dimanche 28 août 2011

EFT : La Technique du film, Cas n°2


Suite. Les quatre utilisations créatives de la Technique du Film présentées dans cette série d'articles vous permettront de trouver des idées pour traiter bien des problèmes.


Suite de la traduction de la page :
http://www.emofree.com/Articles2/movie-technique-gwyneth.htm

DOSSIER : LA TECHNIQUE DU FILM


CAS N° 2 (sur 4) : Agoraphobie

Gwyneth Moss écrit :

Voici un deuxième exemple de la Technique du Film, traité par l'une de mes étudiantes, Penny Crawford. L'exemple du premier article gérait efficacement un souvenir d'enfance difficile. Dans celui-ci, Penny commence par faire un film sur une problématique du présent. 

PENNY: Mon client G m'a demandé si je pouvais l'aider parce qu'il souffrait d'agoraphobie depuis environ 8 ans et ne pouvait pas aller sur la route tout seul. Cela lui déclenchait une attaque de panique et il avait toujours besoin que quelqu'un l'accompagne, auquel cas il pouvait absolument aller n'importe où.

G connaissait les méridiens d'acupuncture alors j'ai commencé la séance en expliquant comment l'EFT avait été créé à partir d'une compréhension nouvelle de l'acupuncture chinoise. Ensuite, j'ai expliqué comment nous éprouvons une émotion, et que nous la considérons comme une «perturbation» du système énergétique corps-esprit. Je lui ai raconté comment l'EFT se met en phase avec les excès de ZZZZ... des émotions fortes et les nettoie, en rompant le lien émotionnel qui existe entre un événement du passé et le moment présent. J'ai expliqué comment nous avons des chemins neuronaux dans le cerveau qui sont empruntés de plus en plus souvent comme des schémas habituel, de sorte que cela devient de plus en plus facile d'associer certaines actions, sons, etc. avec certains sentiments. G a été très content de mon explication et s'est montré désireux de découvrir ce que nous pourrions faire pour l'aider.

Gwyneth: Ici, Penny construit un pont à l'EFT avec son explication. G connaît les méridiens, alors elle lui raconte que l'EFT a ses racines dans l'acupuncture. C'est un homme qui réfléchit, alors elle donne une explication rationnelle et raisonnée. Dans l'exemple précédent, la personne était en détresse, alors un exemple visuel était plus accessible. 

PENNY: Je lui ai montré la séquence de tapotage et lui ai demandé comment il se sentait quand il pensait à aller sur la route. Je lui ai demandé de construire un clip vidéo avec la dernière fois qu'il avait tenté d'aller sur la route tout seul et nous avons tapoté pendant une séquence sur :

- «Même si je ne peux pas aller sur la route tout seul..." 

Ensuite, à partir d'un point où il se sentait en sécurité à la maison, je lui ai demandé de raconter sa sortie et de s'arrêter avec "arrêt sur image" dès qu'il avait une montée émotionnelle. Il est arrivé jusqu'au bas la route, s'est arrêté et m'a dit qu'il ressentait "une peur panique". Il a dit qu'il se sentait comme s'il allait «tomber de la Terre et je ne peux pas sentir mon corps correctement". Il évalué cela à 8 (sur l'échelle de 0 à 10). Nous avons tapoté sur :

- «Même si je me sens effrayé et sur le point de céder à la panique et de tomber hors de la Terre, je m'aime et je m'accepte  vraiment et profondément".

Nous avons fait toute la séquence de tapotage et il est descendu à 5.

Durant la seconde séquence, il m'a interrompu et m'a dit qu'il se rappelait la première fois c'était arrivé, il ya 8 ans à Brighton. Il avait une gueule de bois et était en train de descendre la route, plein de remords et de culpabilité ; et soudain, c'est "sorti de nulle part", ce sentiment de panique et de peur de quitter son corps l'a submergé. Nous avons tapoté sur :
- «Même si j'ai paniqué et si je me sentais comme si j'allais quitter mon corps", 
ce qu'il a évalué à 8. Trois séries de tapotements plus tard sur cette sensation, et il l'avait ramenée à 1 ....

Gwyneth: Souvent, lorsque nous utilisons la "Technique du Film" pour construire un film sur un symptôme ou un problème du présent, cela ramène à la conscience un souvenir pertinent. Penny gère ce souvenir d'un événement précédent d'une manière efficace, simplement en renvoyant les paroles mêmes de G, et ensuite amène G à revenir au "film" avec lequel ils sont en train de travailler. C'est très bien de traiter des souvenirs passés à mesure qu'ils surviennent, et cependant, une partie du rôle de l'intervenant dans la gestion du processus consiste à rappeler à la personne qu'elle doit revenir à l'endroit où vous avez commencé et ne pas continuer de sauter d'une chose à l'autre. 

