mercredi 25 novembre 2009

EFT pour accomplir le deuil

EFT pour le deuil : un homme se libère de sa peur de la mort et de son chagrin en quelques minutes 

Gary Craig écrit :

"Nombreux sont les gens qui vivent un chagrin prolongé après la mort d'un être cher. Le client de Ted Robinson n'était pas une exception. Son chagrin, néanmoins, se traduisait en une continuelle peur de la mort. Voyez comme tout cela a pu être dégagé rapidement, et comment une séance de suivi le lendemain a confirmé la guérison."

Traduction de la page du site de Gary Craig :
http://www.emofree.com/Fear/grief-fear-death.htm**

Par Ted Robinsons :

"Je voudrais seulement partager une réussite récente dans la guérison d'un homme que j'avais rencontré et à qui j'avais parlé de l'EFT. Je pratique la "règle du mètre" : je parle de l'EFT à toute personne qui se trouve à moins d'un mètre de moi. Je voulais lui montrer ce que la technique EFT pouvait faire pour lui, et je lui ai demandé s'il avait des peurs, etc.

"Il a répondu immédiatement : "Peur de la mort". Je lui ai demandé s'il avait une raison spéciale pour une telle peur, et il m'a dit qu'il avait perdu ses deux enfants à la suite de crises d'épilepsie. Quand je lui ai demandé à quel âge, il a dit "2 et 4 ans" et j'ai remarqué que sa lèvre inférieure tremblait légèrement. J'ai demandé combien de temps s'était écoulé depuis cet événement, et il a répondu "23 ans". J'ai demandé avec quelle fréquence il y repensait, et il a dit immédiatement "tous les jours".

"J'ai commencé le processus EFT immédiatement sans préambule, et je pouvais voir que ses yeux me regardaient avec un mélange de peur et d'étonnement. Je savais que je devais réussir immédiatement, sinon il s'enfuirait probablement et ne reviendrait jamais.

"Son niveau d'intensité sur l'échelle de 0 à 10 a commencé à 8, et au début est descendu à 4. J'ai utilisé des mots comme :
"- Même si mes enfants sont morts, et que je ne veux pas les oublier jamais, ce chagrin a duré suffisamment longtemps, et je m'aime et je m'accepte entièrement et parfaitement."

"En continuant j'ai ajouté des choses comme :
"- J'ai fait tout ce que j'ai pu et je sais que je n'ai rien fait de mal, mais d'une certaine manière je me sens responsable de leur perte."

"J'ai poursuivi avec des phrases de rappel comme :
"- J'ai perdu mes enfants et j'ai été incapable de faire quoi que ce soit pour les aider, et j'aurais préféré mourir à leur place, mais ça ne s'est pas produit et maintenant il faut que je vive avec cette perte tragique."

"Bien sûr j'ai inclu des mots qui assuraient le fait qu'il n'allait "jamais les oublier, et jamais arrêter de les aimer, mais maintenant je veux bien laisser partir cette douleur continuelle."

"Quand nous avons fait la deuxième série, il est descendu à un niveau d'intensité de 2 ou 3 sur 10, et alors j'ai utilisé l'échelle des yeux (c'est comme ça que je l'appelle - on la connaît mieux comme la technique ou on fait rouler les yeux en regardant à partir du sol jusqu'au plafond). Et alors il est descendu à zéro sur 10.

"Quand je lui ai demandé comment il se sentait, il a d'abord semblé prêt à se mettre à pleurer, puis il s'est animé et il a dit qu'il était très reconnaissant parce que maintenant il sentait que les sentiments d'épouvante qu'il avait ressentis depuis 23 ans l'avaient quitté.

"Soudain, tout son visage s'est éclairé, il m'a fait un grand sourire et m'a serré la main vigoureusement, en disant que c'était merveilleux. Je lui ai demandé de me contacter le lendemain, et quand il l'a fait, je lui ai demandé comment il se sentait. Il a dit immédiatement qu'il se sentait très bien et que ses sensations précédentes n'étaient plus là. Il m'a remercié à profusion. J'étais seulement content de voir qu'il était guéri de cette blessure très ancienne et très profonde. J'espère que ceci peut aussi aider d'autres personnes.

"Avec grand respect,

Ted Robinson

********

mardi 24 novembre 2009

Tenir un journal d'EFT

Pour aller plus loin en travaillant sur soi-même : tenir son journal d'EFT est une méthode magique.

Traduction de cette page du tutorial dans le site de Gary Craig :
http://www.emofree.com/tutorial/tutornfourteen.htm

Gary Craig écrit :
"Steve Wells, d'Australie, nous fournit cette méthode simple mais puissante qui permet de tirer le maximum de la technique EFT lorsqu'on l'applique sur soi-même.
"Il appelle ce processus "faire son journal" et il s'agit essentiellement de mettre par écrit tous les aspects, croyances et pensées qui peuvent surgir pendant le processus d'EFT. Chacun de ces éléments représente une nouvelle voie d'exploration personnelle avec l'EFT et, à moins de les fixer par écrit, on va les oublier. Le fait d'écrire (et de traiter) cette chaine d'événements permet d'obtenir une expérience plus approfondie de l'EFT.
"Ce concept ne s'applique par seulement à ceux qui veulent utiliser l'EFT sur eux-mêmes. Il fournir le même type d'expérience profonde aux professionnels de la santé qui demandent à leur client de le faire. Le client peut écrire dans son journal pendant la séance, ou bien faire un journal entre les séances comme "travail à la maison". Ces deux façons de faire révèlent de nouveaux points de vue sur le problème et font remonter à la surface de nouveaux noeuds centraux et autres croyances. C'est très utile. Steve donne tous les détails dans l'article ci-dessous."

