dimanche 28 août 2011

EFT : La Technique du film, Cas n°1

Les quatre utilisations créatives de la Technique du Film présentées dans cette série d'articles vous permettront de trouver des idées pour traiter bien des problèmes.


"Comme le dit Gwyneth Moss, EFT Master au Royaume-Uni: «La Technique du Film EFT est un outil de travail précieux auquel on peut faire confiance dans de nombreux cas." Dans cet article en 4 parties , elle en explore les nombreuses fonctionnalités. Voici une série de cas qui vaut la peine d'être étudiée." Gary Craig

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Articles2/movie-technique-gwyneth.htm**

DOSSIER : LA TECHNIQUE DU FILM


CAS N° 1 (sur 4) : Souvenir d'enfance

Gwyneth Moss écrit :

La technique du film est une technique de base de l'EFT, un outil de travail précieux auquel on peut faire confiance dans de nombreux cas. C'est la technique la plus importante de l'EFT qu'on vous invite à intégrer à la suite de votre séminaire de premier niveau. Cette série d'articles illustre l'utilisation de la Technique du Film pour (1) une personne qui est troublée par un souvenir difficile, (2) pour un défi quotidien, (3) pour une anxiété au sujet d'une situation particulière dans l'avenir et (4) pour une peur très intense sans cause apparente.

Dans ce premier article, Andy Gross, un de mes étudiants de niveau 3, nous montre ici comment utiliser la technique du film de manière efficace et respectueuse, pour Marie qui est troublée par un souvenir difficile. Je l'ai parsemé de mes observations en commentaires.

ANDY: Lorsque Marie (pas son vrai nom) a d'abord présenté son «problème» elle a déclaré qu'elle n'avait jamais pu raconter à personne l'intégralité de ce qui s'était passé et qu'elle l'avait seulement dit à deux personnes, et même pas en totalité. L'événement était survenu quand elle avait six ans (Marie en a maintenant 40) et elle ne pouvait s'y référer qu'en disant «Mon beau-père a fait quelque chose de désagréable». Son niveau de bouleversement émotionnel (sur l'échelle de 0 à 10) était de 10. Elle était visiblement en détresse.

GWYNETH : Maintenant, à ce stade beaucoup d'entre nous seraient tentés de faire des suppositions à propos de Marie, de ce qui s'est passé quand elle avait six ans et de ce que son beau-père a fait. Vous remarquerez que même si Andy fait ces hypothèses, à ce stade il ne pose pas de questions sur ce qui s'est passé. Elle était visiblement en détresse et la première priorité était de l'aider à être plus calme et à ne pas s'angoisser encore plus. Avec l'EFT, on démolit cette hypothèse ancienne selon laquelle la psychothérapie doit être de longue haleine et douloureuse - en tant que soutiens avec l'EFT nous cherchons à aider rapidement et le moins douloureusement possible.

ANDY : C'était sa première introduction à l'EFT alors je lui ai expliqué que c'est comme l'acupuncture pour la psychologie, sauf que nous n'utilisons pas d'aiguilles, mais que nous touchons avec nos propres doigts les points de certains méridiens, ce qui permet la libération des émotions bloquées. Je lui ai montré ce que je voulais dire en démontrant sur moi-même comment tapoter et je lui ai montré comment j'avais utilisé l'EFT pour me sentir plus calme après qu'une certaine chose qui m'ait inquiété.

GWYNETH : C'est une façon très agréable de présenter l'EFT. Il peut être difficile d'expliquer l'EFT avec des mots, mais les gens le comprennent quand ils ont une expérience. Andy se rend compte que Marie est dans un état très émotionnel et ne va probablement pas d'écouter ses explications. Mais les gens doivent avoir une certaine compréhension du processus avant que nous commencions à leur demander de tapoter sur eux-mêmes. Andy résout parfaitement ce problème en tapotant sur lui-même pour lui montrer ce qu'il va lui demander de faire, et il lui raconte une histoire montrant comment EFT l'a aidé personnellement.

