lundi 20 décembre 2010

EFT Traiter la maltraitance en une seule séance

Comment un praticien EFT expérimenté réussit à soulager des années de maltraitance en une seule séance.

Traduction de la page :
http://www.emofree.com/Articles/years-of-abuse.htm

Gary Craig présente :
"Salut à tous,
"Donna Kusz (elle nous a voulu utiliser son vrai nom) a connu des années de violence physique et psychologique systématique, à la merci de son père en colère .... et, accompagnant cette maltraitance, la dépression, les crises de panique et autres maux. Malheureusement, l'expérience Donna n'est pas unique, car les cabinets de psychothérapie à travers le monde sont peuplés d'une foule de gens ayant souffert de maltraitance.
Ce qui est unique, toutefois, c'est la capacité d'utiliser l'EFT par téléphone et de pouvoir, en une heure, prendre un bon départ dans le soulagement d'une longue liste de problèmes causés par ce traumatisme.
Comme vous le verrez dans la lettre de Donna ci-dessous, le Dr Alexander Lees, du Canada, est un expert dans l'application d'EFT au téléphone. C'est pourquoi Donna écrit: "Ce fut l'une de mes plus belles heures. Une heure de grande inspiration et à laquelle je vais m'accrocher pour toujours. Grâce à EFT et au Dr Lees, je me sens pleinement soulagée. J'ai récupéré une partie de ce que je considère comme ma plus grande perte, la perte de l'estime de moi-même."
"Vous verrez également comment Alex utilise habilement l'une des compétences les plus importantes que nous puissions développer.... l'humour. Non seulement l'humour est thérapeutique en soi, mais c'est aussi un excellent test de la façon dont le client progresse. Si le client rit à une plaisanterie que vous faites au sujet de son problème, vous avez la preuve que l'EFT est en train de fonctionner. S'il n'y a pas de rire, c'est que vous avez encore beaucoup de travail devant vous. Bien à vous, Gary."

Lettre au Dr Alexander Lees
par Donna Kusz
(entrecoupée par les commentaires d'Alex)

Pendant de nombreuses années, j'ai été hantée par la violence de mon père très coléreux et par ses mauvais traitement. "Lui... qui est en paix maintenant (décédé) depuis 22 ans." J'étais obsédée par les tristes, tristes souvenirs de ce que son esprit en colère avait infligé à notre famille. Sa mort a laissé derrière lui une chaîne faite de maillons interconnectés, étroitement serrés entre eux. Ma famille continue de subir cette violence et ces abus... mais de la part de son fils coléreux comme lui, mon frère. "Alors, quand est-ce que tout cela va s'arrêter?"

Quatorze ans et beaucoup de larmes plus tard, vint la triste fin de mon mariage, avec à la suite, deux jeunes fils à élever. La dépression, la tristesse et un sentiment général de manque dans la vie m'ont accompagnée pendant de nombreuses années sans que personne ne le sache (parce qu'il n'y avait personne qui soit assez proche de moi). Je suis actuellement au chômage, parent unique de deux enfants, et je me sens perdue, sans but. Je dis cela maintenant "au passé", en raison de ce grand soulagement que je ressens après avoir connu l'EFT, "Emotional Freedom Techniques."

J'ai contacté le Dr Alexander Lees pour une séance au téléphone. Le Dr Lees m'a demandé: "Comment vont vos enfants? Est-ce que cette agression s'est propagée jusqu'à eux?" Ma réponse a été: "Non, ils vont parfaitement bien. Je sens que leur sang est pur et libre de la souillure." Il m'a alors rappelé que c'était moi... qui avais choisi de rompre ce cercle vicieux. Dans mon coeur, j'ai toujours su que mes enfants auraient pu être les plus petits des maillons de cette chaîne, unis à ce cercle de la violence familiale. "C'est là que tout se termine."

J'ai dit au Dr Lees que je suis également en train d'écrire un livre sur mes trois années de cauchemar à cause des crises de panique, mais que je me trouvais devant un problème. Il m'a alors demandé quel était ce problème. "Je n'arrive pas à écrire. Comment puis-je écrire un livre sur "les crises d'angoisse" dont le contenu doit pouvoir être source d'inspiration, quand je suis accâblée par ce sentiment de tristesse?"

