dimanche 11 avril 2010

EFT pour un cas de traumas graves

Trois séances d'EFT pour vaincre la dépression, la colère et les conséquences de traumatismes d'abus sexuels
Attention, pour psychothérapeutes professionnels seulement.
Si vous avez peur des images derrière les mots, ne lisez pas.

Ici, la psychothérapeute donne seulement la liste des détails sur lesquels elle a travaillé. Dans le travail avec EFT, chaque détail compte et aucun ne doit être laissé de côté. Il est évident que pour chaque émotion elle a fait l'évaluation sur l'échelle de 0 à 10, a fait répéter une "phrase de départ" et ensuite des "rappels" qu'elle a fait évoluer tout en tapotant les points d'acupressure - selon la méthode qui a été déjà abondamment décrite dans ce blog. (Lire la page "Apprendre EFT" ci-dessus). Enfin elle a testé et re-testé pour vérifier que dans chaque cas il n'y avait plus d'émotion négative.
Une personne non suffisamment formée professionnellement, même utilisant l'EFT pour d'autres types de problèmes depuis longtemps, ne devrait pas s'aventurer à traiter ce genre de cas. Il ne suffit pas de 280 heures.

Gary Craig nous présente ce cas :
"Voici un travail magistral réalisé avec EFT par Shelley Hawkins-Clark. Notez la façon dont elle guide son client à travers différents problèmes liés à des sévices graves. Bien à vous, Gary."

Traduction de la page :
**http://www.emofree.com/Trauma/depression-anger-sexual-abuse.htm**

Par Shelley Hawkins-Clark, EFT-ADV

Cher Gary,
À la demande pressante d'une belle-mère attentive et généreuse, un client est venu récemment me demander de l'aide pour le fait de se sentir fermé, dépressif et empêtrés dans des problèmes de couple. Il voulait pouvoir mieux communiquer avec sa femme et ses filles, se sentir plus confiant et "ne pas être malheureux." Sa colère commençait à l'effrayer. Il vit dans une autre partie des États-Unis alors nous avons donc fait tout ce travail par téléphone. Il était très sceptique vis-à-vis de l'EFT tout en espérant que cela lui serait utile.
Dans chacune des trois séances, j'ai abordé d'importantes questions avec lui. Dans son enfance, il avait été sexuellement abusé, forcé à regarder le viol de sa sœur par son demi-frère, et envoyé dans un foyer pour garçons où il avait également été violenté physiquement et sexuellement. Il a la trentaire et, il y a un peu plus d'un an, sa sœur a été sauvagement assassinée et le responsable est resté impuni. Vous pouvez imaginer la soupe d'émotions dans laquelle il marinait depuis des années.

Première séance
Je lui ai demandé ce qui lui pesait le plus. Il a d'abord voulu traiter l'assassinat de sa sœur. J'ai commencé avec la technique du film pour ramener l'anxiété générale a zéro, puis nous avons abordé différents aspects de l'événement; sa culpabilité pour n'avoir pas pu l'empêcher, sa colère parce que le type s'en était tiré, le fait de ne pas pouvoir se pardonner de n'avoir pu rien faire quand elle lui avait récemment demandé de l'aide, la tristesse, le deuil, le fait que son neveu ne connaîtra pas sa mère. Cet événement a été complètement neutralisé au cours de la première séance.

Deuxième séance
Dans la deuxième session, j'ai continué en lui posant des questions relatives à l'assassinat de sa sœur. Il m'a dit qu'il avait dû "s'obliger à y penser" au cours de la semaine pour voir si cela le dérangeait encore. Il n'avait plus aucune réaction à cet événement. Il a ensuite voulu faire face à sa colère. Il estimait qu'il n'avait pas le droit de se sentir en colère, et il a dit qu'il ne se faisait pas confiance à cause de sa colère. Il se sentait coupable d'avoir cassé le nez d'un type quelques années plus tôt et de ne pas être allé en prison. J'ai commencé à traiter les détails : le regret, la culpabilité, le fait qu'il aurait dû être puni, la peur d'exprimer sa colère. Chaque détail a été ramené à zéro à partir d'une intensité de 6 à 8 sur 10. Au fur et à mesure de ce travail, une porte s'est ouverte pour qu'on puisse travailler sur les abus sexuels (c'est ainsi qu'avec EFT le travail se facilite).
Dans le reste de la session, nous avons abordé le viol de sa sœur. J'ai utilisé la technique du film extensive, afin qu'il n'ait pas à en parler ni à y penser, en traitant son angoisse générale au début, qui était à un niveau d'intensité de 10. Quand son agoisse générale au sujet de ce "film du demi-frère psychotique" a été ramenée presque à 0, j'ai traité les autres crescendos d'émotion jusqu'à ce que chacun ait été éliminé.
Pour tester s'il n'y avait aucun reste d'angoisse, je lui ai demandé s'il pouvait maintenant me raconter l'histoire de ce qui s'était passé. Il pensait que c'était possible, puisque le fait de faire se dérouler le film dans son esprit ne causait plus aucune réponse émotionnelle. Une réaction légère s'est fait sentir néanmoins au moment où il s'est souvenu de quelques détails supplémentaires tout en racontant à haute voix. J'ai traité chacun de ces restes et je lui ai demandé de me raconter l'histoire à nouveau.
Après qu'il m'ait raconté l'histoire, je lui ai demandé si, sur aucun des points de cette histoire, il y avait encore quoi que ce soit qui le gênait. En général, je sais intuitivement s'il y a quelque chose d'autre, mais je tiens quand même à re-vérifier en demandant à mes clients. Cela ouvre également la porte à de nouveaux aspects et points de vue sur le problème. Il est resté silencieux pendant un long moment et, enfin, a dit, "Juste une minute, je suis toujours en train de chercher." Puis il a dit qu'il se sentait stupéfait. "Incroyable ! J'ai porté cela toute ma vie et maintenant c'est parti."