Andy: Je lui ai fait savoir que si elle était mal à l'aise à l'idée de raconter ce qui était arrivé, on pouvait le gérer de différentes manières. Je lui ai dit qu'elle n'était pas obligée de me raconter quoi que ce soit de ce qu'elle ne voulait pas dire et qu'on pouvait faire de ce qui s'est passé une sorte de clip vidéo, en lui donnant un titre, et que nous pouvions travailler avec cela; ou alors, nous pouvions aussi «raconter l'histoire» en étant d'accord qu'à tout moment, si elle devenait trop angoissée, elle pouvait s'arrêter et tapoter jusqu'à ce que l'émotion soit résolue. Je lui ai dit que la question n'était pas de se mettre à revivre l'incident parce qu'une seule fois suffit ! Elle a décidé qu'elle voulait juste donner un nom au film et travailler sans raconter l'histoire.

Gwyneth: EFT est pour moi la thérapie la plus respectueuse et la plus centrée sur la personne. Nous pouvons permettre à la personne de conserver sa vie privée tout en pouvant l'aider. Andy donne un excellent cadrage préliminaire en lui disant qu'elle n'a pas à revivre l'incident et qu'elle n'est pas obligée de raconter quoi que ce soit qui la mette mal à l'aise.

ANDY: Nous avons commencé par donner le clip du titre - «Mon beau-père a fait quelque chose désagréable» et nous avons tapoté avec cela :

- «Même si mon beau-père a fait quelque chose de désagréable, je m'accepte vraiment et profondément», et
- «Même si mon beau-père a fait quelque chose de désagréable quand j'avais six ans, je m'accepte vraiment et profondément"

Nous avons fait une série de trois séquences et son niveau de 10 (sur l'échelle de 0 à 10) est descendu à 8. Nous avons continué le tapotage et j'ai changé la formulation comme suit:

- «Quand j'avais six ans mon beau-père a été désagréable envers moi"

Marie a dit alors : "Il n'a pas fait quelque chose envers moi, il a fait quelque chose à quelqu'un d'autre devant moi". J'ai considéré qu'elle ne savait pas qui était l'autre personne, que ce que son beau père avait fait était mal et qu'elle savait que c'était mal. Le niveau de son anxiété était encore environ de 8.

Gwyneth: La manière la plus facile d'utiliser l'EFT en toute sécurité est de simplement refléter les mots exacts de la personne à travers le processus de l'EFT. Nous utilisons les mots exacts parce que ce sont les mots que l'esprit profond de la personne a choisis, et donc, ce sont les mots qui conviennent le mieux pour se brancher sur l'émotion de sorte que le tapotage puisse l'effacer. Les conseillers psychologiques sont formés à la technique de paraphraser et changer les mots, ou de présenter leurs propres expressions. Dans l'EFT, au contraire, il est important d'utiliser les mots exacts de la personne. Ici, Andy travaille à l'aveugle car il ne sait pas à ce stade ce qu'est l'incident - son hypothèse que quelque chose ait été fait à Marie est une hypothèse que nous ferions tous, mais il se trompe et Marie le lui dit. Il est important de faire savoir à la personne avec qui vous tapotez que si les mots que vous leur demandez de répéter ne leur correspondent pas, ils peuvent les modifier.

ANDY: Nous avons continué en tapotant sur :

- "Même si mon beau-père a fait quelque chose de désagréable devant moi quand j'avais six ans ...» et
- «Même si mon beau-père a fait quelque chose à quelqu'un d'autre qui a été désagréable, je n'avais que six ans, et je savais que ce que mon beau-père faisait était mal ..."

Son niveau d'émotion sur l'échelle de 0 à 10 était maintenant réduit à 5. J'ai demandé à ce qui pour elle faisait que c'était 5. Elle a alors commencé à raconter son histoire. Je l'ai laissée raconter et j'ai continué à noter les indices verbaux et non-verbaux montrant un changement dans ses émotions.

