lundi 4 janvier 2010

EFT pour l'Aquaboniste

L'Aquaboniste vous dit : "Encore un nouveau truc... A quoi bon essayer ? J'ai déjà fait tellement de thérapies, stages, etc., à quoi ça sert ?..."

Est-ce que ça vous rappelle quelque chose ?
Certaines personnes sont fatiguées d'avoir traversé des heures de thérapies traditionnelles ou autres processus de développement personnel, coaching, etc., qui ne les ont menées nulle part. Alors, quand on leur parle d'EFT, elles se demandent si ce nouveau truc va vraiment servir à quelque chose. Maggie Adkins appelle sela le syndrôme "à quoi bon" et nous donne des idées pour le gérer.

Maggie Adkins écrit :

Qu'est-ce que le syndrôme "A quoi bon" ?

"L'un des problèmes les plus subtils qui se mettent en travers du chemin des gens qui utilisent EFT se pose lorsqu'ils ont déjà travaillé sur leurs problèmes et émotions "ad nauseum" (comme m'a dit un client) avec d'autres types de thérapies pendant des années, et que, malgré cela, leurs problèmes n'ont pas été résolus.
"Même si nous savons intellectuellement que la méthode EFT est différente des autres thérapies, nous nous entendons toujours dire : "A quoi bon ? A quoi ça sert ? Il n'y a rien qui puisse changer cela." Le syndrôme "à quoi bon" nous arrête souvent sur la voie d'un succès que nous aurions pu obtenir si nous avions utilisé EFT pour nous dégager de vieux problèmes, pour laisser tomber des attirances alimentaires, pour changer des croyances négatives, etc.

"Du fait même que l'EFT est plus efficace lorsqu'on fait le tapotage sur le problème exact, le syndrôme "à quoi bon" peut vraiment saboter nos résultats.
"Le premier problème, c'est que nous pourrions ne pas faire EFT du tout. L'essence du syndrôme "à quoi bon", c'est que ça ne va faire aucune différence, que nous faisions EFT ou que nous ne le faisions pas, alors pourquoi le faire ? Ce n'est qu'une perte de temps, dit notre mental, et il n'y a plus de motivation pour faire le travail.

"Le second problème, c'est qu'on peut tapoter sur ce que nous pensons être le problème, mais que le vrai problème que nous devons régler d'abord, c'est "à quoi bon".
"Le syndrôme "à quoi bon" en général prend la forme d'une résistance à "encore une nouvelle thérapie qui est supposée aider", ou d'un refus de travailler sur ce problème "encore une fois".
Si vous entendez votre mental vous dire : "D'accord. je peux gérer", c'est aussi une forme de réponse "à quoi bon". Dire que vous pouvez gérer, c'est comme dire que vous avez abandonné, que vous ne croyez pas que le problème puisse être résolu.
J'ai entendu de nombreux clients dire cela lorsque nous étions descendus de 10 à 3 ou 2 sur l'échelle d'intensité. Je leur demande : "Si nous sommes descendus à 2 ou 3, pourquoi ne pas voir si nous pouvons nous en débarrasser complètement ? Je ne sais pas si nous le pouvons, mais pourquoi ne pas essayer ?" C'est une bonne question.

Exemples de pensées "à quoi bon"

"Voici quelques exemples typiques de ce que vous pourriez penser si vous être atteint par le syndrôme "à quoi bon". Entendez-vous l'une ou l'autre des "voix" suivantes dans votre tête ?
"Pour essayer encore quelque chose qui ne s'est pas bien passé autrefois :
"Pourquoi est-ce que je voudrais essayer ça encore une fois ? Vous voyez bien ce qui est arrivé les autres fois ! C'était un désastre..."
"Pour la perte de poids :
"Dans toute ma vie, j'ai perdu 100 kilos et j'en ai regagné 110. Si je perds du poids, j'en regagnerai encore et je me détesterai pour cela. Alors pourquoi essayer encore ?"
"Pour les problèmes de couple et de relations :
"Vous voulez que je me crée une nouvelle relation avec une personne aimée ? Prendre le risque d'être encore amoureux ? J'aimerais mieux rester en sécurité et faire face à ma petite vie pépère. Je refuse de m'ouvrir à nouveau pour être encore blessé. Pas ça, mon vieux, je ne veux pas y retourner !"
"Pour la fatigue chronique, les maladies dues à l'environnement et autres affections chroniques :
"Vous n'imaginez pas le nombre de gens qui m'ont affirmé qu'ils pouvaient m'aider, mais aucun n'y a réussi. Je ne veux pas m'engager là-dedans à nouveau. C'est trop décevant."
"Pour les chefs d'entreprise et professions libérales (y compris les praticiens EFT bien sûr) :
"Ecoutez, j'ai déjà envoyé toutes sortes de prospectus, tout le monde SAIT que je suis installé à mon compte. Je ne vais pas encore recommencer avec toutes ces dépenses et ces prises de tête parce que personne ne m'appelle. C'est probablement que je ne suis pas assez bien de toute façon."
"Pour un syndrôme de stress post-traumatique :
"Ah oui, d'accord ! Vous savez combien de gens m'ont dit qu'ils pouvaient me soulager de ces souvenirs de guerre qui m'obsèdent depuis 40 ans ? J'avais fait la liste, mais ce n'est même plus la peine. Je ne vais PAS recommencer tout ça. C'est trop dur."