Troisième séance
Dans la troisième session, nous avons commencé à nous occuper de la violence physique et sexuelle qu'il avait subie chez lui et au ranch de garçons. Nous avons commencé avec une combinaison de la Technique du Film et de la technique du Traumatisme Sans Larmes, avec des titres comme "les Terreurs" et "Le Ranch".
La douleur causée par ces événements a été neutralisée, jusqu'à ce que nous arrivions à un type particulier de violence sexuelle. Je n'arrivais à rien faire bouger. Intuitivement, je lui ai demandé si le problème venait du fait d'aborder cela avec une femme psychothérapeute. En effet, c'était difficile et stressant pour lui d'aborder ces questions en général, mais surtout très gênant avec une femme, même si nous travaillions à nouveau en utilisant la Technique du Film dans laquelle le client ne décrit rien.
Alors, j'ai ignoré les abus sexuels et j'ai dirigé le tapotage entièrement sur les aspects de honte, de gêne ainsi que sur d'autres émotions liées au fait de seulement penser à travailler sur ce prolème avec moi. Une fois que ces éléments ont été nettoyés, je suis revenue sur les abus sexuels. Sans que nous ayions tapoté sur aucune partie des événements proprement dits, le problème s'était disloqué. Ensuite, il m'a décrit ce qui avait eu lieu et il n'y avait plus aucune charge émotionnelle.

Suivi
Plusieurs semaines plus tard, j'ai commencé à travailler avec sa femme comme cliente et je lui ai demandé comment il allait. On ne sait jamais exactement comment la nouvelle liberté peut prendre forme lorsqu'on est dégagé des causes énergétiques d'émotions qui ont été piégées en nous. Souvent, c'est comme un "réveil".
Voici une partie de ce qu'elle m'a écrit.
"Voici l'histoire de mon mari aux yeux d'une femme reconnaissante ! Ces trois dernières années, mon mari avait été comme un mort-vivant. Il était constamment maussade, négligé, sur la défensive pour chaque petite chose et surtout, il battait froid à mes avances, émotionnellement ou physiquement. Il n'a jamais été intentionnellement méchant ni agressif, seulement très apathique envers le monde autour de lui, y compris envers moi-même et notre petite fille de quelques mois.
"Généralement, quand il rentrait de son travail, ou il dormait sur le canapé en attendant le dîner, ou il zonait devant la télé. La conversation était MINIME à l'exception de "Comment était ta journée", et il semblait rire très rarement. En tant que conseillère dans le domaine de la toxicomanie, j'ai facilement reconnu les signes de "dépression clinique". C'était comme de vivre avec un zombie, on se sentait mal en vivant avec lui. [... Après que sa sœur ait été assassinée] je l'ai regardée, impuissante, descendre au fond d'un désespoir complet.
"Après qu'il ait fait les trois séances en 3 semaines environ, il a commencé à agir un peu différemment. Ces dernières [semaines] ont été incroyables. Il est devenu une personne complètement différente. Il est motivé au travail, il aide dans la maison, la télévision ne semble plus être d'un grand intérêt pour lui, il m'aide à préparer le souper, il joue avec notre fille de 14 mois et montre un grand intérêt pour ce que nous faisons pendant qu'il est au travail. Il raconte des blagues vraiment drôles et a de grands éclats de rire! Je ne savais pas qu'il pouvait être aussi drôle! Il a commencé à s'occuper de son apparence et, quand nous sommes allés à un mariage dernièrement, je n'ai pas eu à lui suggérer de porter son costume!
Il communique beaucoup plus avec moi et sur des niveaux plus profonds que jamais. Je sens vraiment que je commence à le connaître à nouveau !
"Il est auto-motivé pour s'occuper de tâches ménagères au lieu que ce soit moi qui le supplie encore et encore de faire quelque chose. Il communique avec moi au sujet des plans pour l'avenir et semble s'intéresser beaucoup plus à ma grossesse. Il m'invite à sortir et recherche des moments d'intimité ! Sa dépression semble vraiment avoir vraiment disparu et il semble être en mesure de se concentrer sur les buts et objectifs beaucoup mieux qu'avant. Je ne peux pas vous dire combien il est différent - c'est véritablement comme le Dr Jekyll et M. Hyde, sauf que maintenant j'ai le bon type avec moi tout le temps !
"Certes, je me demandais si c'était l'EFT qui avait fait tout ça, alors je lui ai demandé ce qui l'avait fait changer. Il m'a succinctement répondu : "Dieu m'a amené à l'EFT, et l'EFT m'a ouvert les yeux et m'a ramené à Dieu." Alors là, je suis croyante !"

Moi aussi, Gary, moi aussi.

Shelley Hawkins-Clark, EFT-ADV

***********

NOTE DE PIVOINE : Je donne dans ce blog des traductions de ce type d'étude de cas à l'intention des psychothérapeutes professionnels, pour les convaincre de l'intérêt de la méthode EFT, afin que cette méthode plus rapide et moins douloureuse que la psychothérapie classique ne soit pas utilisée que par des coach de développement personnel et des débutants bien intentionnés.
J'aimerais pouvoir conseiller à mes lecteurs des praticiens EFT professionnels réellement qualifiés pour ce genre de cas en France. 

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.