Gwyneth: Une grande partie de la compétence dans l'utilisation de l'EFT consiste à poser des questions simples. Andy pose une question géniale : "Qu'est-ce qui fait que pour vous c'est un 5" C'est vraiment une bonne question pour obtenir plus de précisions tout en laissant encore à la personne une voie de sortie si elle ne veut pas raconter l'histoire - Marie répond en lui racontant ce qui s'est passé. Très souvent, alors que l'intensité de l'émotion commence à disparaître lorsqu'on tapote avec une personne ayant déclaré qu'elle ne voulait pas raconter l'histoire, la personne commence à le faire spontanément, sans qu'on le lui demande. Andy l'observe soigneusement pendant qu'elle raconte, et l'arrête pour tapoter quand l'émotion remonte.

ANDY: Elle m'a dit que son beau-père avait un magasin et qu'ils étaient en train d'y aller dans sa voiture. Il avait bu et était ivre. Ce n'était pas rare. En racontant «l'approche de la boutique", son intensité émotionnelle a changé. Elle a atteint entre 8 et 10. Nous nous sommes arrêtés et nous avons tapoté :

- "Même si j'ai six ans et que mon beau-père conduit alors qu'il est ivre...» et
- «Même si en tant qu'enfant de six ans je sais que ce n'est pas bien...» et
- «Je suis juste une passagère âgée de six ans avec mon beau-père ivre... »

Après deux ou trois séquences, son intensité émotionnelle est descendue à 4. Elle était contente de continuer à raconter l'histoire. Nous sommes revenus un peu en arrière jusqu'à un certain point sans accompagnement émotif puis elle continué. Nous sommes arrivés au moment où un vieil homme marchait devant la voiture de son beau-père alors que ce dernier allait se garer lorsqu'il y a eu un crescendo... ...

- «Même si le vieil homme a surgi devant la voiture .... Il aurait dû regarder où il allait."

Après quelques séquences, le niveau émotionnel est descendu à 3. Nous nous sommes revenus un peu e arrière, puis elle a continué l'histoire. Elle est arrivée au moment où son beau-père est sorti de la voiture et a frappé le vieil homme qui est tombé au sol. Autre crescendo, on a arrêté l'histoire et continué à tapoter :

- «Même si le vieil homme n'a pas regardé où il allait...».
- "Il a eu l'audace de marcher sur la place de stationnement de mon beau-père..."
- "Je suis juste une enfant de six ans regardant son beau-père ivre perdre tout contrôle."
- «Mon beau-père a perdu son sang-froid et le vieil homme en a pâti."
- «Mon beau-père a frappé le vieil homme."
- "Il a marché sur l'espace de mon beaux-père."
- «J'étais obligée de regarder cet événement désagréable."
- «J'étais juste une petite fille de six ans et je ne pouvais rien faire."

Le niveau émotionnel sur l'échelle de 0 à 10 est descendu à 3 et elle a eu un petit rire. Elle a continué avec l'histoire. Nous nous sommes arrêtés quelques autres fois pour différents crescendo (quand elle a vu le sang lorsque la tête du vieil homme a heurté le trottoir - le sentiment d'être impuissante - courir au magasin où la petite amie de son beau-père, et non sa mère!, se trouvait - quand elle a crié pour demander de l'aide et a appelé une ambulance).

Durant la dernière partie, j'ai inclus quelques verbalisations positives pendant le tapotage :

- "Je me demande combien d'autres enfants de six ans auraient su quoi faire.»
- «Combien d'enfants de six ans vraiment effrayés aurait réussi à faire venir une ambulance."
- «Je sais qu'il y a même des adultes qui se serait évanouis à la vue du sang."
- «Quel courage pour qu'une enfant de six ans puisse faire ce qui était juste."

Finalement, elle a été capable de «raconter son histoire» tout du long sans aucun crescendo et son niveau final d'émotion était un 2. J'ai demandé ce qui faisait que c'était un 2 et elle a dit "parce que je ne peux pas croire que ces émotions aient disparu"!

