jeudi 8 juillet 2010

EFT et fatigue chronique : Quand la persévérance paye

Ceux qui sont affligés de "fatigue chronique" ne savent pas quoi faire ou n'ont pas assez d'énergie pour faire l'EFT seuls.

Souvent, leur entourage se moque de leur "poil dans la main" et le médecin traitant se borne à leur prescrire "du magnésium". Il faut les aider.

Bien sûr, il faut rechercher aussi tous les "produits toxiques environnementaux" qui ont été désignés par Gary Craig comme pouvant empêcher le traitement de l'inversion psychologique, ainsi que les allergies à des nourritures comme le gluten, de plus en plus considéré comme pouvant être source de dépression.

Traduction de la page du site EFT emofree.com :
http://www.emofree.com/articles/chronic-fatigue-relief.htm**

Gary Craig présente ainsi le cas suivant :

"Cet article de Mhairi Alexander (du Royaume-Uni), bien écrit et instructif, démontre la valeur de l'insistance dans l'utilisation de l'EFT pour des problèmes tenaces tels que la fatigue chronique. Le client, dans ce cas, est son mari (il a écrit un commentaire de suivi à la fin). Comme vous le verrez, des progrès impressionnants ont été faits, bien que Mhairi ait commencé alors qu'elle était débutante avec l'EFT et que le temps nécessaire à cette amélioration a pris plus de 2 ans.
"Notez les phrases de départ qu'elle a utilisées. Alors qu'elles étaient apparemment efficaces, elles étaient également un peu globales. Peut-être que les résultats auraient été à la fois meilleurs et plus rapides si des événements spécifiques avaient été ciblés. Dans de nombreux cas, il est important d'être extrêmement précis."

Note: Cet article suppose que vous ayez une connaissance pratique de EFT. Les nouveaux arrivants dans ce blog peuvent quand même en tirer les enseignements, mais il est conseillé néanmoins de lire mes posts "EFT c'est quoi?" et "EFT comment" ainsi que la page "Apprendre EFT" pour une compréhension plus complète. En cas de problème médical, veuillez consulter un médecin préalablement.

LETTRE DE MHAIRI ALEXANDER :

Cher Gary,

J'ai pensé que vous seriez intéressés par le travail que nous avons fait en utilisant l'EFT pour la fatigue chronique. David est mon mari, et à bien des égards, cette situation fait de lui un "client difficile"!
David a eu des épisodes de fatigue chronique à la suite d'une mononucléose (appelée je crois "mono" aux États-Unis) en 1996. Dans un premier temps, il avait simplement des moments où il se sentait "crevé" et fatigué, ainsi que des douleurs mineures. Puis ces épisodes de fatigue sont devenus de plus en plus longs et il a été obligé de s'absenter de son travail de plus en plus longtemps - il était enseignant.

Nous avons essayé tous les suppléments habituels et les tests médicaux ont exclu toute autre maladie. Il était tout simplement laissé à lui-même car il n'y avait pas de traitement, on lui disait de "faire avec". Il est devenu très déprimé, ce qui n'est pas surprenant, en particulier à la perspective de devoir renoncer à son travail à partir de l'âge de 54 ans.

Au départ, David a accepté d'essayer l'EFT, mais n'a pas pu rester motivé et a vite abandonné le sujet. C'est là que c'est devenu difficile. A ce point, s'il avait été un client payant je n'aurais pas pu me permettre de mettre la pression. Avec mon mari, en fait, j'ai plus ou moins de "l'intimidation" en essayant de lui faire faire l'EFT à nouveau et j'ai maintenu la pression pour l'obliger à persévérer. Ainsi, au moins l'un d'entre nous était persévérant !

Il a commencé à faire des progrès soutenus quand il a lui-même commencé à faire le tapotage pour lui-même. Cela n'a pu se produire qu'après que nous ayons abordé un certain nombre de ses problèmes fondamentaux sous-jacents. Ce qui suit s'est déroulé sur une période d'environ deux ans, avec un certain nombre d'arrêts suivis de nouveaux départs. Au début, j'étais assez inexpérimentée avec l'EFT, l'ayant seulement utilisé sur moi-même à cette époque.

J'étais convaincue que les problèmes émotionnels sous-jacents étaient importants, et comme j'avais l'avantage de connaître une grande partie de son histoire personnelle (nous avons été mariés pendant 27 ans), j'ai décidé de commencer avec certaines pertes d'êtres chers. Je me demandais si il avait correctement fait son deuil car les différents décès avaient eu lieu à des moments où il se passait beaucoup de choses dans notre vie. Un par un, nous avons retraversé ces pertes, en utilisant le tapotage avec la "technique de raconter l'histoire". Ce qui m'a surpris, c'est le peu de détails dont il se souvenait, alors que je pouvais m'en souvenir clairement.

En fin de compte, c'est moi qui a fini par "raconter l'histoire" tandis que David faisait le tapotage. Ceci a été fait sur une certaine période de temps, au cours de laquelle il est devenu très angoissé, versant des larmes qu'il n'avait pas versées à l'époque. Je soupçonne que la raison pour laquelle il ne se souvenait pas des détails, c'est qu'il les avait repoussés hors de son esprit pour éviter toute douleur.

Une fois que ce processus a terminé et qu'il a pu "raconter l'histoire" sans être troublé, nous sommes passés à ses souvenirs d'enfance. Encore une fois, nous avons utilisé le tapotage avec la "technique de raconter l'histoire", tout en tapotant sur des souvenirs spécifiques, par exemple quand David avait peur que sa mère meure pendant qu'il était à l'école .

