mardi 27 octobre 2009

EFT pour un trauma d'interrogatoire

Vous êtes un acteur : Que se passe-t-il si la scène que vous tournez déclenche un vieux trauma oublié ?

Cet article suppose que vous avez une certaine connaissance de l'EFT. Si ce n'est pas le cas, lisez ma rubrique "EFT c'est quoi" et téléchargez le manuel gratuit dans le site indiqué sur la droite.

Gary Craig commente :
"On croit toujours que les actrices ont une vie parfaite. Ce n'est souvent pas le cas. Elles ont les mêmes types de problèmes que tout un chacun, ainsi qu'il ressort de l'article envoyé par Aileen Nobles. Bien à vous." Gary

Traduction de la page du site emofree.com :
http://www.emofree.com/Trauma/interrogation-trauma.htm
Par Aileen Nobles :
"Ma cliente avait fait toutes sortes de thérapies pendant des années avec des praticiens différents, et pourtant elle se débattait encore avec de nombreux problèmes. Elle est la star d'une série télévisée de grande écoute et possède une image forte dans sa vie professionnelle; mais à l'intérieur d'elle-même et dans son quotidien c'est tout à fait différent.

"Depuis quelque temps, "Jane" se sentait effrayée et tremblante chaque fois qu'elle devait tourner une scène d'interrogatoire. Ses genoux faiblissaient, elle était nerveuse et n'arrivait pas à jouer aussi bien qu'elle le voulait. De telles scènes réclamaient qu'elle "cuisine" un suspect en l'intimidant, mais à chaque fois son anxiété augmentait. Elle avait peur de s'effrondrer complètement sur le tournage.

"Je lui ai demandé à quoi ce genre d'interrogatoire policier lui faisait penser, et elle n'a pas hésité une seconde. Lorsqu'elle était petite, au moins une fois par semaine son père la traînait hors de son lit au milieu de la nuit et lui faisait descendre l'escalier avec ses frères et soeurs. A moitié endormie, effrayée, elle devait subir un interrogatoire concernant les raisons pour lesquelle elle n'avait pas parfaitement accompli une certaine chose durant la journée. Et le père insistait encore et encore, lui disant qu'elle ne valait rien, son visage furieux tout proche du sien. En racontant cela ma cliente avait une intensité de 10. Nous avons commencé le tapotage ainsi :

"- Même s'il me tirait hors du lit au milieu de la nuit et que c'était terrifiant, je suis une personne merveilleuse."
"- Même si mon père me terrifiait toujours en me demandant pourquoi je n'avais pas fait quelque chose à la perfection, je choisis de m'aimer et de m'accepter malgré tout."
"- C'était si traumatisant quand il me tirait hors du lit en plein milieu de mon sommeil."
"- Je sais ce qui va suivre et ça me fait si peur."
"- Je ne me sentais jamais en sécurité; il me posait toujours des questions".
"- Malgré tous mes efforts rien n'était jamais assez bien pour lui."
"- Je sais maintenant que mon père ne savait pas comment être un père aimant et tendre, mais dans ces moments-là je pensais que c'était de ma faute."
"- Une partie de moi pense toutjours que je ne suis pas assez bien."

"Nous avons ensuite travaillé avec la sous-personnalité de la petite fille détruite, en tapotant en continu jusqu'à ce qu'elle puisse rejouer la scène d'une manière complètement différente.

"Elle s'est imaginée debout, faisant face à son père et devenant de plus en plus grande tandis qu'il devenait de plus en plus petit; ensuite, elle retournait à sa chambre dans les bras d'un ange. Elle pouvait désormais repenser à ces événements avec détachement, sans intensité.

"Il y avait un autre trauma qu'elle avait eu à endurer chaque jour, dont le souvenir se re-déclenchait probablement lorsqu'elle jouait une scène d'interrogatoire, et c'était encore avec son père. Il la faisait asseoir sur ses genoux, visage contre visage, et lui demandait de lui dire combien elle l'aimait. A la fin de la journée il recommençait à la prendre en face de lui et à lui demander pourquoi elle ne lui avait pas dit suffisamment souvent combien elle l'aimait. En racontant cette situation elle avait des difficultés à respirer, elle disait qu'à chaque fois qu'il faisait ça elle se sentait paralysée, essayant de tenir émotionnellement.

"- Il est dans mon visage."
"- Il faut que je lui dise combien je l'aime... Je le déteste."
"- Je ne suis pas en sécurité."
"- Il me demande encore et encore pourquoi je ne lui dis pas toute la journée combien je l'aime."
"- Je le déteste... Il me fait peur."
"- Je ne peux plus respirer, je ne peux plus bouger, je n'ai plus de force."
"- Mais ça se passait il y a longtemps, maintenant je ne suis pas obligée de continuer à garder cela en moi."
"- A ce moment-là c'était terrible, je ne veux pas ramener cette énergie dans le moment présent."
"- Je laisse partir l'horreur de son visage dans mon visage."

"Je lui ai demandé d'imaginer que le visage de son père devenait de plus en plus petit, et de voir cette image en noir et blanc. Elle a petit à petit diminuer le volume de la voix de son père tout en continuant à tapoter jusqu'à ce que le son soit complètement éteint.

"-Je me détache émotionnellement de l'horreur de cet interrogatoire qu'il me faisait chaque jour."
"- C'est fini maintenant."
"- Et si c'était terminé aussi à l'intérieur de moi ?"
"- Et si je pouvais laisser partir tout ça ?"
"- Et si j'étais maintenant libéré de ces instants horribles de ma vie ?"

"Nous avons travaillé sur ses émotions, sur le fait de ne jamais pouvoir être à la hauteur, ainsi que sur sa colère réprimée.

"Quand l'intensité a été ramenée à 0, je lui ai demandé de mentalement dérouler le film d'une scène d'interrogatoire dans laquelle elle était aussi forte et impliquée qu'elle voulait l'être. Cela s'est parfaitement passé.

"La semaine suivante, elle m'a raconté que le tournage s'était déroulé d'une façon tout à fait extraordinaire et qu'elle s'était sentie forte et recentrée.

"Elle a encore du travail à faire dans d'autres zones de sa vie, mais ce problème précis a été résolu. Elle m'a dit qu'au cours des années précédentes elle avait eu de nombreux entretiens sur ce sujet avec des psychothérapeutes sans que cela produise aucun changement.

"Bien que la situation spéciale qui déclenchait les souvenirs réprimés de Jane ne soit pas courante pour la plupart des lecteurs, dans notre vie quotidienne nous nous trouvons sans cesse dans des situations qui déclenchent nos problèmes non guéris à l'intérieur de nous. Avec l'EFT, nous pouvons faire face et les résoudre, et en remercier l'Univers. Je suis toujours étonnée de voir que cela arrive continuellement... (sourire)."
Aileen Nobles

Mon commentaire : Quand on n'arrive pas à obtenir des résultats avec l'EFT en travaillant par soi-même sur ses propres traumas, il ne faut pas oublier qu'il y a des praticiens formé à l'EFT qui sont là pour nous aider. Souvent, quelques heures de tapotage avec un praticien EFT bien entraîné sont suffisantes pour repartir d'un meilleur pied. Un stage d'une ou deux journées est également très productif dans ce sens.

********* *

Retour au Message du Jour ACCUEIL
* ******

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.