vendredi 19 février 2010

EFT Découvrir le fond du problème

FAQ : Comment atteindre les problèmes de base lorsque la personne elle-même les ignore ?
Une liste de questions utiles qu'on peut éventuellement se poser à soi-même.

Gary Craig écrit :
"Voici une question que j'ai reçue d'un thérapeute australien (noms supprimés sur demande). Il me demande comment trouver le moyen de résoudre des problèmes de son client qui lui semblent "cachés", à la fois à lui-même et au client. Je vous propose ensuite plusieurs idées et méthodes que vous pourriez trouver utiles.
"P.S. On peut approfondir ce sujet avec une autre question des FAQ du site EFT : "Comment aider un client qui ne ressent rien?"
Gary Craig

QUESTION DU PRATICIEN :
"Je suis consulté par un homme qui a un cancer. Ce cancer est d'un genre qui ne peut pas être traité par la chimiothérapie ni par la radiothérapie. Il est venu vers moi car il pense (espère) que les techniques de psychologie énergétique pourraient l'aider.
"Il a aussi entendu dire que la plupart des cancers sont causés par un traumatisme. Le "problème" c'est qu'il ne se souvient pas avoir eu de traumatisme, et qu'il n'arrive même pas à ressentir la moindre inquiétude ou anxiété concernant sa maladie.

"J'ai utilisé l'EFT aver la recette de base sur ces phrases :
- "Même si j'ai ce cancer ..." (Je sais que c'est une déclaration très globale...)
- "Même si j'ai ce bas niveau d'énergie"...
"Et j'ai aussi "forcé" pour trouver quelques expériences anciennes dont il pourrait se souvenir et qui auraient été mauvaises pour lui.
- "Même si mon fils a commencé à fumer ..."
- "Même si j'ai été consigné parce que j'ai fait enlever à la fille tous ses vêtements quand nous avons joué au docteur..."

"J'ai utilisé des techniques de brainstorming sur le thème "cancer" - par exemple, peur de la généralisation, peur du cancer dans tel ou tel organe, peur de mourir, peur de faire de la peine aux autres, etc Mais je n'ai été capable de trouver aucun aspect qui puisse obtenir un certain niveau d'intensité sur l'échelle de 0 à 10.
"Ainsi les véritables problèmes ici semblent cachés et je n'ai aucune idée si je suis sur la bonne voie ou pas. Pourriez-vous s'il vous plaît me donner quelques conseils?"

REPONSE DE GARY CRAIG :
Qui sait si nous sommes toujours sur la bonne voie ? Parfois, nous devons revenir sans cesse sur un même problème à partir d'approches différentes avant d'atteindre un certain succès.
Selon ma propre vision non-médicale, la plupart de nos maux sont des manifestations de problèmes émotionnels non résolus (et pas seulement suite à des traumatismes, comme votre client le suppose). Ceci s'applique aussi au cancer et à la plupart des autres maladies dégénératives.
Mais rappelez-vous, c'est ma propre vision non-médicale. Elle m'est venue en observant la disparition des symptômes physiques lorsque nous résolvons les culpabilités, les peurs, les colères, les traumatismes etc., qui s'accumulent au fil d'une vie. Il peut y avoir d'autres causes, bien sûr, mais c'est tellement souvent qu'on obtient des résultats partiels ou complets en suivant la piste des émotions que, pour moi, les praticiens devraient mettre toutes ces sources émotionnelles sur le dessus de leur "pile de causes".

Votre client n'arrive pas à trouver quelque chose qui évoque de l'intensité émotionnelle. Peut-être a-t-il mené une vie limpide et protégée, mais c'est peu probable. Le simple fait qu'il a le cancer est la preuve, au moins pour moi, que quelque chose d'important est en suspens.
Il se peut qu'il réprime quelque chose, ou qu'il soit tellement habitués à vivre avec certains états émotionnels qu'il pense qu'ils sont normaux (et donc qu'ils ne valent pas la peine d'être traités). À moins que ces choses soient explorées avec le client, elles passent inaperçues et continuent à lui limiter la vie. Voici quelques exemples de ce type de problèmes :

* Un sentiment de ne pas être au niveau parce qu'il n'a jamais correspondu, selon lui, aux attentes de ses parents ou de la société envers lui. Cela peut être un gros problème sous-jacent que le client souvent ignore.
* Une peur "oubliée" qui a été installée dans l'enfance et s'est reportée sur le système de croyance de l'adulte. Cela pourrait être quelque chose d'aussi simple qu'un film d'horreur à la télévision. Dracula ou Frankenstein, par exemple, peuvent se généraliser en ceci : "Vous ne pouvez jamais savoir qui sont réellement les gens. Personne ne peut faire confiance à qui que ce soit." Je sais que ce n'est pas logique, mais les gens ont tendance à ne pas réagir en fonction de la logique. Ils répondent émotionnellement, en général, aussi irrationnel que cela puisse être.
*** Cette catégorie peut également inclure une longue liste de problèmes émotionnels que le client a mis en veilleuse à cause de sa conviction que rien ne peut être fait à ce sujet de toute façon.

D'autres possibilités incluent (1) une culpabilité profondément installée à cause de quelque chose qu'il a fait (ou n'a pas fait) et il ne veut tout simplement pas à en discuter ni regarder cela en face ; et (2) votre client pense qu'il a "péché" et ainsi, en fonction de ses convictions religieuses, Dieu le poursuit pour le punir. Ces deux causes peuvent être difficiles à déceler car elles paraissent tellement normale pour le client. Cette "histoire de Dieu" sous-tend beaucoup plus de problèmes que nous le pensons. Dans bien des cas, c'est un problème central dont on ne discute pas.
"Pour atteindre ces "problèmes cachés" il faut souvent avoir de l'expérience et utiliser des approches de l'ordre du grand art. En plus de compter sur mon intuition, je trouve les questions suivantes tout à fait appropriées pour mettre à jour les problèmes cachés ou sous-jacents :
- "Si vous pouviez recommencer votre vie à zéro, quelle personne ou quel événement voudriez-vous éviter ou supprimer ?"
- "À quand remonte la dernière fois que vous avez pleuré, et pourquoi ?"
- "Qui ou quoi vous met en colère, et pourquoi ?"
- "Quel est votre plus grande tristesse, ou votre plus grand regret ?"
- "Qu'est-ce qui vous manque pour que votre vie soit parfaite ?"
- "Nommez trois peurs que vous aimeriez ne pas avoir"
- "Irez-vous au ciel?"
- "Quelle est la chose que vous voudriez n'avoir jamais faite ?"

Ces questions nous emmènent souvent sur des pistes utiles vers les problèmes fondamentaux sous-jacents. Parfois, les réponses font porter la culpabilité sur quelque chose ou quelqu'un en dehors du client, par exemple : "Joe s'est moqué de moi." Toutefois, de telles réactions sont habituellement la projection extérieure d'un état intérieur et c'est cet état intérieur qui doit être traité. Dans mon exemple, Joe a probablement déclenché un souvenir d'événement passé chez le client, et c'est souvent cet événement du passé qui détient la clé d'une guérison importante. Un bon travail de détective permettra de le retrouver. J'espère vous avoir aidé."

Gary Craig

****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.