Fait intéressant, la mère de David avait eu des problèmes cardiaques et de l'anxiété. Même si elle était réellement malade - elle est morte à l'âge de 52 ans -, elle pouvait avoir utilisé sa santé comme un moyen de se protéger contre des situations stressantes.

Quand il a commencé à se rappeler les détails de son enfance - ce qu'il a réussi à faire par lui-même cette fois - il s'est rendu compte combien la vie de famille était stressante, et comment il avait appris à nier ses émotions en se distrayant de diverses manières:
- "Même si j'ai cette peur de mes émotions, je choisis de les accepter et de les gérer."

Il a également pris conscience de son degré de dépendance de l'approbation des autres :
- "Même si j'ai besoin que les gens me montrent qu'ils s'occupent de moi..."
et de son besoin d'avoir des gens autour de lui :
- "Même si j'ai terriblement peur d'être seul..."
et du fait qu'il se considérait comme un "perdant" en se comparant aux autres :
- "Même si je n'ai jamais atteint le niveau de réussite que j'aurais dû avoir..."
- "Même si je ne sais pas ce que je veux, ni comment réussir..."

C'est à peu près ce point que nous avons remarqué une certaine amélioration de sa santé physique, et cela, quand il a commencé à tapoter sur lui-même et à travailler sur certains de ces problèmes par lui-même. Je pense que ceci est un facteur clé dans de nombreuses situations, en particulier dans les maladies chroniques - la personne elle-même doit prendre le contrôle et la responsabilité de sa situation. C'est à ce moment qu'il a été plus à l'aise pour "faire des choses pour lui-même".
Nous avons également traité les divers types de stress dans sa vie autour du moment où il a souffert de la fièvre glandulaire qui semble avoir déclenché sa situation - changement d'emploi, petite opération à l'hôpital, un autre deuil, ainsi que l'usure générale quotidienne que l'on vit lorsqu'on a des enfants adolescents !

Il y avait encore des hauts et des bas dans son état et nous avons encore dû faire face à ses pensées et sentiments concernant le fait de souffrir de fatigue chronique, ainsi que par rapport au fait d'aller mieux :
- "Même si je sens que je perds une partie de moi-même..."
- "Même si je me sens coincé là où je suis..."
- "Même si j'ai cette peur de devenir incapable de faire quoi que ce soit..."
- "Même si cette maladie fait partie de moi..."
- "Même si en étant malade mon corps me protège..."

Nous avons maintenant atteint le stade où il est émotionnellement beaucoup plus résilient et détendu. Il n'a pas encore retrouvé la pleine santé, mais il a retrouvé 70 à 80% de son niveau d'activité antérieur et nous ne savons pas encore jusqu'où il peut aller dans cette amélioration. Il est clair qu'il ne pourra pas retourner à l'enseignement - il faut être super en forme pour tenir le coup devant une classe de 30 ados toute la journée - mais avons confiance dans sa capacité de faire quelque chose.

COMMENTAIRE DE GARY CRAIG : Parfois, nous nous limitons d'une façon inhabituelle et cela vaut le coup de tapoter sur ces limitations. Peut-être quelque chose comme ce qui suit pourrait aider : "Même si je semble avoir cette limitation à 80% de mes anciennes capacités..." ou bien "Même si j'ai peut-être mis un couvercle sur ma capacité à guérir..." ou encore "Même s'il est possible que j'aie des motivations inconscientes pour conserver une certaine fatigue...."

SUITE DE LA LETTRE DE MHAIRI : David utilise maintenant les affirmations suivantes, entre autres :
- "Mon énergie est une lueur dorée dans tout mon corps."
- "Je conserve mon énergie à l'intérieur de mon corps."
- "J'accepte infiniment et profondément ce que je suis."
- "Mon avenir est prometteur."
- "Je crée mon avenir."
- "Je suis en bonne santé."

Mhairi Alexander

LETTRE DE DAVID ALEXANDER

Cher Gary,

Juste quelques notes à ajouter à ce que ma femme a écrit :

Elle dit qu'elle m'a intimidé et forcé. Ce qu'elle a effectivement fait, c'est de me donner la motivation pour que je fasse les exercices d'EFT quand je m'en sentais incapable. Une partie de cela était due aux effets de la fatigue chronique et une autre partie était due au sentiment d'être submergé par le volume des préoccupations et des angoisses qui me viennent lorsqu'on traite mon passé.
Dans mon passé j'ai eu des temps difficiles et pourtant merveilleux. Après une réaction particulièrement dérangeante j'ai dit à Mhairi : "Tu m'as rendu mon enfance". Sa perspicacité m'a permis d'aborder des inquiétudes dont je n'étais pas vraiment conscient, par exemple, ma préoccupation de faire les choses pour les autres, mais pas pour moi. Cela s'est avéré être un tournant fondamental dans le traitement de ma santé qui est maintenant en grande amélioration. Le changement dû au fait de mettre ma santé au premier plan a été tellement énorme que les inquiétudes au sujet des relations, de l'argent et de la carrière ont toutes été revues sous un angle nouveau. J'ai passé beaucoup de temps à changer mes croyances "écrites sur mes murs".

Nous avons maintenant commencé à utiliser l'EFT avec un petit groupe d'autres personnes atteintes de fatigue chronique et nous sommes particulièrement intéressés par le domaine de la motivation et de la persévérance, car cela semble poser problème pour chacune de ces personnes.

Nous serions ravis de recevoir le point de vue et les commentaires des lecteurs.

David Alexander

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.