vendredi 27 mai 2011

EFT Méthode du "Tri" pour un traumatisme

"Faire le Tri du Trauma", une méthode rapide pour traiter les séquelles du choc après l'ouragan Ike

Cet article suppose que vous ayez une connaissance pratique de l'EFT. Les nouveaux venus dans ce blog en tireront plus de bénéfices après avoir lu la page "Apprendre EFT". Pour en savoir plus sur la méthode EFT au niveau théorique, lisez les posts regroupés sous "EFT c'est quoi" et "EFT comment". Les professionnels de la santé pourront ensuite trouver des informations utiles en lisant les posts regroupés sous "EFT pour les pros" et "EFT méthodes".

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/Trauma/hurricane-ike-trauma.htm

Gary Craig, fondateur de la méthode EFT, nous présente ainsi cet article:
"Salut à tous. Pamela Bruner disposait de peu de temps pour aider son client à soulager un trauma causé par le passage d'un ouragan. Alors qu'elle a posé la question : "Quel est le souvenir le plus intense que vous ayez de la tempête?" et a procédé à partir de là. Remarquez comment, à partir de là, elle remonte à un événement spécifique sous-jacent d'une grande importance. Bien à vous, Gary"

Pamela Bruner écrit :

EFT est une technique idéale pour nettoyer les effets émotionnels d'un traumatisme. Parfois, nous n'avons pas le temps d'utiliser l'une des techniques EFT standard, tels que "le Trauma Sans Larmes" ou "Raconter l'Histoire". Je voudrais présenter ici le concept de "Faire le Tri du Trauma", une méthode qui peut être utilisée lorsqu'on a peu de temps pour traiter un problème et qu'il est urgent que la personne redevienne rapidement fonctionnelle.

Rhonda (pas son vrai nom) m'a appelée quelques jours après le passage de l'ouragan Ike. Son entreprise s'était trouvée juste sur la trajectoire de la tempête et avait subi des dommages considérables. Rhonda est une femme intelligente, capable, avec qui j'avais déjà travaillé. Elle était maintenant en larmes et se plaignait de se sentir submergée par ce qu'elle avait vécu. Elle avait très peu de temps pour parler car elle devait retourner à des activités de nettoyage et craignait que notre appel téléhonique soit interrompu à tout moment.

J'ai senti que si je tentais d'utiliser les méthodes EFT habituelles pour dégager la personne de ce traumatisme pouvait faire que nous soyions interrompues en plein milieu de l'histoire parce qu'il fallait qu'elle parte, alors j'ai décidé d'essayer de "Faire le Tri du Trauma". Je lui ai demandé :
- "Qu'est-ce qui vous dérange le plus en ce moment ?"
Elle a dit:
- "L'ouragan. Il était si terrifiant!"
J'ai demandé à Rhonda :
- "Quel est le souvenir le plus intense que vous ayez de cet ouragan ?"
Elle a répondu que c'était le fait que le vent avait semblé passer d'une brise légère à 110 km/h "sur un clic de souris", en quelque sorte, et qu'il n'y avait pas eu d'alerte, vu que le service météo n'avait pas prévu l'arrivée de ces vents violents pour l'endroit où elle habitait. Son niveau d'intensité était de 9 sur l'échelle de 0 à 10.

Phrase de départ :
- "Même si le vent s'est intensifié comme sur un clic, je choisis de m'aimer et de m'accepter maintenant."
- "Même si le vent s'est intensifié comme sur un clic de souris sans aucun avertissement, je choisis de me rappeler que je suis en sécurité maintenant."

Nous avons tapoté sur tous les points d'acupressure avec les rappels suivants :
- "Sur un clic de souris"
- "Sans avertissement".

L'intensité a diminué à 6 sur 10. Je lui ai alors demandé si elle avait jamais senti ce genre de chose auparavant et elle a raconté qu'elle a traversé au moins 5 autres catastrophes naturelles, y compris deux tremblements de terre et un incendie de forêt.
Je lui ai alors demandé laquelle de ces catastrophes, en y incluant le récent ouragan, avait été la plus difficile pour elle émotionnellement.
Elle a répondu que c'était un tremblement de terre survenu lorsqu'elle était enfant. J'ai donc demandé :
- "Quel est le souvenir le plus chargé d'émotion de cet événement?"
Elle répondu :
"C'est quand mon père est sorti de la maison après que ce soit fini et qu'il a regardé la dévastation de notre rue. Lorsqu'il s'est mis à parler, le son de sa voix m'a terrifiée. Je pensais qu'il ne pouvait arriver aucun événement que mes parents ne puissent pas gérer. C'était le son de sa voix!"
L'intensité de ma cliente était de 10 sur 10.

Phrase de départ :
- "Même si j'ai été terrifiée par le son de sa voix, je choisis de m'aimer et je m'accepte complètement."

Rappel:
- "Le son de sa voix."

L'intensité a chuté à 5 sur 10, alors nous avons recommencé le tapotage.

Phrase de départ :
- "Même si je ressens encore de la terreur en me remémorant le son de sa voix, je choisis de me rappeler que nous sommes tous en sécurité maintenant."
- "Même si je pensais qu'il ne devrait jamais y avoir quelque chose que mes parents ne puissent pas gérer, je choisis de savoir que nous avons tous géré ça très bien - même moi, en tant qu'enfant."