Par Steve Wells :

"J'ai découvert qu'il était très productif pour moi de tenir un journal quotidien avec EFT quand j'étais assis devant mon ordinateur. Je commence par écrire une description du problème, ou de la pensée ou croyance négative, ou du comportement sur lesquels je voulais travailler. Puis je fais une ou deux séquences d'EFT sur ce problème. Au fur et à mesure où de nouvelles pensées et émotions commencent à sortir, je les écris aussi sur l'écran.
"J'ai une frappe assez rapide au clavier, alors, tout en travaillant sur les divers aspects, cela m'aide beaucoup de voir - et aussi sentir - les changements qui surviennent littéralement devant mes yeux. Quels que soient les aspects qui émergent : émotions, souvenirs, pensées ou croyances - je les écris sur l'écran et je les inclus dans une nouvelle séquence de tapping.
"Tout en écrivant, je trouve que j'obtient une plus grande clarté et plus de compréhension consciente de mes problèmes, et je trouve que les séquences de tapping qui suivent sont plus concentrées, et donc plus productives. Même si j'ai découvert que le fait d'écrire sur l'écran "marche" pour moi parce que je peux le faire très rapidement, ceux qui prennent en sténo ou qui préfèrent écrire à la main peuvent tenir leur journal dans un vrai cahier tout en faisant le tapotage sur les différents aspects.
"Je me suis rendu compte que le meilleur de cette approche se produit à la fin de la séance de tapotage. Quand je relis les notes que j'ai prises sur l'écran, je peux voir clairement le chemin parcouru depuis le point où j'ai commencé. Je suis souvent très étonné de constater tout ce que j'ai pu travailler, et je trouve cela gratifiant quand je vois que les problèmes où les aspects avec lesquels j'avais commencé ne me dérangent plus du tout.
"J'ai constaté que dans des sessions de tapotage régulière, ma tendance naturelle et de passer simplement au nouvel aspect qui surgit. Comme les aspects précédemment travaillés disparaissent naturellement de ma conscience, il m'est facile d'oublier que lorsque je m'étais assis pour travailler ils me causaient un assez grand dérangement. Souvent, je n'ai pas réalisé le plein bénéfice de mes séances régulières de tapotage avant très longtemps après, en me trouvant confronté à une situation qui autrement m'aurait rendu inquiet, et qui ne me cause plus aucun dérangement. Je suis sûr que cette situation est familière à beaucoup de personnes qui font le tapotage EFT régulièrement.
"Le processus de tenir son journal vient à bout de ces défis, et ne vous aide pas seulement à clarifier des aspects au fur et à mesure. Il vous permet de vous rendre compte de votre propre changement, et de vous en réjouir, immédiatement après. C'est une sorte de "feed-back" instantané de vos résultats, et je trouve que c'est un élément très gratifiant. Je le recommande à tous ceux qui veulent aller plus loin avec leurs séances personnelles d'EFT."

Steve Wells

* ******

lundi 23 novembre 2009

EFT comment se fier à son intuition

Quand la logique enfantine bloque la confiance de l'adulte en ses impressions intérieures

En travaillant sur un traumatisme survenu à l'âge de 10 ans, une jeune femme récupère sa confiance en son instinct de survie et son intuition. Avec les techniques EFT c'est un jeu d'enfant d'éliminer un blocage quand on en a trouvé la cause.

Voici un cas d'utilisation de la technique EFT "raconter l'histoire" ou de la "technique du film". Pour guérir un trauma il est important d'examiner tous les différents "aspects" de l'histoire, ce que fait la praticienne EFT en posant des questions à la cliente jusqu'à ce qu'elle les ait tous fait sortir.

Traduction de la page du site de Gary Craig :
http://www.emofree.com/Trauma/trauma-relief-instincts.htm

Par Suzanne i.b. Lerner, PhD

"J'ai récemment rencontré une jeune femme que je connaissais déjà car nous avions fait du bénévolat ensemble. Je revenais de faire une présentation d'EFT et "Monica" m'a posé des questions insistantes. Je lui ai décrit le travail de l'EFT et ça l'intéressait de plus en plus. Elle m'a demandé de faire une session avec elle, ce que j'ai fait avec joie.

"Je lui ai demandé de choisir un problème qui pourrait atteindre un niveau d'inconfort émotionnel de 5 ou 6, pour commencer. Elle m'a regardé, puis a dit : "Et si c'était 11 ?" Comme je savais qu'elle était une personne stable et relativement mûre émotionnellement, capable de prendre soin d'elle-même après une session, j'ai accepté. Je lui ai dit que plusieurs types d'émotions pourraient surgir et qu'il s'agissait simplement de faire le tapotage pour chacune d'elles. Si elle sentait qu'elle avait besoin de plus de soutien, elle pourrait ensuite me recontacter ou faire appel à un autre conseiller psychologique.

"En fait, il s'est avéré qu'elle avait eu une expérience perturbante lorsqu'elle était plus jeune. Elle avait ensuite enfoui toutes ces émotions à l'intérieur d'elle-même. Nous avons utilisé la technique "raconter l'histoire" pour travailler sur cet événement.

"Quand Monica avait 10 ans, ses parents qui préparaient une maîtrise vivaient sur le campus de l'Université d'Etat. Ils avaient parmi leurs relations un homme vis-à-vis duquel ils avaient demandé à Monica de se tenir à distance, ce qui, bien sûr, avait piqué sa curiosité, au contraire. Elle se sentait assez "vieille" pour pouvoir prendre ses propres décisions, et en voulait à ses parents de ne pas respecter sa capacité de jugement. C'est typique des enfants de 10 ans ! Enfin, cet homme l'avait invitée, ainsi que son amie, à une promenade pour nourrir les canards du campus. Son amie n'avait pas reçu l'autorisation d'accepter, mais Monica avait décidé d'y aller quand même, sans demander la permission à ses parents.

"A ce point du récit, Monica avait des larmes dans les yeux. Elle avait senti que ses parents étaient en colère et qu'elle les avait déçus, alors qu'elle avait jusque là été pour eux une bonne petite fille digne de confiance. Nous avons fait le tapotage sur cet aspect :

- "Même si j'ai déçu mes parents parce que je ne leur ai pas obéi..."


- "Même si je sentais que j'étais intelligente et que je pouvais prendre mes propres décisions, j'ai fait une erreur..."


- "Même si mes parents étaient en colère, ils m'ont pardonné ; mais je ne me suis toujours pas pardonné moi-même. Peut-être que je peux m'ouvrir à la possibilité de me pardonner moi-même maintenant. Je faisais du mieux que je pouvais, étant donné mon âge et mon expérience."


"- Phrases de rappel : "Je les ai déçus" - "J'ai fait une erreur".

"Ces séquences de tapping ont paru vraiment créer une ouverture vers une nouvelle compréhension. Ensuite, elle me dit qu'elle avait été une petite fille très intelligente et perceptive, bien au-delà de son âge, mais qu'à partir de cette expérience elle avait en quelque sorte arrêté de faire confiance à son intuition. Nous avons tapoté sur ces problèmes, et ensuite nous avons avancé. A ce point, je ne savais pas ce qu'elle allait pouvoir révéler, mais étant donné mon expérience de 30 années de travail dans le domaine des traumatismes, je me sentais à l'aise pour gérer ce qui pouvait venir. Néanmoins, j'ai été un peu surprise, aussi je peux imaginer la surprise de la petite Monica lorsque les événements se sont déroulés devant elle.