"Si vous entendez ce type de voix dans votre tête, vous avez probablement une résistance qui vous empêche de faire EFT - et pourtant, EFT peut vous dégager de tout cela.

Comment guérir ces résistances ?

"Ces voix négatives dans le mental font disparaître toute votre motivation pour faire le processus EFT qui pourrait traiter ce problème, cette douleur, cette croyance négative. Elles vous pompent également toute votre estime de vous-même en vous faisant dire : "je dois être vraiment nul(le) pour que rien n'ait pu marcher pour moi".
"J'ai une excellente amie, praticienne EFT expérimentée, qui s'appelle Mary Ann Michels. Elle suggère que d'abord vous écriviez toutes les pensées du type "à quoi bon" dont vous avez conscience. Je trouve également que faire sa liste peut être très utile quand on travaille avec ce type de problème.
Faites une première liste, puis, au fur et à mesure où vous tapoterez sur les points d'acupressure en vous concentrant sur l'une ou l'autre de ces pensées, d'autres pensées d'auto-sabotage vous viendront. Alors, arrêtez ce que vous faites et écrivez-les. C'est cela, l'un des miracles du voyage EFT. Il nous emmène tout simplement là où nous devons aller. Je suggère de garder son carnet et son crayon près de soi quand on fait ce travail. (Et merci à toi, Mary Ann, pour tes bonnes idées).
"Si vous faites une liste, à chaque fois que vous commencez une session EFT pour vous-même, demandez-vous quelle est la pensée de votre liste qui est la plus forte dans l'instant. C'est quand on travaille sur le problème le plus intense qu'on obtient le plus grand soulagement.

Exemples de phrases pour le syndrôme "à quoi bon"

"A la base, vous voudrez prendre en compte TOUTES les raisons pour lesquelles vous ne voulez pas faire EFT, et faire le tapotage pour chacune de ces pensées - en utilisant vos propres mots si possible. Voici seulement quelques exemples d'utilisation de l'EFT pour "à quoi bon".
(Se reporter aux schémas des points d'acupressure dans la page :
http://secret-abondance.blogspot.com/2008/04/eft-dtail-des-points-dacupuncture.html )

En tapotant le point karaté, ou en massant le point douloureux de la poitrine, faites la "phrase de départ" 3 fois. Pour les "rappels", vous pouvez répétez l'exemple montré ci-dessous sur chaque point EFT, ou alterner les deux parties, comme suit.
"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si j'ai déjà fait tout ce que je pouvais imaginer de faire pour me dégager de ce problème et ça n'a pas marché, et même si maintenant je crois qu'il n'y a rien qui puisse soulager cela, je m'accepte complètement et profondément."
"Exemple de "rappel" pour les autres points EFT :
"- Rien ne peut soulager cela. A quoi bon."
"Soit vous répétez cette double phrase sur chaque point, soit vous alternez comme suit :
"- Sommet de la tête : Rien ne peut soulager cela.
"- Début du sourcil : A quoi bon.
"- Coin externe de l'oeil : Rien ne peut soulager cela.
"- Sous l'oeil : A quoi bon.
"- Sous le nez : Rien ne peut soulager cela.
"- Milieu du menton : A quoi bon.
"- Clavicule : Rien ne peut soulager cela.
"- Sous le bras : A quoi bon.
"- Point du foie (sous le sein) : Rien ne peut soulager cela.
"- Sommet de la tête : A quoi bon.