Il ya un certain nombre d'autres problèmes pour lesquels Marie continue de faire des séances. Elle avait eu beaucoup de difficultés dans son enfance, et cette session n'était que la pointe de l'iceberg. Pour une première introduction à l'EFT, elle était étonnée de voir que quelque chose qu'elle avait contenu pendant tant d'années avait pu s'en aller si vite (La session avait duré environ 1 heure). Je l'ai vue récemment pour plus un plus ample traitement et je lui ai demandé s'il y avait eu des problèmes supplémentaires avec l'histoire du vieil homme qui n'avait pas regardé où il allait. Elle a ri et a dit que l'émotion de ce souvenir avait complètement disparu! Heureux tapotage !

Gwyneth: Andy a fait un travail vraiment bon avec la Technique du Film alors permettez-moi d'en résumer les différentes étapes.

ETAPES DE LA TECHNIQUE DU FILM

1- Tout d'abord, isolez un événement spécifique. Vous pouvez le faire en demandant : "Si ce qui s'est passé était un clip vidéo, combien de temps durerait-il ?" Si la réponse est plus longtemps que quelques minutes, demandez s'il y a une séquence dans ce film qui est un plus difficile que le reste, et combien de temps cette séquence dure. Traitez ensuite chaque "mauvaise séquence" comme un clip vidéo unique.

2- Deuxièmement, donnez un nom au clip vidéo et faites le tapotage sur ce nom. Je demande: «Si c'était sur un DVD, quel nom vous écririez sur le DVD pour l'identifier spécifiquement?" Ici, vous ne voulez pas utiliser un mot trop général comme "trahison" qui peut s'élargir jusqu'à inclure toute forme de trahison. Mais "La trahison de John" ou "Trahison au gymnase", c'est plus précis. Demandez à la personne de prononcer ce nom et de donner un chiffre indiquant le niveau d'émotion que ce nom provoque (sur l'échelle de 0 à 10). Utilisez l'EFT en deux ou trois séquences avec juste le nom de l'événement jusqu'à ce que le chiffre de l'intensité diminue.

3- Troisièmement, demandez à la personne de raconter le film, en tapotant à chaque fois que l'intensité augmente. Commencez la narration à un moment précédant celui où les "mauvaises choses" commencent, un moment ordinaire, et lui dire que dès qu'il y a une montée d'émotion elle doit cesser le récit et faire un "arrêt sur image". Observez bien, car la personne va essayer de surmonter la crise et de continuer quand même. A chaque fois que la personne s'arrête, faites le tapotage sur tout ce qui se passe à ce moment-là de l'histoire en utilisant ses mots exacts. Revenez à un moment antérieur au point où la personne s'est arrêtée et recommencez la narration, en vérifiant que maintenant la personne n'a plus de montée d'émotion à cet endroit du récit. Continuez de cette façon jusqu'à la fin du film.

4- Quatrièmement, demandez-lui de raconter à nouveau l'histoire d'un bout à l'autre afin de tester s'il n'y a pas d'autres aspects. Le fait de raconter l'histoire encore une fois sans émotion intense permet à la personne de constater que quelque chose a effectivement changé, et d'être en confiance sur ce point (l'histoire peut encore être désagréable, mais elle n'a plus l'effet dévastateur qu'elle avait auparavant). Et le praticien EFT gagne aussi en confiance sur le fait que tous les aspects ont été défrichés et que les émotions de cet événement spécifique du passé ne seront plus déclenchée dans le moment présent.
Vous pouvez utiliser cette technique pour un souvenir spécifique qui est à la racine d'un problème, souvent un souvenir d'enfance ; ou pour le souvenir d'avoir ressenti des douleurs ou de la panique ; ou pour un événement fictif, fabriqué spécialement pour servir de cadre à un problème spécifique ; ou pour un événement futur qui crée de l'anxiété, comme un entretien d'embauche. L'article n°2 est un exemple d'utilisation de la "technique du film" pour un cas d'agoraphobie.

Gwyneth Moss


**************

1 commentaire:

  1. Bonne technique, heureusement que les souvenirs difficiles sont souvent effacés de la mémoire, masqués.

    RépondreSupprimer

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.