"En fait, cette relation passagère de ses parents était un drogué à l'héroïne ! Alors qu'elle marchait dans le parc, toute à sa joie d'aller nourrir les canards, soudain tout s'est arrêté. Un officier de police les a abordés pour parler. Et tout à coup "l'ami de la famille" a tiré un révolver de nulle part et a tué le policier ! Cela sortait complètement du cadre d'expérience de la petite Monica.

"Il y avait là beaucoup d'aspects à gérer. Elle était seulement à un mètre du révolver quand il a tiré. Alors nous avons travaillé sur le bruit, l'odeur, la peur d'être responsable, la confusion, ainsi que la peur pour sa propre sécurité. Nous avons ramené toutes ces émotions à zéro, et à chaque fois que nous avions géré un nouvel aspect je lui demandais "Quoi d'autre vous a encore pertubée ?" - "De quoi d'autre étiez-vous consciente pendant que vous faisiez cette expérience de vous-même ?"

"L'un des aspects les plus surprenants était qu'elle se blâmait pour le fait qu'elle ne l'avait pas arrêté. Apparemment, cet homme s'était enfui et des gens l'avaient rattrappé et immobilisé en attendant l'arrivée de renforts de la police. Le premier policier n'était que blessé. Mais Monica sentait qu'elle aurait dû arrêter l'agresseur, ou au moins l'empêcher de s'enfuir.

"(Je suis continuellement étonnée de voir à quel point les enfants prennent à leur charge la responsabilité d'un événement ; pour eux c'est une façon de faire face à quelque chose qui paraît "incontrôlable". Je vois cela souvent avec les enfants de parents divorcés, quand de très gentils jeunes enfants me disent quelque chose comme : "Papa nous a quittés parce que je n'avais pas rangé ma chambre." Et alors ces croyances irrationnelles deviennent de nouvelles lois écrites sur leurs murs : "Je dois être parfait sinon quelque chose de terrible va arriver." Dieu merci, nous avons maintenant la gomme EFT pour effacer tout ça !)

"Nous avons traité ce problème, et alors quelque chose est sorti, et c'était comme si la lumière s'était faite dans sa tête enfin. Comme elle l'a exprimé : "Vous savez, même en étant si jeune j'avais pressenti qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas dans cet homme, et une partie de moi voulait l'aider, voulait le guérir d'une certaine manière. Bien entendu je ne savais pas ce que c'était que l'héroine, ni ce qu'était ce genre de problème, mais quelque chose en moi sentait qu'il avait besoin d'aide." Alors nous avons fait le tapping pour sa tristesse de ne pas avoir été capable de l'aider, et aussi pour reconnaître la beauté de sa compassion à un si jeune âge. Nous avons également travaillé sur le pardon de soi-même, pour le fait de ne pas être capable d'aider un héroïnomane à l'âge tendre de 10 ans :

- "Même si je savais qu'il avait besoin d'aide, et que je n'étais pas capable de l'aider, et que même des professionnels entraînés ont des difficultés pour aider les drogué... J'étais hors de mon contexte et peut-être que mes parents avaient raison pour cette fois" (dit avec humour et un clin d'oeil).

"J'aurais aimé prendre des photos de son visage à ce point de la séance, car elle est passée par une succession d'expressions de surprise, d'étonnement, d'émerveillement, puis de soulagement. Elle ne pouvait pas croire qu'elle avait transporté en elle-même toutes ces émotions différentes, ni la facilité avec laquelle elle s'en était débarrassée. Nous avons terminé sur quelques séquences permettant l'intégration.

- "Même si j'ai VRAIMENT fait une erreur, personne n'aurait pu prévoir ce qui allait se passer, et à nouveau je m'aime, je m'accepte et je me pardonne complètement et profondément."


- "Même si j'ai réellement désobéi à mes parents, je pense que j'étais seulement un petit peu désobéissante et que rien ne pouvait me faire comprendre que j'étais en train de devenir complice d'une tentative de meurtre ! (j'ai dit cela également avec humour et un clin d'oeil et elle l'a répété en riant). Je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait. Mes parents m'ont pardonnée depuis longtemps, c'est le moment de me pardonner moi-même."


- "Même si mon instinct m'a trompée sur ce coup-là, j'ai été dans de nombreuses situations depuis, dans lesquelles mes intuitions ont été EXACTES. C'est OK pour moi de recommencer à faire confiance à mon intuition."


"Avec les phrases de rappel : "J'ai fait une erreur" - "Je me pardonne" - "Je peux recommencer à faire confiance à mon intuition".

"Monica était soulagée et pleine de gratitude. Elle n'avait jamais fait le lien auparavant, mais depuis cet incident elle avait souvent eu des difficultés à faire confiance à ses propres intuitions et jugements. C'était une femme brillante, et maintenant elle voyait comment les choses étaient reliées. Je lui ai demandé de prononcer la phrase suivante et d'évaluer à quel niveau, sur l'échelle de 0 à 10, elle était vraie pour elle :

- "Même si avec ce type-là j'ai fait une erreur compréhensible, en général je suis bien guidée par mon intuition."

"Elle a souri et m'a dit : "8 ! En général j'ai de très bonnes intuitions. En fait, les gens viennent vers moi parce qu'ils peuvent se fier à mes perceptions".

"Quelle séance magnifique ! J'ai hâte de voir comment sa vie va changer maintenant qu'elle peut à nouveau avoir confiance en elle-même."

Suzanne i.b. Lerner, PhD *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
*

lundi 16 novembre 2009

EFT pour un ado en colère

Un exemple d'EFT "par procuration" qui marche très bien avec une personne en colère ou un enfant.

Il est parfois difficile d'aider son enfant, ado ou jeune adulte, lorsqu'il ne demande pas d'aide. Dans ce cas, faire le "surrogate tapping", c'est-à-dire tapoter sur soi-même pour aider quelqu'un à distance, peut grandement aider à soulager la personne.

Gary Craig dit : "Regardez comment Nancy Morris travaille avec "Helen" pour soulager les problèmes de son fils dûs à sa naissance traumatique. Vous y verrez une inspiration et des procédures de qualité. Si vous vous inquiétez au sujet de la permission de faire le tapotage par procuration, voyez mes autres articles sur le sujet."

