d'elle-même, et a même refermé la porte sur elle sans ressentir la moindre anxiété, et ce, plusieurs fois. Inutile de dire qu'elle était très heureuse, et ça se voyait.

Au cours de la deuxième séance nous avons à nouveau fait le test du placard, et elle est restée à 0. Nous avons également abordé ses problèmes de maltraitance sexuelle dans l'enfance. J'ai reçu par la suite le mot de remerciement suivant :

"Grâce à vous et au programme EFT j'ai résolu beaucoup de mes problèmes du passé. J'avais des doutes, mais maintenant je suis convaincue que le programme EFT marche. J'ai redécouvert la joie dans ma vie, je me sens beaucoup mieux et tous ceux qui m'entourent ont remarqué la différence. Merci encore. "

Chaleureusement

Pieter de Zwart

***** *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* ******

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.