PENNY: Nous sommes revenus à son film dans lequel il allait dans les magasins, et il s'est arrêté près du mur au bas de la route. Il a ressenti un 7 pour :

- "Même si le mur me semble inquiétant et menaçant... et s'il allait tomber sur moi ?... Je me sens comme si ça ne va pas me protéger ..."

Ce qu'il a fait descendre à 2 après deux séquences, et ensuite, il se sentait tout à fait ok avec ce moment-là. Il a continué sa marche vers la route principale et a estimé que s'il y avait des voitures garées là, il se sentirait protégé par elles. Il a ensuite commencé à se sentir étourdi, ce qui, selon lui, précédait une attaque de panique. Il réduit cette sensation à 5 et nous avons tapoté sur :

- «Même si c'est le fait d'être sur la route principale qui me fait me sentir étourdi, que je suis inquiet, et que je vais avoir une attaque de panique..." 

C'est descendu à 3 après 2 séquences de tapotage.

G a ensuite déclaré qu'il se sentait inquiet de ce que les gens penseraient de lui s'il se comportait bizarrement, et qu'il ressentait une peur au ventre sur le fait d'avoir une attaque de panique. Ce point évalué à 8, nous avons tapoté sur :

- «Même si je suis inquiet de ce que les gens pourraient penser et que je crains avoir une attaque de panique. ... Inquiet de ce que les gens pensent .... J'aurai l'air vraiment stupide ... Qu'est-ce que je vais faire ?.... Comment vais-je me comporter ? ... Et si je ne peux pas revenir chez moi ensuite ?..." 

Ce qui a été ramené à 0 très rapidement après la 2e séquence.

Gwyneth: Le fait de travailler avec le "film" évoque les aspects de son expérience d'attaques de panique ainsi que ses croyances à leur sujet. Penny reflète encore une fois les propres mots de G, et traite chaque aspect au fur et à mesure où il se fait sentir. Elle continue jusqu'à ce qu'ils obtiennent un 0. 

PENNY: Il a ensuite déclaré qu'il se sentait bizarre parce qu'il ne pouvait pas vraiment ressentir quelque chose et que cela le rendait très confus. Il a essayé vraiment très fort de provoquer à nouveau le sentiment de peur panique et s'est senti assez déconcerté de voir qu'il ne le pouvait pas ; il pensait qu'il faisait quelque chose qui n'était pas bien alors je l'ai rassuré sur le fait que l'EFT pouvait avoir cet effet et qu'en réalité, il n'était tout simplement pas habitué à vivre sans la peur qui l'avait accompagné pendant si longtemps.

Il était d'accord pour continuer. Je lui ai demandé (de décrire) ce qui se passait réellement pour lui s'il pensait à la panique et il m'a dit que la première fois que c'était arrivé, cela précédait une dépression nerveuse / épisode psychotique, ce qui signifiait qu'il se sentait suicidaire et qu'il était terrifié de se sentir ainsi à nouveau. Ainsi, sa plus grande crainte était réellement la peur de paniquer parce qu'il l'associait à la dépression nerveuse. Il avait mis un temps assez long à récupérer et avait été obligé de prendre des médicaments.

Le sujet de tapotage suivant a été (ses propres mots) :

- «Même si j'ai peur de m'effondrer, de devenir fou et de me sentir suicidaire, je m'aime et je m'accepte vraiment et profondément comme je suis en ce moment".

Il a évalué son émotion à 10 sur ce sujet, et après 3 séquences, il est descendu à 3

- "... J'ai vraiment peur .... Je pourrais devenir fou .... Je pourrais m'effondrer .... je pourrais devenir très confus .... Et si je devenais fou ?.... que ferais-je alors ? ..." 

Il dit alors: "Eh bien, je devrais compter sur mes parents et être un invalide permanent !", ce qu'il a évalué à 10. Alors nous avons tapoté sur (ses propres mots) :

- «Même si la pensée  que "cela " arrive signifie que dans ce cas ma vie ne serait pas digne d'être vécue, je m'aime et je m'accepte vraiment et profondément".

Après quoi nous sommes arrivés à un point où il s'est embrouillé encore et a arrêté le tapotage pour dire qu'il ne pouvait réellement pas ressentir quoi que ce soit à nouveau (j'ai pris cela pour le fait qu'il soit descendu à 0) et que c'était bizarre et que son cerveau se sentait «Bluuuuggg" (ses propres mots). Il évalué cette sensation à un 10 (il n'aimait pas ça du tout) donc nous avons tapoté sur :

- «Même si mon cerveau se sent "bluuuugg", je m'aime et je m'accepte vraiment et profondément de toute façon tel que je suis ...".