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Anger-management/anger-relief-surrogate-EFT.htm**

De Nancy Morris, EFTCert-I :

"Quand Helen m'a contactée, son message était comme suit : "Je voudrais de l'aide concernant la possibilité de faire le tapping par procuration pour mon fils, Bill. Il a eu une naissance traumatique, il a des problèmes de colère et de rage depuis le début. C'est un garçon merveilleux, avec de grands principes et un intellect étonnant, mais la colère et les problèmes de personnalité qui y sont associés détruisent sa vie. Je voudrais essayer de le persuader d'essayer l'EFT par lui-même, mais je crois que ce serait sans effet. Pourriez-vous me guider dans cet effort ?"

"Etant donné cette attitude aimante et ce point de vue clair concernant son fils, j'étais ravie de travailler avec Helen. Nous avons eu 2 rendez-vous par téléphone, que j'ai détaillés ci-dessous.
"Pendant le premier rendez-vous, Helen m'a donné des exemples clairs du comportement autodestructeur de Bill. Il provoque tout le monde, il essaie d'attirer l'attention en faisant scandale, il prend la mouche et se met en colère pour la moindre chose. Hélen m'a redit qu'elle s'inquiétait pour sa sécurité parce qu'il déclenche les agressions à son encontre dans son entourage. Elle voudrait qu'il se sente bien dans sa peau.
"Ayant exposé cela, Helen a dit qu'elle regrettait énormément de n'avoir pas pu le protéger quand il était petit. Il avait eu une naissance traumatique, et avait dû passer par de nombreuses procédures médicales immédiatement après l'accouchement. Hélen pouvait ressentir cette culpabilité au niveau de son estomac, de sa poitrine et de sa gorge. Nous avons fait l'EFT pour Helen comme suit :

"- Même si j'ai déçu Bill, je m'aime et je me pardonne."

D'autres aspects sont sortis, pour lesquels Helen se sentait coupable parce qu'elle ne prenait pas assez de temps pour lui sur son travail lorsqu'il était bébé, parce que Bill était un enfant qui n'avait pas été prévu et qu'elle était trop âgée pour avoir un bébé, parce qu'elle était trop fatiguée. L'intensité d'Helen était au niveau 8 sur l'échelle de 0 à 10. Nous avons encore fait du tapotage sur tous ces aspects, toujours en se focalisant sur le fait de se pardonner à soi-même, et son intensité est descendue de 8 à 4 puis à 1et demi et finalement à zéro.
Maintenant que Helen se sentait parfaitement claire, nous nous sommes concentrées sur le tapotage par procuration pour le compte de Bill. Nous avons commencé par :

"- Même si je suis Bill et j'ai toute cette colère, je m'aime et je m'accepte (nous avons prononcé cela tout haut et avec force).
"- Même si je suis Bill et je me sens en colère presque tout le temps...
"- Même si je suis Bill et j'ai toute cette colère, je préfère me sentir en paix et calme.

Puis nous avons tapoté sur les points EFT tout en répétant les phrases suivantes :
"- Cette colère - cette colère - c'est juste sous la surface - il faut que je me protège - je m'aime et je m'accepte - j'ai besoin de colère pour me garder en sécurité moi-même - j'aime et j'accepte la manière dont je me suis protégé - je préférerais être calme et en paix, mais alors comment est-ce que je me sentirais ? - me sentir en sécurité et paisible en même temps quoi qu'il arrive - je m'aime et je m'accepte tel que je suis.

Quand j'ai demandé à Helen d'où elle pensait que venait la colère de Bill, si elle pouvait s'imaginer être Bill tel qu'il se sentait quand il était un petit garçon, elle m'a dit qu'il aurait voulu être la priorité de ses parents et qu'il savait que ce n'était pas le cas. Nous étions d'accord sur le fait que cela pouvait mettre un enfant en colère, même si ses parents avaient de bonnes raisons pour cela parce qu'ils devaient travailler. Alors nous avons tapoté pour ce qui suit :
"- Même si je suis Bill et j'aurais dû passer avant tout le reste, ça ne s'est pas passé comme ça, et je l'accepte."
"- Même si je suis Bill et j'aurais dû passer avant tout le reste, et que je suis en colère parce que ça ne s'est pas passé comme ça... (tapoter comme si nous sommes le tout petit Bill)."
"- Même si je suis Bill et j'aimerais avoir pu passer en premier avant tout le reste, ça n'est pas toujours arrivé et je l'accepte."

Puis nous avons tapoté avec les phrases de rappel suivantes :
"- J'aurais dû passer en premier - si seulement j'étais passé en premier - si seulement mes parents avaient pu me donner leur attention tout le temps - si seulement ma mère avait pu rester à la maison avec moi - je voulais passer en premier avant tout le reste - je m'aime et je m'accepte."

A la séquence suivante, j'ai ajouté des phrases concernant l'amour et le pardon :
"- Même si je suis Bill et que j'aurais dû passer en premier, ça ne s'est pas fait, et j'aime et j'accepte mes parents et j'apprécie qu'ils aient pris soin de moi.
"- Même si je suis Bill et que j'aurais dû passer en premier, je pardonne à mes parents.
"- Même si je suis Bill et j'aurais dû passer en premier, ça ne s'est pas toujours fait, j'accepte cela, et je sais que mes parents faisaient du mieux qu'ils mouvaient étant donné ce qu'ils étaient à ce moment-là."

Puis nous avons tapoté avec les phrases de rappel suivantes :
- "Si seulement j'avais pu passer en premier - j'aime ma mère et je lui pardonne - si seulement mes parents m'avaient donné leur attention tout le temps - je comprends leurs difficultés à ce moment-là - si seulement maman avait pu rester à la maison avec moi - c'est ce que tous les enfants veulent et j'accepte le fait que ça ne se soit pas passé pour moi - je voulais passer en premier - je m'aime et je m'accepte - leurs choix n'avaient rien à voir avec ma valeur - je sais qu'ils m'aimaient - je m'aime et je leur pardonne à tous ainsi qu'à moi-même - j'ai de la gratitude pour la façon dont ils m'ont élevé et pour l'amour qu'ils ont pour moi aujourd'hui."

Ceci a terminé notre première session.

Pendant notre second rendez-vous, Helen et moi nous sommes concentrées sur l'identifications des attributs qu'elle voudrait que son fils puisse posséder. Hélen les a énoncé : l'optimisme, réfléchir avant de parler, l'empathie, la compassion, la bonté, la confiance, l'initiative, la capacité de supporter le rejet. Quand je lui ai demandé pourquoi elle voulait qu'il puisse posséder ces éléments, elle a répondu que c'était "pour qu'il se sente plus heureux et en sécurité". Nous avons fait beaucoup de tapotage, toutes les deux, en faisant comme si nous étions Bill, et en faisant évoluer les "sentiments habituels" de Bill vers quelque chose de plus positif. Par exemple :
"- Même si je suis Bill et je me sens plein de tristesse, je m'aime et je m'accepte (nous avons dit cela tout haut et avec force) et je préfère me sentir optimiste." Puis nous avons tapoté en alternant entre "triste" et "optimiste".