"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si j'ai essayé plusieurs fois de me débarrasser de ces émotions, elles sont toujours là. Je ne sais pas si elles s'en iront un jour, et malgré tout je m'accepte complètement et profondément."
"Rappels : "Rien n'a marché. Pourquoi est-ce que ce serait différent cette fois-ci ?"
"Répétez le rappel en entier sur chaque point ou biens alternez les deux parties.

"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si j'ai essayé de me débarrasser de cette douleur de nombreuses fois avec des thérapies bien plus fortes que l'EFT, mais qu'elle est toujours là, je m'accepte complètement et profondément. J'ai peur que cette douleur ne s'en aille jamais."
"Rappels : "J'ai déjà tout essayé, la douleur est toujours là. J'ai peur qu'elle ne s'en aille JAMAIS."

"Exemple de "phrase de départ" (en nommant "ceci" aussi précisément que possible) :
"- Même si j'ai fait de mon mieux pour me débarrasser de "ceci", mais que c'est toujours là, je m'accepte complètement et profondément. J'ai peur que ça empire car mon corps est hors de mon contrôle. Je m'accepte complètement et profondément malgré tout. Et j'accepte aussi le fait que par moment je ne m'accepte pas du tout."
"Rappels : "J'ai fait de mon mieux, mais c'est toujours là. Mon corps est TELLEMENT hors de mon contrôle. J'ai peur que ça empire."

"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si j'ai si peur d'aimer à nouveau, peut-être que j'ai appris quelques petites choses, peut-être que ça peut ne pas se passer de la même façon que les autres fois, et je m'accepte complètement et profondément."
"Rappels : "J'ai si peur - si peur - si peur d'aimer" - "Peut-être que j'ai appris - peut-être que ça peut mieux se passer - peut-être, peut-être pas".

"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si j'ai peur de recommencer tout ce processus - rien n'a marché, pourquoi est-ce que EFT marcherait - je m'accepte complètement et profondément."
"Rappels : "Peur de recommencer tout ça - rien n'a marché, pourquoi EFT marcherait ?"

"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si j'ai peur de quitter ce petit boulot alimentaire et de m'installer à mon compte à plein temps, je m'accepte complètement et profondément. D'autres gens sont des praticiens EFT à plein temps, pourquoi pas moi ?"
"Rappels : "Terrifié de quitter mon boulot alimentaire et de m'installer à temps plein. D'autres le font, qu'est-ce qui n'irait pas pour moi ?"

La technique des deux parties de soi

"C'est aussi une bonne occasion d'utiliser la techniques des "parties de soi-même" avec EFT. Avec cette technique, vous vous adressez à la fois aux deux parties de vous-même dans la même séquence, la partie qui veut guérir et la partie qui a peur de guérir, ou qui ne veut pas guérir pour une raison quelconque. Au lieu de le faire en deux séquences séparées, vous les utilisez ensemble et c'est souvent très puissant. Utilisez vos propres mots s'il vous plaît, je ne fais que donner un exemple de base.
"Exemple de "phrase de départ" :
"- Même si une partie de moi veut se débarrasser de "ceci", mais qu'une autre partie de moi est terrifiée à l'idée de reprendre ce processus et de ressentir à nouveau ces émotions, je m'accepte complètement et profondément de toute façon."
"Vous pourrez alterner ces rappels même si vous ne l'avez pas fait auparavant : "Une partie de moi est terrifiée" - "Une partie de moi veut s'améliorer".

Utiliser le pardon de soi-même

"Après avoir fait quelques séquences d'EFT comme ci-dessus, vous pourriez introduire l'idée de vous pardonner. Le choix du bon moment pour le faire est individuel. Vous pourriez utiliser votre intuition pour savoir quand c'est le bon moment d'ajouter cela. Vous diriez quelque chose comme ce qui suit :
"- Je me pardonne pour toute contribution que j'aie pu apporter à "ce problème" (ou quel que soit le nom que vous voulez lui donner)".
Vous pouvez développer cette idée du pardon en incluant quelque chose comme ceci :
"- Je pardonne à toute personne qui ait pu jouer un rôle dans "ceci"..."
"Si vous croyez en Dieu, vous pouvez ajouter :
“- Je pardonne à toute personne qui ait pu jouer un rôle dans "ceci", y compris Dieu."
"Vous pouvez ajouter la phrase de pardon à l'endroit où vous voulez. Vous pouvez l'inclure dans la "phrase de départ", ou l'utiliser en rappel sur les autres points EFT.

