mercredi 6 janvier 2010

EFT pour les soucis de la survie familiale

On peut utiliser l'EFT pour les soucis de la survie familiale, partout dans le monde 

L'histoire suivante qui se passe au Kenya démontre aussi que la méthode EFT s'adapte très bien à une autre culture.

Traduction de la page du site de Gary Craig en anglais :
**http://www.emofree.com/Articles2/eft-kenya.htm**

Sylvi MacKay écrit :

"Je séjournais dans la province du Kénya Occidental, dans une auberge dont le chef cuisinier était aussi l'un des cinq pasteurs de l'Eglise Africaine du Saint-Esprit. Son travail pour l'église ne lui suffisait plus pour subvenir aux besoins de sa femme, Alice, de leurs six enfants auxquels s'ajoutaient deux enfants de sa soeur décédée, alors il avait fait une formation de cuisinier professionnel. Il était payé 150 shillings kényans (1,87 dollars US) pour travailler six soirées par semaine, pour lesquelles il devait faire plusieurs kilomètres à pieds depuis sa maison traditionnelle en boue, acheter les produits nécessaires au marché et cuire le repas. Parfois il obtenait d'autres contrats comme cuisinier, ainsi que du travail de labour pendant les week-ends.

"C'est un homme de 38 ans, très intelligent et d'agréable humeur, il rit beaucoup. Cela l'intéressait d'apprendre EFT parce que de nombreux paroissiens avaient des problèmes dans leur mariage, certains étaient veufs à cause du sida, d'autres avaient été victimes des violences tribales en janvier 2008 à la suite des élections de 2007.

"J'ai décrit la recette de base et les effets d'EFT (voir le manuel gratuit, lien dans la colonne de droite). J'ai proposé de lui démontrer un cas très simple pour lui-même, comme de soulager un mal de tête par exemple. A ce moment-là, il avait justement un "mal de tête épouvantable comme un étau autour de la tête".

"Je lui ai demandé de me montrer exactement où était le mal de tête, et il a montré la partie avant et centrale du sommet de la tête, disant que la douleur pulsait et envoyait des piques jusqu'à ses tempes et vers les yeux. Je lui ai demandé de me situer l'intensité de la douleur sur l'échelle de 0 à 10, et de me dire quand cela avait commencé. Il m'a répondu que c'était tout à fait inhabituel pour lui d'avoir mal à la tête, que c'était un 9 sur 10 et qu'il ne se souvenait pas du moment où ça avait commencé.

"J'ai fait la phrase de sépart sur le point karaté :

"- Même si j'ai cette douleur au centre de la tête avec des piques descendant jusqu'à mes yeux, je m'aime et je m'accepte complètement et parfaitement."

"Après une séquence utilisant "cette douleur" sur chaque point, nous avons fait une deuxième séquence pour donner libre cours à ses plaintes. Lorsque je suis arrivée à "Je ne sais pas pourquoi j'ai cette terrible douleur", il s'est souvenu soudain que le mal de tête l'avait saisi pendant le petit déjeuner ce matin-là, lorsque Alice lui avait demandé de l'argent pour acheter des graines de maïs et de l'engrais.

"Il m'a dit alors qu'ils possédaient deux petits "shambas" (mot kiswahili désignant les parcelles où l'on plante des légumes) et que deux fois dans les semaines précédentes ils les avaient ensemencés pour un coût total de 8.000 shillings kényans (100 dollars US). La première récolte n'avait pas germé, et une tempête tropicale avait emporté la seconde. Il n'avait plus d'argent à donner à Alice pour une troisième plantation, et c'est là que l'étau de douleur s'était serré autour de sa tête.

"Nous avons fait la phrase de départ pour la perte de deux plantations complètes et pour l'absence d'argent pour de nouvelles semences. Alors, la douleur et l'anxiété ont diminué à 7. Nous avons recommencé avec "Ce reste de douleur et d'anxiété", et enfin c'est descendu à 3 sur 10 pour l'anxiété. Il était stupéfait car le mal de tête avait complètement disparu.

"Je lui ai alors enseigné la technique des 9 actions du point-gamme, que nous avons faite. Puis nous avons travaillé avec les "rappels" suivants :

- "Je suis fort - l'année dernière j'ai sauvé ma famille en anticipant la violence, en achetant deux sacs de 90 kg de semence de maïs et en faisant durer nos conserves de légumes vert jusqu'à la fin février - je subviens bien aux besoins de ma famille - je m'en suis toujours sorti - Dieu m'aidera à m'en sortir, il est mon Ami et mon Sauveur dans les temps difficiles - je suis un bon soutien pour ma famille."

"Je lui ai enseigné à tester les résultats après un traitement avec EFT, et je lui ai demandé de voir s'il restait des traces du problème. Il a déclaré que son inquiétude et son mal de tête avaient disparu. Il ne pouvait plus trouver trace d'anxiété.

"Une suite intéressante à cette histoire s'est déroulée le soir même. En rentrant chez lui (avec une partie des semences nécessaires achetées avec un pourboire que je lui avais donné la semaine précédente, il a trouvé sa femme furieuse contre son père à lui, dont elle s'occupait, et jurant qu'elle ne voulait plus rien savoir de cet homme détestable, plus jamais ! Elisha lui a demandé si elle voulait bien le laisser essayer pour elle une nouvelle méthode appelée EFT, qu'il venait d'apprendre. Elle a dit oui, et en moins d'une demi-heure elle avait pardonné à son beau-père et déclaré qu'elle était très contente de s'occuper du vieil homme pour le reste de sa vie !"

Sylvi MacKay, Kenya

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.