Nous avons continué avec des phrases de départ et des phrases de rappel en incluant toutes les émotions et comportements difficiles de Bill (rage, frustration, sarcasme, paresse, procrastination, colère) et en les contrebalançant avec leur opposé. Souvent, en plein milieu du tapotage par procuration, nous disions, comme si nous étions Bill : "Je me demande comment je me sentirais ?" ou bien "Je me demande comment les gens réagiraient envers moi ?" ou bien "Je me demande quelle impression ma vie me donnerait ?"

Un an après environ, j'ai reçu d'Helen la note suivante. (Je l'ai raccourcie et j'ai changé quelques petites choses pour la rendre plus anonyme, mais ce sont ses propres mots néanmoins, et la vie de Bill).
"Bonjour Nancy, je viens d'envoyer un email à un ami au sujet d'EFT et de mon travail avec vous, et de ses résultats. J'ai réalisé que je devrais vous en faire un compte-rendu également. Bill a complètement changé du tout au tout. De sa propre initiative, il a fait les choses suivantes :
- Il s'est inscrit pour des cours d'allemand à un collège local dans la ville où il était allé au collège.
- Il a travaillé à améliorer ses notes.
- Il a acheté un guide d'étude de GMAT qui pesait des kilos et l'a étudié en entier pendant son temps libre.
- Il a obtenu 730 à ce GMAT.
- Il a rempli ses dossiers de demande pour un certain nombre d'universités afin d'être admis à leurs programmes de maîtrise en sciences.
- Il va commencer à étudier une maîtrise en sciences de très haut niveau pendant l'été, et l'école lui a donné une bourse alors qu'il ne l'avait pas demandée.
- Il se nourrit pour sa santé et pour perdre du poids.
- Il fait de l'exercice tous les jours.
- Il est affable et s'est un vrai plaisir quand il est là."

"C'est un changement du tout au tout. Est-ce que ce changement peut être entièrement attribué à l'EFT ? Peut-être pas, et je ne peux certainement pas le prouver. Mais l'EFT en a peut-être bien été le catalyseur, au moins. Je le crois. Quand j'ai commencé à faire la liste des changements spectaculaires dans son comportement, alors que rien n'avait marché pour lui dans le passé, ma croyance dans l'efficacité de l'EFT a été grandement renforcée. Bill s'est vraiment trouvé lui-même. Il est stabilisé, centré, et il a son intégrité. La chose la plus évidente est que cela ne s'est pas fait par un processus de maturation normal, mais par un changement abrupt et soudain dans une direction complètement nouvelle.
"Gary, peut-être que l'EFT est une nouvelle manière "d'envoyer des bonnes énergies" à quelqu'un ou de "prier" pour quelqu'un. Qui sait ? Je suis tellement contente de voir que ça semble marcher !"

Nancy Morris, EFTCert-I

****

EFT romancer le trauma

Une technique pour mieux cerner ses émotions : romancer le trauma


Joelle Boucher du Royaume-Uni nous donne ici une version intéressante de la technique "raconter l'histoire" (voir mon post sous "EFT méthodes") qui lui a permis d'aider sa cliente à atteindre un problème important.

C'est une méthode qu'on peut aussi s'appliquer à soi-même lorsqu'on travaille seul, afin de cerner plus précisément un événement du passé alors qu'on a du mal à ressentir les émotions correspondantes.

Vous êtes un écrivain. Dans le cours de votre roman vous décrivez cet événement qui arrive au héros principal - vous-même - et vous devez faire partager aux lecteurs toute la gamme des émotions qui surviennent dans un pareil cas. On peut faire cet exercice par écrit et l'intégrer à la Procédure de Pacification Personnelle.

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/Articles2/write-story.htm**

De Joelle Boucher :

"J'aimerais faire partager une technique que j'ai utilisé depuis quelques semaines et qui a beaucoup aidé mes clients à découvrir des émotions spécifiques sous-jacentes. J'appelle cette technique "romancer l'histoire".
Cette cliente connaissait déjà l'EFT, nous avions déjà travaillé ensemble de nombreuses fois avec succès. Néanmoins, dans le cas présent elle avait vraiment des difficultés à entrer en contact avec ses vraies émotions.

"Nous traitions une situation qui lui causait une vraie détresse. Selon ses propres mots : "Cela me suivait partout où j'allais". Elle racontait qu'elle avait beaucoup de difficultés à dormir la nuit, qu'elle se sentait mal et au bord des larmes en permanence, et que cette expérience lui pompait toute son énergie.

"Au bout de plusieurs séquences de tapotage, il était clair que nous n'arrivions nulle part. Bien que j'aie utilisé plusieurs techinques qui généralement donnent de bons résultats, nous étions coincées. Elle pouvait ressentir la tristesse, le désespoir et la blessure, mais aucun de ces mots ne la conduisait au coeur de ses émotions. Ils ne faisaient que souligner sa frustration et augmentaient ses larmes.

"Sachant que ma cliente a une passion pour l'écriture, j'ai eu l'inspiration d'utiliser cette nouvelle idée. Je lui ai donnée les instructions suivantes :

"Je voudrais que vous décriviez comment vous vous sentez maintenant, comme si vous étiez en train d'écrire un roman dont vous êtes l'héroïne principale. Vous êtes arrivée à un moment crucial dans l'intrigue et vous devez faire ressentir au lecteur les émotions et sentiments exacts qui sont ceux du personnage dans cette situation".

"Sans aucune hésitation, elle a alors répondu : "Elle se sent brisée." C'était une avancée merveilleuse. Nous avons fait le tapping avec :

- "Même si je me sens brisée..."

Et l'intensité est descendue, après seulement une séquence, de 9 à 4 sur l'échelle de 0 à 10. Deux séquences supplémentaires l'ont ramenée à zéro. Nous avons continué à utiliser cette technique pour le reste de la séance, après quoi elle a dit : "Je me sens vraiment plus calme, comme si j'avais été libérée de tout mon traumatisme."

Je l'ai appelée deux jours après et elle a dit :

"Maintenant je peux penser à cela sans ressentir que mon univers s'est écroulé sur moi. Je dors mieux. J'ai eu un ou deux moments un peu difficiles quand j'étais dans la rue et dans le train et que j'ai vu quelque chose qui m'a rappelé la situation, mais ma réaction n'a pas du tout approché ce qu'elle pouvait être auparavant. J'ai seulement fait le tapping sur mes doigts plusieurs fois et tout s'est passé très bien."