Rappels :
- Ce reste de terreur...
- Quelque chose que mes parents ne peuvent pas gérer...
- Le son de sa voix...
- Mais nous avons géré ça très bien...
- Nous avons tous survécu ...
- J'étais une enfant, je fasais du mieux que je pouvais...
- J'étais en sécurité alors, et je suis en sécurité maintenant.

Son intensité sur "le son de sa voix" était maintenant à 0, et elle avait maintenant une manière toute différente de se souvenir du tremblement de terre de son enfance. Elle a dit : "Nous avons survécu, c'est vrai, et nous sommes tous encore en vie aujourd'hui, et ça n'avait pas vraiment pas été si dramatique pour nous."

Cela m'a paru être un gros changement cognitif, alors je lai ramenée à l'ouragan qui venait de passer. Je lui ai demandé quelle était son intensité maintenant sur la phrasse "le vent a augmenté sur un clic de souris". Elle était encore à 4. Alors nous avons tapoté sur :
- "Même si j'ai encore une certaine peur en pensant au vent qui augmente sur un clic, je choisis de savoir que je suis en sécurité maintenant."
Phrase de rappel:
- "Reste de vent qui augmente sur un clic"...
- "Je suis en sécurité maintenant."
- "Nous sommes tous en sécurité maintenant."

Son intensité était maintenant à 0. Je lui ai demandé si elle avait d'autres pensées négatives dérangeantes au sujet de cet incident et elle dit "Je pense que j'aurais pu être mieux préparée". Son niveau d'intensité était à 7 sur l'échelle de 0 à 10.

Phrase de départ :
- "Même si je pense que j'aurais pu être mieux préparée, je choisis de m'accepter moi-même profondément et complètement maintenant.

Rappel :
- "Mieux préparée".

Son intensité a chuté à 3 ou 4 et elle a dit : "Eh bien, j'ai des lampes de poche, de l'eau et la nourriture que j'ai mis de côté pour les tempêtes, donc je me prépare. Je pense seulement que j'aurais pu mieux me préparer."
Comme cela me semblait une bonne occasion pour faire de l'humour, j'ai concocté une phrase de départ de ce genre :
- "Même si je pense que j'aurais pu être mieux préparée, que j'aurais dû avoir aussi des fournitures pour la réparation du toit dans ma cave et que j'aurais dû consulter une voyante pour savoir exactement de quoi j'allais avoir besoin, je choisis de considérer que je me suis bien débrouillée, et que je me débrouille toujours fabuleusement bien pour passer à travers une telle circonstance..."

Phrases de rappel:
- "J'aurais pu être encore mieux préparée..."
- "J'aurais dû savoir d'avance ce qui allait se passer..."
- "Je suis vraiment la personne de cette ville la mieux préparée pour les ouragans" (ses propres mots!).
- "Je choisis de reconnaître que je me suis bien débrouillée pour me préparer..."
- "Je choisis de reconnaître ma capacité à gérer cette situation."

Rhonda a signalé qu'elle se sentait maintenant calme et capable, qu'elle ne pensait même plus à la tempête et qu'elle était prête à s'attaquer aux réparations. J'ai suggéré que ce pourrait être une bonne idée d'avoir une séance plus longue à un moment donné pour effacer d'autres aspects de des autres catastrophes naturelles qu'elle avait traversées ainsi que ce qui pourrait rester de l'ouragan Ike, et elle cordialement accepté. Nous savions toutes les deux qu'elle n'avait pas éliminé tous les traumatismes et bouleversements concernant cet incident, mais elle s'en était suffisamment dégagée pour gérer les tâches urgentes à accomplir.

Complément d'information sur la méthode de "Faire le Tri du Trauma" :

Habituellement, en faisant l'EFT, nous nous concentrons sur le fait de ramener un client d'une haute intensité de détresse (8, 9 ou 10 sur l'échelle de 0 à 10), à une intensité de 0. S'il ya beaucoup d'aspects différents, le fait d'avoir réduit les plus graves à zéro peut laisser les autres aspects inchangés au niveau émotionnel. Dans l'ensemble, le client se sentira beaucoup mieux - c'est un énorme soulagement de pouvoir passer de 10 à 3.
Bien qu'on puisse considérer que le travail a été incomplet si on a laissé un client à univeau d'intensité de 2, 3 ou 4, dans certaines situations il peut être approprié de simplement aider le client à redevenir fonctionnel, étant entendu que le nettoyage du reste sera fait plus tard.
Une dernière remarque : il existe de nombreuses situations traumatiques dans lesquelles le fait de demander "Qu'est elle la partie la plus émotionnellement bouleversante de cet événement?" ne serait pas une bonne idée, donc il faut procéder avec prudence.

Cette session a duré environ 25 minutes - Je suis tellement reconnaissante d'avoir l'EFT à ma disposition !

Suivi à une semaine:

Rhonda a appelé une semaine plus tard et a indiqué qu'elle s'était sentie beaucoup plus calme depuis notre rendez-vous, et que le processus l'avait certainement aidée. Elle avait pu gérer les opérations de déblayage efficacement en se concentrant sur une chose à la fois, et ne s'était pas sentie une seule fois dépassée par la situation. Elle a indiqué qu'elle voulait toujours travailler sur les autres aspects de la tempête dans une prochaine séance, mais qu'ils étaient tous très gérables.
Pamela Bruner

*************

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.