Traiter les traumas et problèmes spécifiques

"En faisant ce travail, vous allez probablement être ramené aux problèmes spécifiques ou aux traumatismes que vous désiriez traiter en premier lieu. Souvenez-vous, c'est probablement en essayant de travailler sur ces choses que vous avez développé le syndrôme "à quoi bon". Commencez avec vos phrases "à quoi bon" puis voyez où cela vous mène. En vous débarrassant du syndrôme "à quoi bon", vous pouvez augmenter votre motivation à faire le processus EFT sur ces problèmes et traumas que vous aviez voulu régler dès le début.

Résumé

"Si vous avez le syndrôme "à quoi bon" et que malgré tout vous avez lu tout ceci, il peut être temps pour vous de saisir votre chance et de voir par vous-même si EFT peut vous aider à vous dégager de ces conditionnements. Bien sûr, nous basons nos vérités personnelles sur nos expériences passées. Néanmoins, avec l'arrivée de l'EFT, tellement de choses changent qu'il n'y a plus besoin de dire "C'est comme ça et rien n'y changera. C'est trop gros pour que je puisse changer".
"Nous pouvons désormais prendre ces problèmes et événements de la vie pour lesquels nous pensions "qu'il fallait faire avec", et les travailler avec EFT. Il y a de grandes chances qu'on puisse faire beaucoup plus que simplement "faire avec". Il y a de grandes chances qu'on puisse se dégager des enchaînements de circonstances de notre passé et progresser vers le "Palais des Possibilités" (dont parle Gary Craig dans ses DVD et dans son site emofree.com et qui concerne l'utilisation du processus EFT avec des affirmations positives).

Se faire aider

"De même que pour tous les types de problème, il y a un moment où il est très utile de se faire aider par un professionnel EFT. La plupart des praticiens EFT peuvent donner des consultations par téléphone, alors le problème géographique n'est pas si important pour le choix d'un praticien. Moi-même, je donne 95% de mes consultations par téléphone aux USA et en Australie et je sais par expérience que cela marche aussi bien que les consultations en personne. L'un de mes clients par téléphone aux USA m'a dit récemment : "Je ne savais pas que l'intuition pouvait voler à travers la moitié du monde. C'est génial !"

Maggie Adkins

******

2 commentaires:

  1. Bonjour,je viens de découvrir l'EFT je trouve cette technique incroyable et irréelle,j'ai commencé à lire de livre de Gary Craig et à faire l'EFT celà fait quelques jours peut-être ai-je mal suivi la technique je n'ai vu aucun mieux peut-etre suis-je trop impatiente de voir les résultats,mon probleme est que je n'arrive pas à trouver un emploi j'ai eu quelques opportunités mais arrivé au bout ça tombe à l'eau ce qui entraine de gros problèmes financiers peut-être pourriez vous me donner quelques conseils je vous en remercie infiniment.Voici mon e-mail elisa2201@hotmail.fr

    RépondreSupprimer
  2. Je vous répondrai en recopiant ici un commentaire qui a été posté à la suite d'un autre article:

    "Parfois, ça peut être aussi simple que ça (mais ça ne l'est pas toujours). Je crois aussi que c'est important d'encourager les gens à ne pas s'attaquer à de trop gros morceaux quand ils démarrent en EFT, au risque de se décourager (alors que c'est simplement un manque d'expérience, qui vient avec le temps) Amitiés Louis Szabo
    Par Louis Szabo sur EFT contre la douleur des crampes le 05/11/10"

    Donc, ne vous attaquez pas tout de suite au "gros morceau" que représente votre difficulté dans le domaine du travail. Prenez d'abord de petites choses, comme les émotions de la vie quotidienne, comment vous vous sentez le matin... Et puis, décomposez ce problème de ne pas trouver d'emploi en éléments plus petits... prenez chaque émotion une par une. Bon courage.

    RépondreSupprimer

Merci de m'envoyer votre commentaire. Si vous voulez que je vous réponde directement joignez votre email dans un second commentaire à part que je supprimerai.