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : "Très bien. Si des restes du problème continuent de remonter, il serait utile de revenir sur les événements spécifiques qui sous-tendent cette sensation d'être brisée."

Joelle Boucher continue :

"J'ai utilisé cette technique sur 5 autres clients, ainsi que sur moi-même, avec d'excellents résultats. Même si aucun d'entre eux n'avait de passion pour l'écriture, il leur a quand même été plus facile de décrire leurs émotions en faisant comme si ils étaient en train d'écrire un roman.

"Chaque jour je remercie Gary Craig pour nous avoir apporté l'EFT !"
Joelle Boucher

*****

vendredi 13 novembre 2009

EFT pouvoir dire "NON" enfin!

Un psychiatre découvre la racine d'une dépression grâce à l'EFT

Gary Craig écrit :

"Nombreux sont ceux qui ont du mal à dire "NON", et ce, pour toutes sortes de raisons extrêmement variées. Si on utilise l'EFT simplement en disant "Même si je n'arrive pas à dire non...", cela ne produit généralement pas les résultats excomptés, car on ne vise pas les véritables causes. Voyez comment le Dr Curtis Steele utilise son habileté de détective pour réussir dans ce domaine. "

Traduction de la page du site de Gary Craig :
http://www.emofree.com/Articles2/saying-no.htm

Du Dr Curtis Steele :

"Je voudrais vous faire part de ce cas très inspirant sur lequel je viens juste de travailler.
"La patiente est une dame de 68 ans. Je l'appellerai Thelma (ce n'est pas son vrai nom). Elle a eu une vie entière de dépression. Quand Thelma a demandé ce rendez-vous, elle a dit qu'elle voulait un psychiatre à qui elle pouvait parler (pas juste le genre qui donne des pilules).

"Grâce à ma formation en Analyse Transactionnelle, je commence toujours mon travail en recherchant quel est le but du patient, de façon à être certain que nous sommes d'accord sur ce que nous sommes en train de faire ensemble. Quand j'ai demandé à Thelma ce qu'elle cherchait à atteindre à travers cette interview, elle m'a dit qu'elle était usée, et en colère intérieurement, à cause du fait qu'elle avait dû prendre soin d'un membre de sa famille pendant un temps assez long. Maintenant, son but était de vivre sa propre vie et de faire ce qu'elle voulait.

"Le grand obstacle à franchir avant d'atteindre ce but, disait Thelma, était qu'elle savait qu'elle ne pourrait pas résister si une demande d'aide lui était adressée par quelque membre que ce soit de sa vaste famille. Elle n'avait jamais pu dire "non" à personne de sa famille. On lui donnait toutes sortes de conseils du genre : "Maman, tu n'as qu'à dire NON !" Mais rien n'y faisait. En fait, elle se répétait à elle-même le même message, sans succès.

"Un patient présente un problème comme s'il était évident qu'il veuille changer, mais ce n'est pas toujours le cas. S'il y a une résistance au changement, ou quelque ambivalence, je veux le savoir. Alors, j'ai demandé à Thelma si elle était prête à changer, et elle a répondu par l'affirmative.

"Pour présenter l'EFT, j'ai expliqué que c'était une forme d'acupuncture psychologique sans aiguilles (merci Gary pour cette phrase merveilleuse).

"Le but qu'elle avait énoncé était de vivre sa propre vie et de faire ce qu'elle voulait faire, mais l'obstacle était : "Je ne peux pas dire non", et c'est par cette porte que j'ai choisi d'entrer. Je lui ai demandé de me dire ce qu'elle ressentait lorsqu'elle voulait dire "non" mais n'y arrivait pas. Elle a identifié une sensation dans sa poitrine. Ayant obtenu sa permission de faire le tapping sur elle, je me suis concentré sur cette sensation dans la poitrine, en faisant l'algorithme de l'EFT avec l'affirmation et les raccourcis. Immédiatement, Thelma a dit que la sensation avait diminué. J'ai fait encore plusieurs séquences avec "ce reste de sensation", en gagnant encore plus à chaque séquence.

"Je sais par expérience que ces problèmes sont rarement nouveaux, et en général je remonte assez loin dans la vie de la personne. Je lui ai demandé si cela lui rappelait quelque chose qui s'était passé il y a longtemps. Elle m'a dit que quand elle avait 18 ans elle avait eu un bébé et que sa mère avait dit : "Tu vas avoir le bébé, mais tu ne le verras pas et tu le donneras pour qu'il soit adopté". Elle réussit néanmoins à donner un nom à la petite fille, sans la voir. "Cette année, Brenda Lee (pas le vrai nom) a 50 ans". Il est apparu qu'elle n'avait jamais pu faire le deuil de son bébé. Nous avons fait l'EFT pour faciliter plusieurs aspects du processus de deuil.

"J'ai ensuite exploré des aspects de ses émotions concernant le fait qu'elle n'avait pas eu le choix en ce qui concerne l'abandon du bébé, et nous avons tapoté pour cela. Je lui ai demandé si elle avait de la colère envers sa mère et envers le docteur qui marchait avec sa mère, et nous avons appliqué l'EFT à ces sentiments.

"A ce point, elle m'a dit spontanément que quand elle avait 5 ans, alors qu'elle et sa mère revenaient de quelque endroit en voiture, sa mère lui avait dit "Si tu racontes que nous sommes allées à cet endroit, je te tue".

"Les jeunes enfants prennent complètement au pied de la lettre ce que leurs parents leurs disent. Ils ne comprennent pas l'hyperbole ou l'exagération pour souligner l'importance. De plus, ils sont sans cesse en train d'essayer de comprendre comment vivre en ce monde, alors ils prennent une phrase hors contexte et en font une règle générale.

"C'est ainsi que la petite Thelma de 5 ans a compris que sa mère lui disait que si elle n'agissait pas comme elle lui disait, elle serait tuée. Comment aurait-elle pu vouloir dire "non" ?

"Je lui ai demandé d'imaginer qu'elle avait cinq ans, et j'ai tapoté sur elle pour "mes émotions quand maman dit ça", en le faisant au temps présent. L'usage du temps présent est très puissant, et nous aide à découvrir à quelles conclusions le patient en était arrivé pendant l'événement, des conclusions qu'il continue d'appliquer dans son mode de vie, sans même en être conscient. Ceci est un exemple où nous combinons l'EFT avec la Thérapie Décisionnelle, une autre approche très efficace.