Nous sommes allés à 0 en une seule séquence, et, à nouveau, il a dit qu'il se sentait confus sans les mauvaises émotions.

J'ai décidé que, comme il avait atteint 0 sur plusieurs aspects, nous en avions probablement fait assez pour la première session et je voulais juste vérifier les phrases sur lesquelles il avait tapoté auparavant, pour m'assurer qu'ils donnaient encore chiffre bas sur l'échelle de 0 à 10. Ainsi, je suis retournée à la phrase «Je me sens étourdi et je redoute de paniquer quand je suis sur la route principale», pour laquelle il ne ressentait rien. Puis il a prononcé : "J'ai peur d'avoir une dépression nerveuse comme avant et me sentir suicidaire", ce qui n'a pas non plus déclenché la moinde émotion. Et enfin il a dit : "compter sur mes parents et être un invalide perpétuel", ce qui n'a pas non plus soulevé d'émotion.

Gwyneth: Le fait d'utiliser les phrases de départ antérieures est un bon moyen de tester les résultats. Ce sont les mots qui plus tôt dans la séance exprimaient les plus grandes peurs de cet homme, et maintenant il peut les prononcer sans avoir une émotion considérable. Cela lui donne la confiance dans le fait que quelque chose a réellement changé - et Penny aussi peut savoir que ces aspects qui ont été résolus avec l'EFT ont tenu. Les gens qui ont eu la peur et l'effroi comme compagnons constants peuvent trouver difficile de se rappeler ce que c'est que d'être libre de ces états et le changement doit se produire par petits morceaux. Ainsi, Penny conclut sagement la séance à ce point et lui fixe des "devoirs" de tapotage à faire à la maison. 

Penny : Je lui ai dit que peut-être le fait de ne pas avoir d'émotions concernant ces choses pouvait le faire se sentir confus, car il était tellement habitué à ce que ces émotions soient là ; mais qu'il allait maintenant s'habituer à la «paix» intérieure. Je lui ai donné un petit travail à faire à la maison, qui était de continuer à tapoter tous les jours sur tout et n'importe quoi, et sur tout ce qui le rendait anxieux, même si ça paraissait stupide, et de penser à évaluer comment il se sentait sur l'échelle de 0 à 10 afin d'essayer de faire descendre le chiffre - je lui ai demandé de faire un minimum de trois séquences par phrase de départ sans s'occuper de la confusion ou de toute autre chose qu'il ressentirait peut-être.

COMMENTAIRE DU CLIENT 

Commentaires de G : Il avait bien aimé le tapotage et disait qu'il avait vraiment ressenti du bonheur quand avec les phrases de départ il obtenait un chiffre très bas ou même zéro, même si cela le rendait confus parce que normalement c'était des choses auxquelles il évitait de penser parce que ça le faisait se sentir pire. Il a aussi dit que je lui avais fait ressentir un réel optimisme, que cela pouvait l'aider à s'améliorer et à mettre le passé derrière lui. Il avait toujours étiqueté sa peur comme une maladie mentale et maintenant il pouvait voir que c'était peut-être juste une habitude qui pouvait être changée. Il était très excité à l'idée des possibilités qu'il pouvait voir s'ouvrir devant lui, et même il ne pouvait pas attendre pour me payer!

Gwyneth: Notez le changement cognitif de G lorsqu'il transforme la phase de départ de "maladie mentale" en "habitude qui peut être changée". L'EFT peut être partie intégrante dans ce changement et cette session sera un bon début car il y aura beaucoup plus de "films" qui seront construits par G pour utiliser le processus EFT. 
Très souvent, les gens qui ont eu un effondrement nerveux en transportent un traumatisme d'échec ; et, malgré leur rétablissement, certaines choses quotidiennes déclenchent la réapparition de ces souvenirs, ils ont peur que cela se reproduise et leur monde devient restreint. C'est un bon point de départ que d'utiliser l'EFT ainsi en travaillant sur le nettoyage des souvenirs de la dépression nerveuse avant de rechercher les événements antérieurs qui avaient conduit à cet effondrement.

L'utilisation de la "Technique du Film" ici était très similaire à celle  utilisée pour un souvenir d'enfance. D'abord faire le film et lui donner un nom, puis utiliser l'EFT sur le titre du film, puis parcourir le film d'un bout à l'autre en utilisant l'EFT sur tous les aspects surgissent.

Gwyneth Moss

**

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.