COMMENTAIRE D'ALEX: Voici comment cette partie de la séance a fonctionné...
Alex: "Vous êtes déprimée par le fait d'écrire un livre sur les crises d'angoisse?"
Donna: "Non, je suis déprimée ET j'essaye d'écrire un livre sur les crises d'angoisse."
Alex: "...Bon. Alors dégageons la dépression afin que vous puissiez écrire sur la panique, et puis ensuite vous pourrez aussi écrire un livre sur la dépression."
Donna a commencé à rire et, en partant du point karaté, nous avons utilisé la phrase suivante:
- "Même si je suis trop déprimée pour écrire un livre sur les crises de panique, maintenant que j'ai dépassé la panique au moins je n'aurai pas une crise de panique lorsque j'écrirai sur la dépression. Néanmoins, je m'accepte profondément et complètement."
Comme il y avait une légère hésitation dans sa voix en prononçant les mots "je m'accepte profondément et complètement", j'ai reformulé cela de cette façon:
- "Même si je n'accepte pas la dépression, je peux m'accepter et m'aimer moi-même."

LA LETTRE DE DONNA CONTINUE:
Le Dr Lees m'a alors dit que je devrais envisager d'écrire deux livres, l'un sur "les crises de panique" et l'autre sur "la dépression". Cela m'a vraiment fait rire. J'ai alors pensé que cet homme n'avait aucune idée à quel point il est difficile d'écrire un livre, en particulier lorsqu'on est un auteur débutant. (Plus tard, j'ai réalisé que lui et son épouse Berit avaient écrit leur propre livre.)

Au cours de la séance d'une heure j'ai pleuré, puis j'ai ri, puis pleuré à nouveau. Je sais que les pleurs sont un excellent moyen de soulager la tension, mais que le rire apporte un plus grand soulagement. Je sais que je terminerai l'écriture de ce livre, et en quelque sorte je pense que le Dr Lees le sait aussi, car je sens qu'il y croit.

Après avoir raccroché le téléphone, j'ai pleuré à nouveau. Non, c'est vraiment peu dire, car j'ai braillé comme un âne. Je pense que c'était du soulagement, d'une manière confuse au premier abord, étant donné tout ce qui se passait dans mon esprit, mais aussi parce que maintenant je pouvais voir les choses beaucoup plus clairement.

J'ai ensuite longuement réfléchi au sujet du Dr Lees et de l'EFT pendant quelques jours, et je continue de m'interroger aujourd'hui. Je sais que les hommes ne sont pas si mauvais. Même si le Dr Lees m'a dit de dire qu'ils l'étaient... Ah ! Ah ! (cela faisait partie de la thérapeutique de tapotage).

COMMENTAIRE D'ALEX :
La phrase utilisée sur le point karaté était :
- "Même si tous les hommes sont mauvais, ce qui rend les choses faciles car il n'y a qu'une seule règle, c'est probablement parce qu'il sortent tous d'un même batch de gènes défectueux. Néanmoins, moi je suis très bien et eux sont mauvais".
Cette phrase a été répétée avec quelques variations mineures, et Donna a fait une séquence complète en utilisant le rappel "Ces sentiments au sujet des hommes".

LA LETTRE DE DONNA CONTINUE :
La tristesse et la dépression ayant diminué considérablement, je suis maintenant mieux à même de m'accepter comme je suis. Et en continuant à tapoter je peux maintenant mieux accepter la façon dont je me sens chaque jour. "Maintenant, c'est moi qui suis en paix."
Cette séance a été l'une de mes plus belles heures. Une heure de grande inspiration et à laquelle je vais m'accrocher pour toujours. Grâce à l'EFT et au Dr Lees, je me sens pleinement soulagée. J'ai récupéré une partie de ce que je considère comme ma plus grande perte, la perte de l'estime de moi-même.

Je suis beaucoup plus confiante depuis ma séance d'EFT. Je sais que je vais réussir ce que je dois accomplir et tout ce que je voudrai faire à l'avenir, y compris ce livre que je continue à écrire. Je vais terminer mon livre sur "les crises d'angoisse", dans le grand espoir qu'un jour il sera source de soulagement, de joie et d'inspiration pour les nombreuses personnes qui en souffrent. Et en ce qui me concerne (récemment guérie), "je vais visualiser ce livre en format de poche trônant sur les rayons des librairies."

Pour résumer - je sais qu'une seule séance par téléphone avec l'EFT n'est qu'un début, puisque je ne sens pas qu'une séance unique de n'importe quel genre de thérapie puisse et doive faire des miracles. Mais je me sens moins angoissée et j'éprouve une plus grande estime de moi-même. C'est l'une des plus grandes bénédictions de ma vie.
Sincèrement,

Donna Kusz, Calgary, AB, Canada
Dr. Alexander R. Lees
********* *

Retour au Message du Jour
* ********

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.