"A la fin, Thelma avait l'air en pleine forme. Elle doit revenir me voir si elle en a besoin, mais mon idée c'est qu'elle en a terminé. L'EFT l'a soulagée de ce qui l'empêchait de dire "non" : elle n'a plus peur d'être tuée. Elle peut vivre sa vie personnelle et faire ce qu'elle veut."

Dr Curtis Steele

******** *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* *****

mercredi 11 novembre 2009

EFT et hurler de colère

Une méthode très personnelle : "hurler" pour laisser sortir la colère et s'en débarrasser avec l'EFT

(Prévenez d'abord les voisins)

La colère s'exprime - et se réprime - de façons variées. On connaît les soupe-au-lait vite calmés. Mais quand c'est une colère qu'on ne peut maîtriser, qui emporte la personne dans des accès de violence ou qui la ronge pendant des jours et des jours, il faut retourner au "problème central", souvent très loin dans l'enfance. La colère est cause de maladie, elle détruit les ménages, rend la personne non-fiable dans certaines situations professionnelles, dangereuse au volant, mauvais parent, entre autres.

Pour gérer l'expression - ou la non-expression de sa colère - il y a maintenant l'EFT, un outil très facile à utiliser et dont les effets sont souvent surprenants. Des professionnels de la psychothérapie l'utilisent avec succès, mais les non-professionnels peuvent aussi l'essayer sur eux-mêmes en se basant sur les outils gratuits qui sont disponibles sur internet (voir dans la colonne de droite). On peut faire l'EFT sur soi-même, à chaud, dans un instant de colère pour éviter de se laisser emporter dans des actions qu'on regretterait ensuite, et retrouver sa paix intérieure. On peut aussi faire l'EFT à froid, en se ressouvenant d'un accès qu'on a eu et qu'on regrette, et essayer à travers cet événement de remonter à la cause - souvent un petit enfant frustré qui tape du pied contre l'injustice de l'univers.

L'article suivant nous donne un bon exemple de la manière dont on peut exprimer sa colère à fond pour s'en libérer. Mais ce n'est pas la seule façon de gérer la colère avec l'EFT.

Traduction de la page en anglais :
http://www.emofree.com/Anger-management/anger-rage-relief-scout.htm**

De Scout Wilkins :

"Cher Gary, cela fait des années maintenant que je lis votre lettre hebdomadaire, et je suis tellement reconnaissant envers vous et toutes les personnes qui ont écrit toutes ces suggestions et ces idées géniales. Ce matin, j'ai pensé que ce serait à mon tour de le faire. Cela fait plusieurs années que j'utilise l'EFT sur moi-même et avec des clients, et je trouve cette technique tellement efficace - et encore plus ces derniers temps.

"En général, je considère que je suis une personne stable et solide. Mais la situation dans laquelle je me trouve en ce moment titille l'un de mes boutons-déclencheurs les plus anciens, profonds et coléreux. C'est l'un de ces moments où la colère que je ressens est tellement hors de proportion avec les événements en cours qu'il est EVIDENT que je je suis en train de ramener à la surface du matériel ancien - et je sais que cette chose a eu un profond impact sur moi toute ma vie.

"Sans l'EFT, il ne fait aucun doute que je serais encore en train de hurler de colère, incapable de sortir de ma fureur et de lâcher prise - ou bien, selon un schéma qui me correspond mieux, en train de la supprimer et de plonger dans la dépression.

"Au lieu de cela, pendant ces trois jours où la colère a fait surface, je suis rentré droit dedans et j'ai fait le tapotage jusqu'à ce que j'arrive à ressortir de l'autre côté. Chaque fois que je commençais à entendre ces pensées de colère, ou que je remarquais la plus petite sensation de colère dans mon corps, j'arrêtais ce que j'étais en train de faire, je m'asseyais sur une chaise et je tapotais pour augmenter l'émotion, pour carrément la ressentir à fond afin de l'arracher par la racine. Fort heureusement, je me trouvais dans un lieu privé où je pouvais complètement me laisser aller.

"La difficulté venait du fait que je m'occupe du gardiennage de la maison d'une personne qui est à distance, et qui exerce un contrôle sur ma manière de vivre de telle façon que cela me ramène tout droit à des problèmes d'enfance, du temps où je me sentais déprécié et entravé. La croyance limitative qui ressortait était : "ce que je veux ne compte pas". C'est ça qui a ouvert les vannes, le fait de sentir que je ne compte pas et qu'on m'empêche d'agir comme je voudrais.

"Alors j'ai commencé avec cette phrase de départ :
"- Même si je suis tellement en colère contre Dorothy parce qu'elle me manipule comme un pantin dans cette situation...
"- Même si Dorothy me demande de vivre d'une manière qui me fait ressentir que je ne suis pas chez moi...
"- Même si Dorothy est en train de m'imposer sa propre manière de vivre, alors que je veux vivre d'une manière totalement opposée...

"Je suis maintenant tout à fait habitué à utiliser tous les mots qui peuvent surgir dans l'instant, aussi j'observais mon langage avec intérêt, voyant le problème changer rapidement de forme, depuis "Ce n'était pas dans nos accords" à "Je ne veux pas vous avoir sur le dos tout le temps" en passant par une série de commentaires que je préfère ne pas reproduire ici. Et finalement, je suis arrivé de l'autre côté avec "Vous ne pouvez pas me faire faire tout ce que vous voulez". La plus grande partie du travail a été faite en tapotant le point du sommet de la tête, et par moment, en tapotant ce point, je m'apercevais que j'avais complètement arrêté de respirer et que mon corps était complètement rigide. J'ai remarqué que l'intensité diminuait lorsque je passais à d'autres points, mais remontait au plus haut quand j'arrivais à ce point du sommet de la tête.

"A force de tapoter pour entrer dans ce truc, je me suis immergé pendant tout le temps que cela durait - et je suis content de pouvoir dire que ça n'a pris que 5 à 10 minutes à chaque séance - dans la plus violente scène de hurlements de colère sauvage que j'aie jamais vécue. A la fin de ces séances, j'arrivais à atteindre ce profond soupir qui vient lorsqu'on a réussi à se libérer de l'émotion, et je m'effondrais sur ma chaise."

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : On peut souvent faire l'EFT d'une manière plus douce, les cris de rage ne sont pas vraiment nécessaires. On peut le faire grâce à notre Technique du Trauma sans Larmes. De même, lorsqu'on peut utiliser l'EFT sur l'événement spécifique originel (dans l'enfance, en général) qui sous-tend la colère, c'est souvent la meilleure option pour un soulagement durable.

(Je commente : Dans la méthode du Trauma Sans Larmes - TSL - on fait l'EFT sur un événement du passé mais sans le revivre, juste en disant "Même si j'ai eu cet événement x, je m'accepte..." et c'est seulement lorsque l'intensité "rien qu'en y pensant" a diminué qu'on utilise la Méthode du Film décrite dans mon post "EFT et les mauvais souvenirs qui nous hantent", du 16 novembre 2008. Lorsqu'un événement traumatique nécessite la méthode TSL il vaut mieux s'adresser à un praticien EFT confirmé.)

Scout Wilkins continue :

"La première montée de colère avait été de 10 sur l'échelle de 0 à 10, comme une tonne de briques. Le niveau le plus haut que je puisse imaginer. J'ai fait le tapping dessus jusqu'à ce que ça descende à zéro. Les fois suivantes, je tapotais à chaque fois que la sensation surgissait - et elle était habituellement au niveau 7 ou 8 sur 10. C'était un problème profondément ancré. A chaque fois que je tapotais, je redescendais à zéro. Aujourd'hui, je suis heureux de constater que cela reste à zéro. J'ai fait le travail de base avec la séquence courte de l'EFT.

"Sur le moment, c'était physiquement épuisant, mais dans l'ensemble je trouve tout ça hilarant car j'ai réellement senti que je me débarrassais de cette vieille, très vieille colère.

"MERCI GARY et merci à tous ceux qui ont envoyé leur contribution depuis toutes ces années."
Scout Wilkins

**************
J'ai traduit tous ces articles sur la colère à la mémoire de mon père, un grand coléreux qui s'est aliéné ses enfants et qui ne s'est efforcé de maîtriser ses crises de colère que vers la fin de sa vie, à cause de la peur de déclencher un nouvel accident vasculaire cérébral. C'était bien trop tard hélas.
**************

lundi 9 novembre 2009

EFT sciatique et Procédure de Pacification Personnelle

Apprenez à faire la Procédure de Pacification Personnelle pour vous libérer du passé 

Dans ce compte-rendu tiré de la base de données du site "emofree.com", Patzia-Gonzalez-Baz utilise l'EFT pour son propre cas de sciatique chronique, en se servant de la Procédure de Pacification Personnelle (voir le tutoriel d'utilisation de la PPP dans mon post du 31 octobre 2009). N'oubliez pas de consulter un médecin pour tout problème physique.

Traduction de la page :
*http://www.emofree.com/Pain-management/sciatica-pain-relief-patzia.htm**

De Patzia-Gonzalez-Baz :

"Depuis plusieurs années j'avais cette douleur brûlante le long de ma jambe droite, et on m'avait dit qu'il s'agissait d'une sciatique. C'était extrêmement douloureux et, dans mon cas, la douleur augmentait lorsque je marchais. Je connaissais déjà l'EFT, mais je n'avais jamais pensé à l'utiliser pour un problème mécanique. Les docteurs me disaient qu'ils ne pouvaient pas faire grand chose, sauf avec des médicaments pour la douleur. La douleur me rendait dingue, je boîtais, parfois je devais utiliser une canne lorsque cela empirait. Alors que j'étais à Chicago avec mes enfants pour visiter des universités, nous avions été au Musée des Sciences et j'avais demandé un fauteuil roulant pour pouvoir bénéficier de la visite sans me traîner misérablement.
"J'ai fait beaucoup de séances avec des chiropracteurs, des kinésithérapeutes et des masseurs. Au bout de trois ans, la douleur avait presque disparu. Alors, imaginez l'horreur lorsque cinq ans après j'ai commencé à ressentir cette douleur brûlante et handicapante à l'arrière de ma jambe gauche. Je n'étais pas du tout contente. La différence, c'est que maintenant j'avais l'EFT pour les "problèmes mécaniques" avec moi-même et avec mes clients.

"J'avais travaillé régulièrement sur ma Procédure de Pacification Personnelle en éliminant des "arbres" émotionnels importants de mon passé. A cela, j'ai ajouté une routine de tapotage quotidien, comme suit :
"- Même si j'ai cette douleur brûlante le long de ma jambe gauche...
"- Même si j'ai cette douleur handicapante le long de ma jambe gauche...
"Je faisais deux séquences avec "cette douleur brûlante/handicapante", puis 2 séquences avec "ce reste de douleur brûlante/handicapante", matin et soir.

"Après deux semaines de tapotage deux fois par jour, je ne ressentais plus la douleur qu'à partir du genou vers le bas. Alors, j'ai changé pour ce qui suit :
"- Même si j'ai cette douleur brûlante/handicapante qui descend à partir du genou...
"Et j'ai continué la même routine qu'avant. En même temps, j'ai remarqué que certains problèmes émotionnels enfouis depuis longtemps, remontant à l'époque de mes vingt ans, remontaient au cours de mon travail avec la Procédure de Pacification Personnelle. Ce qui était intéressant, c'est que ces problèmes n'étaient pas dans ma liste au départ. Avec diligence, j'ai travaillé à les éliminer tout en faisant le tapping pour la sciatique dans ma jambe gauche.

"Deux mois plus tard, j'ai remarqué soudain que je n'avais plus fait le tapotage pour la sciatique depuis quelques jours, et que je ne ressentais plus de douleur dans ma jambe gauche ! Maintenant, 5 semaines ont passé et la douleur a disparu. Merveilleux !
"Honnêtement, je ne peux pas dire si c'est le fait d'avoir fait le tapotage pour la douleur brûlante, ou si c'est le tapotage pour les problème émotionnels, ou une combinaison des deux, qui ont fait que le symptôme a disparu. Mais la douleur est partie et c'est merveilleux.

"Maintenant, j'ai commencé à travailler sur ma déficience auditive et je continue à faire ma Procédure de Pacification Personnelle.
"Merci Gary."
Patzia

******

jeudi 5 novembre 2009

Comment fonctionne le cerveau ?

Dans cette vidéo, Jill Bolte Taylor, professeur à Harvard dans le domaine des recherches de pointe sur le cerveau et les neurosciences, raconte comment elle a vécu de l'intérieur le moment où son cerveau gauche s'est arrêté de fonctionner suite à un accident vasculaire cérébral... Une expérience passionnante qui nous fait mieux comprendre comment notre mental fonctionne.

http://www.dailymotion.com/video/x8agq2_jill-bolte-taylor-soustitre-francai_tech



* *******